Bienvenue sur la page de la culture occitane

L'occitan est une des langues romanes issues d'une déformation progressive du latin oral, autrement dit de la forme vernaculaire de latin utilisée pour la communication quotidienne.

Ici, pas question d'apprendre l'occitan. La langue française a été imposée à tous depuis François 1er, alors...

Nous souhaitons vous faire découvrir quelques pépites de cette culture, des poésies, des usages, quelques beaux livres, des traditions ou des contes qui n'ont rien à envier au Seigneur des anneaux ou à Harry Potter. Bonne balade.

Carousel imageCarousel imageCarousel image

L'apiculteur et ses abeilles

Quel est donc ce gros insecte, qui a les yeux sous des voiles ? Et qui tourne tout autour de ces huttes ? Ne serait-ce point quelque fureteur de ruche ? Dieu ! Qu’il est emmitouflé ! Sans doute a-t-il peur du dard. C'en est bien un, point d'erreur. Cette vilaine tête de seau, avec son tison fumant a délogé l'abeille. La pauvre, elle proteste en voyant le brutal qui ravage son travail et lui vide la maison.

Ainsi, votre respect soit sauf, quand l'employé des tailles dans une ferme entre pour tout voir en détail, et qu'il emporte crémaillère ou seau, marmite et chaudron, la maîtresse, si elle pouvait, lui tordrait bien le cou.

L'abeille heureusement peut réparer sa perte : De mille et mille fleurs la campagne est couverte. Elle en aspirera le suc dans les champs, dans les prés, surtout dans les jardins qui en sont bigarrés.

De celles du genêt la combe est tapissée ; de celles du buisson la plaine est embaumée, sur les coteaux, les monts, nous les voyons éclore nous ne pouvons poser le pied nulle part sans en froisser.

Quel baume pour le nez, quel régal pour la vue ! De tes joyaux printemps, qui pourrait faire la liste ! Salut donc, jeune saison, mère de tant de fleurs, pour le plaisir des yeux, tu devrais durer toujours !

L'abelhaire se met al trabalh.

Qu'es aqueste babau qu'a los uelhs jos de culas ? Que randoleja tant al torn d'aquelas hutas ? Non séria pas eiçò qualque furga-bornhon ? Ai ! qu'es empaquetat ! Saique a páur del fisson. N'es un, me trompi pas. Aquel laid cap de selha, amb'un brandon fumós a delotjat l'abelha. La paura, repotèga, en vegent lo brutal que gasta sa besonha e li cura l'ostal.

Aital, sauf lo respèct, quand l'emplegat de talhas dins una pagesiè dintra per far vistallas, e qu'empòrta cremalh, ferrat, ola, pairòl, la mèstra, se podiá li torceriá lo còl !

L'abelha, urosament, pòt reparar sa pèrta : De mil e mila flors la campanha es cobèrta ; Ne pomparà lo chuc dins los camps, dins los prats, e sustot dins los òrts, que ne son bigarrats.

D'aquelas del ginest, la comba es tapissada ; d'aquelas del boisson, la plana es perfumada. Sus las còstas, suls puèchs, las vesèm espelir : podèm pas metre en luòc lo pè sans n'estralir.

Qu'un baume per lo nas ! Qu'un regal per la vista ! De tos bijous, printemps, qual poiriá far la lista ! Salut joina sason, maire de tant de flors per lo plaser dels uèlhs, deuriás durar totjorn.

Polideta es la pastorèla

Dejà tot es joial, tot ris dins la natura ; la tèrra a recobrat sa primièira parura e los gais aucelets jos de tendres ramèls preparan lors gosiers a de concèrts novèls.

Ara, entre se levar, la vesiada Liseta, de març, en folatrant, va culir la floreta per faire una guerlanda a son chèr anilon dont la rauba, a la nèu, disputa la blancor.

Sembla lo printemps mème, aquela pastorela, quand, al mieg dels parfums de la sason novèla, soleta, ambe son chin, fadeja dins lo prat.

Qu'un uèlh tan petilhent ! Qu'un minois tan florat ! Amb un despièch gelós las filhas del vilatge regardan la frescor d'aquel polit visatge. Çò que sustot las facha, es quand, un jorn de fèsta ambe lo sol riban que li sarra la testa, ambe sa còfa unida e son blanc davantal Lisa esfaça l'esclat de tot lor atiralh...

La pastourelle est bien mignonne

Déjà tout est jovial, tout rit dans la nature ; la terre a recouvré sa première parure, et les gais oiselets sous de jeunes rameaux préparent leurs gosiers pour des concerts nouveaux.

A présent, sitôt levée, l'enjouée Lisette de mars, en folâtrant va cueillir la fleurette pour faire une guirlande à son agnelet préféré dont la robe, à la neige, dispute la blancheur.

C'est le printemps lui-même, cette gente bergère, lorsqu'au milieu des parfums de la saison nouvelle seulette, avec son chien, elle folâtre dans les prés.

Quel œil si pétillant ! Quel minois tout en fleur ! Avec quelque dépit jaloux, les filles du village regardent la fraîcheur de ce joli visage. (...) Ce qui surtout les vexe, c'est, lorsqu'un jour de fête, avec un seul ruban lui enserrant la tête, avec sa coiffe unie et son seul tablier blanc Lise éclipse l'éclat de tout leur attirail.

Premiers signes printaniers

Le coucou a chanté ; l'Hiver va disparaître à l'horizon ; la bise sur le Rouergue est lasse de siffler. Elle portera ses souffles dans les pays nordiques. Le Printemps se prépare à commencer sa course. Trop longtemps caché le grand astre du ciel, il enlève sa cape sombre et son noir manteau. Et déjà, la douce haleine du Zéphyr a fait fondre la carapace des ruisseaux prisonniers. De la cime des rocs, à toute heure, en détail, l'on voit se détacher des pendants de cristal. Et la neige fondante, qui lave les chemins, va jusque dans leur lit, troubler l'eau des rivières.

Carousel imageCarousel image

Primièrs signes de la prima

Lo cocut a cantat ; l'Ivèrn va trescolar ; la bisa sul Roèrgue es lassa de siflar. Va portar sos bufals dins lo país de l'Orsa.

Lo Printemps se prepara a començar sa corsa. Tròp longtemps amagat lo grand astre del cèl quita sa capa sombra e son negre mantèl. E del tiède zefir, déjà, la doça alena dels rius emprisonats a fondut la codena. De la cima dels ròcs, a tota ora, en delalh, òm vei se destacar de pendents de cristal. E la nèu que se fond, en lavant la carrièiras va juscas dins lor lièch trebolar las ribièiras.

Lo rei de França

Lo rei de Franca aviá très filhas. Una brodava, l’autra cosiá. La mai pichona d'aquelas fasiá de tapissariá e, tôt en brodant, lo sòm li veniá.

Sa maire que la vesiá la voliá trucar.

Me truquètz pas, ma maire, me trucariatz pas.

Fasiái un sòmi que m'allegrava.

Lo sòmi que fasiás, ieu, lo t'explicarai.

En gaitant per la porta, vegèri luna plena, en gaitant per la fïnèstra vegèri l'estela de Diana, en gaitant dins lo potz, vegèri un pilar d'aur amb très aucelons qu'i bequejavan l'aur.

Le roi de France

Le Roi de France avait trois filles. L'une brodait l'autre cousait. La plus jeune d'entre elles faisait de la tapisserie et tout en brodant lui venait le sommeil.

Sa mère qui la voyait voulait la frapper.

Ne me frappez pas, ma mère, vous ne voudriez pas me battre.

J'avais un rêve qui me donnait de la joie. »

« Le rêve que tu rêvais je vais te l'expliquer. »

« En regardant par la porte j'ai vu la pleine lune, en regardant par la fenêtre j'ai vu l'étoile de Diane, en regardant dans le puits j'ai vu un pilier en or avec trois petits oiseaux qui picoraient l'or. »

Anonyme du XIIIème siècle

Tartarassa ni voltor de Peire Cardenal

Tartarassa ni voltor sentisson pas tan lèu carti pudenta coma clergues e predicators sentisson ont es lo ric. Aitant lèu son sos amics, e quand la malautiá l'abat, li fan far donacion de tal biais que sos parents i tragan pas pro.

Franceses e clergues lausenjan lo mal, car ne trason bens, los usurièrs e los traïdors se partejan aital lo sègle, ja que'n messorgant e en enganant, an tant trebolat tot lo mond que i a pas mai de religion que ne sàpia pas sa leiçon.

Sabes ço qu'adven de la riquesa dels que l'an mal aquesida ? Vendra un fort raubador que ne lor daissarà pas res : aquò's la mort, que los abat, ja qu'amb aunas de fialat los remanda a tal ostal per que s'i tròben plan pro mal.

Òme, perqué fas tala foliá que traspassas los comandaments de Dieu, qu'es lo tieu senhor e que t'a format de pas res ? ten la truèja pel mercat, lo que contra Dieu se bat, e n'aurá pas per guerdon que çò que n'aguèt Judas lo felon.

Dieu vertadièr, plen de doçor, Senhor, siás nòstre protector, garda de l'infernala dolor et del torment los pecadors e absòlv-los dels pecats que ne son preses e ligats, acòrda-lor perdon vertadièr per vertadièra confession.

Fin dels Catars orientals (1309-1453)

La fin des Cathares orientaux (1309-1453)

Le milan ni le vautour par Pèire Cardenal

Ni le milan ni le vautour ne sent aussi vite chair puante que les clercs et les prédicateurs ne sentent où se tient le riche. Ils sont aussitôt ses intimes, et lorsque l'abat la maladie, ils lui font faire telle donation que ses proches n'en ont aucun profit.

Français et clercs font louange du mal, car ils en tirent avantage. Les usuriers et les traîtres ainsi se partagent le siècle, car en mentant et en trompant, ils ont si bien troublé le monde qu'il n'y a plus de religion que n'en sache sa leçon.

Sais-tu ce qu'il advient de la richesse de ceux qui l'ont mal acquise ? Viendra un puissant voleur qui ne leur en laissera rien : c'est la mort, qui les abat, car avec quatre aunes de filet elle les envoie en telle demeure où ils sont fort mal à l'aise.

Homme, pourquoi commets-tu folie telle que de transgresser les commandements de Dieu, qui est ton seigneur et t'a formé à partir de rien ? Il tient la truie sur le marché, celui qui se bat contre Dieu, et n'en aura pour récompense que ce qu'en eut Judas le félon.

Dieu véritable, plein de douceur. Seigneur, sois notre garant, protège de l'infernale douleur et du tourment les pécheurs et absous-les des péchés qui les tiennent prisonniers, accorde-leur vrai pardon par une vraie confession.

Quelques vidéos en occitan.. Vidéos sous titrées pour votre confort.

Conseil : pour bénéficier des sous-titres, cliquez sur Regarder sur Youtube.

Bibliographie de Joan Bodon

  • Contes de chez moi (contes ; Villefranche de Rouergue, Salingardes)

  • Contes des Balssa (contes ; Villefranche de Rouergue, Salingardes)

  • Les cailloux du chemin (roman ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, 1956)

  • La Sainte Estelle du centenaire (roman ; Rodez, Subervie, 1960

  • Le livre des grands jours (roman ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, 1964)

  • Le livre de Catòia (roman ; Beaumont de Lomagne, Le Livre Occitan, 1966)

  • Rien ne vaut l'électrochoc (poèmes ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, coll. 4 Vertats, 1970)

  • La Chimère (roman ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, coll. A tots, 1974)

  • Contes du Drac (contes ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, 1975)

  • Sur la mer des galères (poèmes ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, coll. 4 Vertats, 1975)

  • L'anneau d'or (conte illustré ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, coll. 4 Vertats, 1975)

  • Les demoiselles (roman inachevé ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, coll. A tots, 1976)

  • Lettres à Henry Mouly (correspondance ; Valderiès, Vent Terral, 1986)

  • L'Evangile de Barthélemy (roman inachevé ; Rodez, Editions du Rouergue, 198x - publié dans Les cailloux du chemin)

  • L'homme que j'étais (roman inachevé ; Rodez, Editions du Rouergue, 1987 - publié dans Les Demoiselles)

  • Contes du Viaur (contes ; in Contes, Rodez, Editions du Rouergue, 1989)

  • Poèmes (oeuvre poétique complète ; Puylaurens, IEO Editions, 2010)

Visitez le site de Joan Bodon !

Si vous n'avez pas peur et si vous avez plus de 12 ans...Visitez la page des Contes du Drac, en Occitan et en français.

"L’occitan... qu’es aquò ? "

"L’occitan... qu’es aquò ? " est une brochure d’information pour vous présenter, en quelques pages, la richesse de la culture occitane, ses acteurs et son ancrage dans notre société.

En vous transportant à travers les siècles, aux côtés de ses grands personnages passés et contemporains, en vous présentant les actions du mouvement associatif pour mettre en avant, enseigner et transmettre la langue occitane, nous espérons avant toute chose répondre à votre curiosité.

Et pourquoi pas vous donner également envie d’apprendre, de transmettre cette langue millénaire ou, tout simplement, de vous engager avec nous, avec vos compétences et votre envie.

C’est tout l’objectif de ce document d’informations que nous vous encourageons à faire connaître dans son format papier ou par téléchargement. Bonna lectura !

Lo Grelh Roergàs

Lo Grelh Roergàs es una associacion felibrenca, tipe 1901, fondada en 1921 per l’escrivan roergàs, Enric Mouly (1896-1981) e son amic Eugèni Seguret (1896-1956), per aparar e promòure la lenga occitana.

Lo grelh que canta, es la vida, mas lo grelh roergàs, es la vida de la lenga occitana, e contunha de cantar dempuèi cent ans lèu ! Una longevitat excepcionala per una associacion occitana.

Le "Grelh Roergàs"

Le "Grelh Roergàs" (le grillon rouergat) est une association félibréenne, type 1901, fondée en 1921 par l’écrivain rouergat, Henri Mouly (1896-1981) et son ami Eugène Séguret (1896-1956), pour défendre et promouvoir la langue occitane.

Le grillon qui chante, c’est la vie, mais le grillon rouergat, c’est la vie de la langue occitane, et il chante encore depuis bientôt cent ans ! Une longévité exceptionnelle pour une association occitane.

TRÒCES DE VIDA

Recueil de textes : Occitan - Editeur : Grelh Roergàs, n° 69 - Parution : 2021 - Couverture et montage audio : Stéphane Casagranda (12390 Rignac) - Enregistrement audio : CFM Radio à Villefranche de Rouergue (12200)

Tròces de vida, quarante "tranches de vie", des souvenirs, des anecdotes, des scènes et des situations diverses, une grande variété de thèmes qui nous amène à réfléchir sur la vie, justement. Des tranches de vies qu’on peut lire, et une sélection de vingt d’entre elles qu’on peut écouter. En effet, l’écrit ne suffit pas pour faire vivre une langue, encore moins pour l’apprendre. Pour l’enseigner et la transmettre, des témoignages oraux sont indispensables. Il y a aussi et tout simplement le plaisir d’entendre la langue. La version audio est accessible sur ce site en cliquant sur Seleccion Audio

Tròces de vida, lo vinten obratge de Sèrgi Gairal. Après una tièira de romans de tèmas variats, tot en occitan o bilingües, après la revirada de Dòn Quichòt (tròces causits) e dels Entremeses de Cervantes, après un recuèlh de mots crosats, un recuèlh d’istorietas, nos ofrís aicí, un ramelet de quaranta tèxtes, "de remembres, d’anecdòtas, de testimoniatges, de scènas e situacions divèrsas, recentas o ancianas, comunas o excepcionalas, realas o somiadas, urosas o malurosas, una granda varietat de tèmas, lo rebat de nòstra vida de dròlles, de joves, d’adultes e de vièlhs." Tròces de vida, lo rebat de nòstra vida a un moment donat.

Dins l’avantprepaus Sèrgi Gairal precisa que "l’escrich sufís pas per far viure una lenga, encara mens per l’aprene. Per parlar de lenga viva, la cal ausir. Per l’ensenhar e la transmetre, cal dispausar de testimoniatges orals." Es per aquò que propausa una version audio d’una seleccion de vint tèxtes del recuèlh qu’òm pòt escotar sus aqueste site en clicant sus Seleccion Audio, un ramelet oral per far viure la lenga encara mai, encara melhor, o pel plaser de l’ausir, tot simplament.

Pour en savoir plus sur Serge Gayral et ses publications, cliquez ici !

Charles de Pomairols (1843-1916)

Poète et romancier français. Il contribua à la fondation en 1908 de La Veillée d'Auvergne. Il passa son enfance au château de Toulonjac. Descendant des Pomairols, famille de consuls villefranchois, grand ami de Hérédia, perdant malheureux face à Bergson à l'Académie française en 1914, grand spécialiste de Lamartine, il tenait salon à Paris où il recevait les écrivains catholiques tels que Mauriac. Voulez-vous écouter une enregistrement sonore de Charles de Pomairols, daté de 1913 ? Cliquez ici !

Jean Boudou ou Joan Bodon. Qu’es aquel ?

Joan Bodon est un romancier, poète et conteur de langue d'oc.

Ses mots nous transportent. On pénètre dans les contes et légendes de son pays magique : Lo Drac et los dracons et leurs facéties… Place à l’imagination ! Sont-ils grands ? petits ? Sous forme de dragons ou autres animaux ? "Avez-vous entendu parler de l'enfant polit enlevé par lo Drac et transporté à cheval jusqu'au pays de sous la Terre pour y être engraissé et probablement dévoré ? Eh bien, l'entrée du pays « de sous la Terre », se situe non loin d'ici, dans le vallon de Porcassés, un petit affluent du Viaur…"

Cansou del pépi, en Oc

Fantou, poulit coumo'n sòu,

Tu benes et iéu m'en bòu!

Que fa'qui mai, Margarido?

Acoi lou trin de la bido;

Fantou, poulit coumo 'n sou,

Tu benes et iéu m'en bòu!

N'a 'n briéu qu'ai lous pelses blancs,

Sarri mous quatre-bints ans;

Que de blat, que de farino

Ai pourtado sus l'esquino!...

N'a' n briéu qu'ai lous pelses blancs,

Sarri mous quatre-bints ans.

Margarido sai benguet

Tal joun que lou Rei nasquet.

A la Planco tout sautabo,

Tout cantabo, tout dansabo...

Margarido sai benguet

Tal joun que lou Rei nasquet.

Lou Rei n'es pus à Paris,

Sifet Peire à sous moulis!

Et jamai à nostro Planco

L'aio ni lou blat li manco...

Lou Rei n'es pus à Paris,

Sifet Peire à sous moulis !

Mès aro, paure menut,

Toun pipi s'es arrandut...

Es estat fort coum 'n' arco,

A pla menado sa barco,

Mès aro, paure menut,

Toun pipi s'es arrandut.

Quand faras toun prumiè pas,

Belèu iéu courrerai pas;

Se sai èri, sur l'herbeto

Te prendrio pella maneto :

Mès belèu courrerai pas

Quand faras toun prumiè pas.

Lou boun Diéus sio benesit !

Me trobi pla perbesit...

Sieis oustals de mas familhos

Sou ples d'efans et de filhos.

Me trobi pla perbesit,

Lou boun Diéus sio benesit!

Oh! jamai lous Mounestiès

Mancaròu pas d'heritiès;

Béni, tiro ! Margarido,

Pouden quita aquesto bido,

Que jamai lou Mouinestiès

Mancaròu pas d'heritiès!


Abbé Justin Bessou, 1845—1918 * D’al brès à la toumbo

Chanson du pépé, en français

Petit enfant, joli comme un sou,

Tu arrives et moi, je m’en vais

Mais, qu’y faire, Marguerite ?

C’est le train de la vie ;

Petit enfant, joli comme un sou !

Tu arrives et moi, je m’en vais

Il y a longtemps que j’ai les cheveux blancs,

Je m’approche des quatre vingt ans,

Que de blé, que de farine

J’ai porté sur l’échine !

Il y a longtemps que j’ai les cheveux blancs,

Je m’approche des quatre vingt ans,

Marguerite sait bien

Quel jour naquit le roi.

A la Planque, tout sautait,

Tout chantait, tout dansait..

Marguerite sait bien

Quel jour naquit le roi.

Le roi n’est plus à Paris,

Ni Pierre à ses moulins !

Et jamais à notre Planque

L’eau ni le blé ne manquent

Le roi n’est plus à Paris,

Ni Pierre à ses moulins !

Mais maintenant, pauvre petit,

Ton pépé est parti.

Il a été fort comme une arche,

Il a bien mené sa barque

Mais maintenant, pauvre petit,

Ton pépé est parti.

Quand tu feras ton premier pas,

Peut-être que je ne courrai plus.

Si j’étais ici, sur l’herbette,

Je te prendrai par la menotte

Mais peut-être que je ne courrai plus.

Quand tu feras ton premier pas.

Que le bon Dieu soit béni !

Je me trouvé comblé..

Six maisons de mes familles

Sont pleines d’enfants et de filles.

Je me trouvé comblé..

Que le bon Dieu soit béni !

Oh, jamais les Monestiès

Ne manqueront d’héritiers ;

Allez, viens ! Marguerite,

Nous pouvons quitter cette vie,

Car jamais les Monestiès

Ne manqueront d’héritiers !

Abbé Justin Bessou, 1845—1918 * Du berceau à la tombe

Cansou de las segos, en Oc

Abal, sul poun de la Cadeno

En-t-anen dalha lou Prat-Grand,

Passabou Ramoun et Bertrand :

La treito bouès de la Sereno

D'al founs de l'aio lour cantet

Uno cansou que lous perdet.


« Crânes efans, belo jouinesso

Que ses la flour de mous balouns,

Lous prats sou grands, lous jouns sou loungs;

Aures be tens pell'herbo espesso

De bous coufi dins las susous :

Prep de moun aio asseta-bous.


« Qu'al bord del rieu cante la calhe

Cante lou merlhe amai l'auriol ;

Que sus las flours lou parpalhol

Dins la rousado se miralhe ;

Que la cigale et lou grelhou

Butou rasclet et carilhou.


« Per m'escouta las biroundèlos

laissou la tourre et lou clouquiè;

Lous canards benou d'al pesquiè,

D'al bouscalhou las tourtourèlos;

lous raussinhols et lous pinsous

Cantou mous cans et mas cansous.


« Abant d'ana dalha la prado,

Benès, efans, bous refesca,

Benès nada, benès pesca,

Et se la truito bous agrado,

Al founs del gourp cabussares,

Tantos et mai n'atrapares !


« Moun aio lindo se proumeno

Dins l'oumbro tiedo del mati.

Oh ! quun plase de s'espandi,

De se bressa dins la Sereno

Que rebiscolo et dégourdis

Coumo la foun del paradis ! »


La treito bouès aital cantabo

D’abal mountabo per amoun…

Ta pla que Bertrand et Ramoun,

Dins lou gourp ploun que lous tentabo,

Mitat belhen, mitan rêben,

Férou lou saut per prene 'n ben.


Las fenejairos del bilatge

Beniòu feneja lou Prat-Grand :

Sounèrou Ramoun et Bertrand

Dins lou randal, dins lou bouscage...

Bertrand, Ramoun, helas ! helas !

Dal founs del gourp tournèrou pas.


Et dendespiei sul bord de l'aio

Ount dormou lous efans perduts,

A miejonech s'ausis un bruch

Que la nijoure s'en effraio...

Et, lou mati, toutos las flours

N'òu lous elhous moulhats de plours.


Bela jouinesso degourdido,

Quand passares abal sul poun,

Oh! fintes pas dins lou gourp ploun...

Anas dalha l'herbo flourido...

De la Sereno et sas cansons,

Paures efans, mefisas-bous !

Chanson des faucheurs, en français

Là-bas, sur le pont de la Chaîne,

En allant faucher le Pré grand,

Passaient Raymond et Bertrand

La voix traitresse de la Serène

Du fond de l’eau, leur chanta

Une chanson qui les perdit.


« Fiers enfants, belle jeunesse

Qui êtes la fleur de mes vallons,

Les prés sont grands, les jours sont longs ;

Vous aurez bien le temps par l’herbe épaisse

De vous prélasser dans les gerbes

Près de mon eau asseyez vous.


Au bord de la rivière, chante la caille,

Chante le merle ainsi que le loriot,

Et sur les fleurs, le papillon

Dans la rosée se mire ;

La cigale et le grillon

Poussent leur couplet et le carillon.


Pour m’écouter, les hirondelles

Laissent la tour et le clocher ;

Les canards viennent de l’étang,

Du buisson les tourterelles,

Les rossignols et les pinsons

Chantent mes chants et mes romances.


Avant d’aller faucher la prairie,

Venez, enfants, vous rafraichir,

Venez nager, venez pécher,

Et si la truite vous plaît

Au fond de la gorge vous plongerez.

Tant et plus vous en attraperez !


Mon eau limpide se promène

Dans l’ombre tiède du matin.

Oh ! Quel plaisir de s’étendre,

De se prélasser dans la Serène

Qui revigore et dégourdit

Comme la fontaine du paradis !


La voix traitresse ainsi chantait

De là-bas, montait vers les hauteurs…

Si bien que Bertrand et Raymond,

Dans la gorge profonde qui les tentait,

à demi endormis, à demi rêvant,

Ils firent le saut pour prendre un bain.


Les fenassiers du village

Venaient faucher le Pré grand :

Ils sonnèrent Raymond et Bertrand

Dans le vallon, dans le bocage..

Bertrand, Raymond, hélas, hélas !

Du fond de la gorge, ils ne revinrent pas.


Et depuis, au bord de l’eau

Où dorment les enfants perdus,

A minuit, on entend un bruit

Qui effraie la chevêche…

Et le matin, toutes les fleurs

En ont les petits yeux mouillés de pleurs.


Belle jeunesse dégourdie,

Quand vous passerez là-bas, sur le pont

Oh, ne regardez pas dans la gorge profonde..

Allez faucher l’herbe fleurie..

De la Serène et de ses chansons,

Pauvres enfants, méfiez-vous !

Occitanica : Portal collectiu de la lenga e de la cultura occitanas

Des milliers de ressources culturelles, éducatives et scientifiques en accès libre : Benvenguts sus Occitanica, lo portal per descobrir e practicar la lenga e la cultura occitanas.

Cliquez ici pour découvrir Occitanica et cliquez sur les logos ci-dessous pour visiter

Textes, sons, vidéos, images, sites web : toute la documentation numérique occitane rassemblée dans la Mediatèca d'Occitanica

Agenda, artistes, parutions et créations actuelles : la FaBrica d'Occitanica rend compte de la richesse de la vie culturelle occitane

Personnalités, œuvres, lieux, expressions et pratiques vivantes : partez à la découverte des richesses du patrimoine à travers les fiches de l'Enciclopèdia du patrimòni culturel occitan

Retrouvez dans la Maleta d'Occitanica les applications éducatives pour apprendre, pratiquer, découvrir et aussi de nombreuses ressources pour les enseignants.

Le portail de l'Institut occitan d'Aquitaine dédié à la découverte du patrimoine culturel immatériel.