Bienvenue sur la page de la culture occitane. L'occitan est une des langues romanes issues d'une déformation progressive du latin oral, autrement dit de la forme vernaculaire de latin utilisée pour la communication quotidienne.

Ici, pas question d'apprendre l'occitan. La langue française a été imposée à tous depuis François 1er, alors...

Nous souhaitons vous faire découvrir quelques pépites de cette culture, des poésies, des usages, quelques beaux livres, des traditions ou des contes qui n'ont rien à envier au Seigneur des anneaux ou à Harry Potter. Bonne balade.

Les mots d'Oc de France Bleu Occitanie

Vous nous suivez ? Dans les Mots d'Oc ce matin sur France Bleu Occitanie, on vous emmène dans le département de l'Aveyron. On est juste à côté de Villefranche de Rouergue. Soyez les bienvenus à Toulonjac …

Benvengut a totes a Tolonjac ! Tolonjac o Tolonjac [toulountzac] segon las prononciacions: il y a très très longtemps / èra del temps que Bèrta fialava, le gallo-romain Tolumnius créé un domaine, une villa. Cette villa comprend alors plusieurs bâtiments. Imaginez en fait une immense exploitation agricole. Les terres sont utilisées pour la culture et l'élevage. Es alèra, es alara qu'un masatge primitiu s'espandís a l'entorn d'aquel domeni / un hameau primitif va ensuite se développer à partir du domaine de Tolumnius.

Comment arrive-t-on de Tolumnius à Toulonjac ?

Il y a plusieurs étapes successives. Tolumnius est donc le fondateur de Toulonjac. Cal saupre qu'avètz escrich lo nom de Toloniacon dins un document de 1269 / vous retrouvez le nom Tholoniaco dans un document datant de 1269. Plus tard, le toponyme va donner en occitan Tolonjac puis Toulonjac en français. Un mot al subjècte de la glèisa, la glèisa [la glèia] de Tolonjac / un mot sur l'église de Toulonjac: on raconte que le clocher / lo campanal, lo cloquièr, aurait été copié sur celui de la collégiale de Villefranche de Rouergue. Ce qui est le cas également avec le clocher d'une autre commune du Villefranchois: Labastide l'Évêque.

la suite...

Des noms à consonance à Toulonjac ?

N'avètz un fum ! / ce n'est pas ce qui manque ! Vous avez au centre du village le Prat de la Fon / Lo Prat de la Font, donc le pré de la source, la fontaine. Vous également Lacaze, qui est écrit un seul mot L-A-C-A-Z-E. Rétabli en occitan, ça donne la et plus loin casa que vous écrivez C-A-S-A en lenga nòstra. La casa, es coma l'ostal, c'est la maison. Avètz 770 estatjants a Tolonjac / 770 habitants à Toulonjac. Adieu-siatz à tous les Toulonjacois qui écoutent France Bleu Occitanie sur 96,2.

Vous familiariser avec cette belle langue ? Cliquez ici pour écouter !

Jean Boudou ou Joan Bodon. Qu’es aquel ?

Joan Bodon est un romancier, poète et conteur de langue d'oc.

Ses mots nous transportent. On pénètre dans les contes et légendes de son pays magique : Lo Drac et los dracons et leurs facéties… Place à l’imagination ! Sont-ils grands ? petits ? Sous forme de dragons ou autres animaux ? "Avez-vous entendu parler de l'enfant polit enlevé par lo Drac et transporté à cheval jusqu'au pays de sous la Terre pour y être engraissé et probablement dévoré ? Eh bien, l'entrée du pays « de sous la Terre », se situe non loin d'ici, dans le vallon de Porcassés, un petit affluent du Viaur…"

L'enfant polit par Joan Bodon, en Oc

Un còp i aviá lo Drac. Lo Drac èra lo filh del Diable.

Un còp i aviá l’enfant polit...

E l’enfant polit èra montat sus un pomièr de pomas rojas al pus fons de l’òrt lo long del camin. Passèt un cavalièr sus un caval negre. « Enfant polit, diguèt lo cavalièr, ai set, soi a sèla dempuèi lo matin. Seriás plan brave de me getar una poma... »

L’enfant polit causiguèt la poma pus gròssa, la pus fresca. Prenguèt vam per la getar. Mas del vam que prenguèt la branca li manquèt. Prompte lo cavalièr dobriguèt lo sac. Lo cap primièr l’enfant polit i tombèt dedins.

« A !... a !... a !... » se riguèt lo cavalièr, que tirèt lo laç corredor, puèi estaquèt lo sac darrièr la sèla, en travèrs sus l’esquina del caval. Patrac... Patrac... Patrac... Un brieu galaupèt lo caval. Puèi s’arrestèt aval a Porcassés davant la pèira verda. « Pèira, dobris-te, soi lo Drac ! » cridèt lo cavalièr. E la pèira se dobriguèt e lo caval negre dintrèt. Darrièr el, la pèira se tornèt barrar.

Patrac... Patrac... Patrac... Encara lo caval galaupèt tot un brieu dins lo païs de jos la tèrra. Aqui, pr’aquò, i se vei, que pertot beluguejan de rocalhas d’aur e s’escampan de vam de rius de viu argent.

« Dracon !... Dracon !... » Una femna cridava sus la pòrta d’un ostal pichon - « Òu, Dracon, qué me pòrtas de bon ?... — De carn fresca ! respondèt lo cavalièr, qu’èra lo Drac. — É ben ! i tornèt la femna. I a de plaça dins la barrica del canton... »

Lo Drac davalèt de caval, prenguèt lo sac, anèt a la botiga. Desfonsèt la barrica del canton. Dessarrèt lo laç corredor del sac. Tirèt pels pès l’enfant polit, lo butèt dins la barrica e prompte la tornèt fonsar, mas daissèt la bonda dobèrta.

Tres còps per jorn, cada jorn, la Draquessa veniá: « Enfantonèl, polidonèl, para lo caisson, pel trauc del bondon... »

Mas l’enfant polit voliá pas parar lo cais. La Draquessa, per l’amigadar, tornava dire: «Para lo caisson, fanton, que te pòrti quicòm de bon... » L’enfant polit voliá pas res entendre. Alara la Draquessa cridava: « Se paras pas lo cais, amb la bonda taparai lo trauc e t’estofaràs, t’estofaràs !... »

Qué far mai ? L’enfant polit parava lo cais. E la Draquessa, amb un culhièr pichon d’argent, butava la mangiscla dedins. De bona mangiscla ça que la: castanhas cuèchas e demesidas dins de lach, milhàs prestit amb de mèl, e de burrada, e de formatges sucrats. Puèi lo Drac arribava: « Fantonet, polidet, dona-me lo teu det, lo teu det pichonet !... » L’enfant polit donava lo det. Lo Drac lo palpava: « A ! que seràs lèu grasset !... Que seràs lèu grasset !... Que faràs pas un plec !... »

Comprenguèt lèu, l’enfant polit. Comprenguèt que quand seriá pro grasset lo sortirián de la barrica e fuoc al cuol dins la marmita. Consi far ? Consi far per se’n tirar ? De mirgas, pr’aquò, venián cada nuech saufinar pel trauc de la bonda. L’enfant polit las velhèt. La primièira que se sarrèt, el l’agantèt pels guinhons e la tirèt dedins, puèi la metèt a la pòcha de las calças e lo mocador dessús.

L’endeman, arribèt la Draquessa amb de mangiscla. E puèi lo Drac: « Fantonet, polidet, dona-me lo teu det, lo teu det pichonet... » L’enfant polit levèt lo mocador e pel trauc donèt la coeta de la mirga. Lo Drac palpèt, palpèt e se reganhèt: « Femna, femna, magrís lo nòstre pensionèl... A pas que los òsses e la pèl... Femna, li portaràs lo milhàs dins lo plat bèl... ». La Draquessa portèt de milhàs dins lo plat bèl. L’enfant polit calguèt que mangès, que mangès... talament que los botons de las calças ne petavan. Mas la coeta de la mirga engraissava pas, e lo Drac, quand veniá palpar pel trauc, cada còp se reganhava... Aital durèt una setmana.

Un matin, pr’aquò, coma lo Drac arribava, l’enfant polit cerquèt per las pòchas. Mas lo mocador, l’aviá sortit per se soflar dins la nuèch e la mirga se n’èra anada. Ja lo Drac se sarrava del trauc e ja cridava: « Fantonet, polidet, dona-me lo teu det, lo teu det pichonet... » L’enfant, pecaire, donèt lo det.

« A !... a !... a !... » se riguèt lo Drac. « A !... a !... a !... Aqueste còp es plan mofle, d’un còp es vengut confle... Femna, vau desfonsar la barrica e puèi anarai sus tèrra sonar los Dracons, los meus Dracons... ». Lo Drac desfonsèt la barrica. Pels pès tirèt l’enfant polit e lo portèt a la cosina. « Femna ! diguèt lo Drac, cresi pas que siá plan lèste, lo te daissi que l’aprèstes... »

E lo Drac se n’anèt. La Draquessa montèt l’ola grand sul fuòc e puèi, davant la pòrta, amb la pigassa se metèt a far d’asclas. L’enfant polit se sarrèt e de rire i !... i !... i !... e de rire i!...i!...i!... e de se sarraren caramaii!...i!...i!...i!...

« Fanton ! se reganhèt la Draquessa, dins l’estat que sias compreni pas ço que i a de tan risible. — Femna, risi de vos veire far i !... i !... i !... Deu èsser pel primièr cop que fasètz d’asclas i !... i !... i !... i !... i !... Sabètz pas solament téner lo margue de la pigassa ! — E creses de lo téner melhor que ieu, tu ? — Donatz-me la pigassa e veiretz !... »

La Draquessa donèt la pigassa. L’enfant polit tenguèt fort lo margue e pinga ! panga ! amb lo talh sul cap de la Draquessa, e sul col, e sus l’esquina, pertot...

Sul fuoc l’aiga bolissia dins l’ola grand. L’enfant polit amassèt los troces ensagnosits de la Draquessa. Un aprés l’autre los getèt dins l’ola. Alara una vapor se levèt dins la chimencia. Una polida filha sortiguèt de l’ola e se pausèt sul ponde.

« Enfant polit, diguèt la filha polida, vèni que t’abrace. Lo meu embelinament es tu que l’as bresat. Soi tornada coma de davant la princessa, la filha polida del païs de jes la tèrra. Vèni que t’abrace... » L’enfant polit se sarrèt, abracèt la filha polida. Ela de~ nosèt lo riban de seda que retenia lo seu pel... « Prince, espèra-me. Vau anar ligar la pèira verda. Jamai tornarà pas dintrar aici lo Drac, aquel Drac òrre que m’aviá despoderada... En bruèissa negra m’aviá cambiada... Espèra-me, prince meu... » La filha polida se n’anèt. Amb lo riban de seda liguèt la pèira verda, puèi tornèt davalar dins l’ostal pichon.

Es aital que l’enfant polit venguèt lo prince de la filha polida, al païs de jos la tèrra, en aval pels travèrses de Porcassés...

Le beau garçon par Jean Boudou, en français

Il était une fois le Drac. Le Drac était le fils du Diable.

Il était une fois un beau garçon.

Et le beau garçon était monté sur un pommier de pommes rouges, au fin fond du jardin le long du chemin. Un cavalier sur un cheval noir passa. « Beau garçon, dit le cavalier, j’ai soif, je suis en selle depuis le matin. Tu serais bien aimable de me jeter une pomme.. »

Le beau garçon choisit la pomme la plus grosse, la plus fraiche. Et il prit son élan pour la jeter. Mais son élan fut tel que la branche cassa. Aussitôt, le cavalier ouvrit son sac. La tète la première, le beau garçon tomba dedans.

« Ah, ah » rit le cavalier, qui noua le lacet du sac, puis attacha celui-ci derrière la selle, sur le dos du cheval. Patrac, patrac, patrac.. Longtemps le cavalier galopa. Puis il s’arrêta là-bas, à Porcassès, devant la pierre verte. « Pierre, ouvre-toi, je suis le Drac ! » cria le cavalier. Et la pierre s’ouvrit et le cheval noir entra. Derrière lui, la pierre se referma.

Patrac, patrac, patrac..Le cheval galopa encore un long moment dans le pays de dessous la Terre. Ici, bien sûr, on peut voir des rocailles d’or qui scintillent et se répandent dans des ruisseaux de vif argent.

« Dracon !.. Dracon !.. » Une femme cria à la porte d’une maisonnette. « Oh, Dracon, que m’apportes-tu de bon ? » « De la chair fraîche ! répondit le cavalier, qui était le Drac. « C’est bien, lui répondit la femme. Il y a de la place dans la barrique du cellier ».

Le Drac descendit de cheval, prit le sac et alla au cellier. Il ouvrit la barrique du cellier. Il dénoua le lacet du sac, prit le beau garçon par les pieds et le déposa dans la barrique qu’il referma rapidement, mais en lassant la bonde ouverte.

Trois par jour, chaque jour, la Draquesse venait : « Petit enfant, beau garçon, approche ta bouche de la bonde.. »

Mais le beau garçon ne voulait pas approcher sa bouche de la bonde. La Draquesse, pour l’amadouer, lui dit : »Approche ta bouche, mon enfant, parce que je t’apporte quelque chose de bon ». Mais le beau garçon ne voulait pas se soumettre. Alors la Draquesse cria « Si tu ne présentes pas ta bouche, je vais fermer la bonde et tu t’étoufferas, tu t’étoufferas ! ».

Que faire ? Le beau garçon approcha sa bouche de la bonde. Et la Draquesse, avec une petite cuillère d’argent, lui poussa de la mangeaille. De la bonne mangeaille, c’est vrai. Des châtaignes cuites et ramollies dans du lait, du millet mélangé à du miel, du beurre et des fromages sucrés. Puis le Drac arrivait : « Fiston, beau garçon, montre-moi ton doigt, ton petit doigt ! » Le beau garçon passa son doigt par la bonde. Le Drac le palpa : « Ah, mais tu seras bientôt gras ! Tu seras bientôt gras ! A n’en pas douter ! ».

Le beau garçon comprit vite. Il comprit que quand il serait assez gras, ils le sortiraient de la barrique et ils le feraient cuire dans la marmite. Que faire ? Que faire pour se sortir de là ? Cependant, des souris venaient renifler par le trou de la bonde. Le beau garçon les surveilla. La première souris fut appâtée par des restes. L’enfant la captura puis la mit dans sa poche de son pantalon avec le mouchoir par-dessus.

Le lendemain, la Draquesse arriva avec de la mangeaille. Puis le Drac dit : « Fiston, beau garçon, montre-moi ton doigt, ton petit doigt ! ». Le beau garçon souleva son mouchoir et par la bonde passa la queue de la souris. Le Drac palpa, palpa et maugréa : « Femme, femme, il maigrit notre pensionnaire.. Il n’a plus que la peau et les os. Femme tu lui serviras la meilleure mangeaille dans le grand plat.. » La Draquesse porta la bonne mangeaille dans le grand plat. Il fallut que le beau garçon mange, mange, tellement que les boutons des vêtements ont cédé. Mais la queue de la souris n’engraissait pas et le Drac, lorsqu’il venait palper par la bonde, ne décolérait pas. Cela dura ainsi une semaine.

Cependant, un matin, alors que le Drac arrivait, le beau garçon fouilla dans ses poches. Mais pendant la nuit, il avait sorti le mouchoir pour se moucher et la souris s’était enfuie. Déjà le Drac s’approchait de la bonde et criait « Fiston, beau garçon, montre-moi ton doigt, ton petit doigt ! ». Pécaïre, l’enfant tendit son doigt.

« Ah ah ! » rit le Drac. « Ah ah ». Cette fois, il est devenu bien gras, d’un coup il est devenu gras. Femme, je vais ouvrir la barrique et puis j’irai sur la Terre appeler mes Dracons, les Dracons miens ! » Le Drac ouvrit la barrique. Puis il sortit le beau garçon et le porta à la cuisine. « Femme, dit le Drac, je ne pense pas qu’il soit très vif. Je te laisse l’apprêter.. »

Et le Drac partit. La Draquesse posa la grande marmite sur le feu et puis, devant la porte, avec la hache, elle se mit à fendre du bois. Le beau garçon s’approcha et se mit à rire, à rire !

« Fiston, grimaça la Draquesse, dans la situation où tu te trouves, je ne comprends pas que qu’il y a de risible ! » « Femme, je ris de vous voir faire ! Hi, hi, c’est certainement la première fois que vous fendez du bois ! Hi, hi, Vous ne savez pas tenir le manche de la hache ! « Et toi, tu crois le faire mieux que moi ? « Donnez-moi la hache et vous verrez ! »

La Draquesse donna la hache. Le beau garçon empoigna solidement le manche et pinga ! frappa avec la hache sur la tête de la Draquesse, et sur le cou, et sur le dos, partout !

Sur le feu, l’eau bouillait dans la grande marmite. Le beau garçon ramassa les morceaux sanglants de la Draquesse et les jeta l’un après l’autre dans la marmite. Alors une nuée s’éleva dans la cheminée. Une belle fille sortit de la marmite et descendit sur le plancher.

« Beau garçon, dit la belle fille, viens que je t’embrasse. Tu as brisé mon ensorcellement. Je suis redevenue la belle fille comme avant, la princesse du pays de sur la Terre. Viens que je t’embrasse ». Le beau garçon s’approcha, embrassa la belle fille qui dénoua le ruban de soie qui retenait ses cheveux. « Prince, attends-moi. Je vais aller attacher la pierre verte. Le Drac ne pourra plus jamais entrer ici, ce Drac horrible qui m’avait enlevé tous mes pouvoirs. En sorcière noire, il m’avait changée. Attends-moi, mon prince ». La belle fille partit. Avec le ruban de soie, elle lia la pierre verte, puis elle revint dans la maisonnette.

Et c’est ainsi que le beau garçon devint le prince de la belle fille, au pays de sur la Terre, là-bas, loin des travers de Porcassès.

Cansou de las segos, en Oc

Abal, sul poun de la Cadeno

En-t-anen dalha lou Prat-Grand,

Passabou Ramoun et Bertrand :

La treito bouès de la Sereno

D'al founs de l'aio lour cantet

Uno cansou que lous perdet.


« Crânes efans, belo jouinesso

Que ses la flour de mous balouns,

Lous prats sou grands, lous jouns sou loungs;

Aures be tens pell'herbo espesso

De bous coufi dins las susous :

Prep de moun aio asseta-bous.


« Qu'al bord del rieu cante la calhe

Cante lou merlhe amai l'auriol ;

Que sus las flours lou parpalhol

Dins la rousado se miralhe ;

Que la cigale et lou grelhou

Butou rasclet et carilhou.


« Per m'escouta las biroundèlos

laissou la tourre et lou clouquiè;

Lous canards benou d'al pesquiè,

D'al bouscalhou las tourtourèlos;

lous raussinhols et lous pinsous

Cantou mous cans et mas cansous.


« Abant d'ana dalha la prado,

Benès, efans, bous refesca,

Benès nada, benès pesca,

Et se la truito bous agrado,

Al founs del gourp cabussares,

Tantos et mai n'atrapares !


« Moun aio lindo se proumeno

Dins l'oumbro tiedo del mati.

Oh ! quun plase de s'espandi,

De se bressa dins la Sereno

Que rebiscolo et dégourdis

Coumo la foun del paradis ! »


La treito bouès aital cantabo

D’abal mountabo per amoun…

Ta pla que Bertrand et Ramoun,

Dins lou gourp ploun que lous tentabo,

Mitat belhen, mitan rêben,

Férou lou saut per prene 'n ben.


Las fenejairos del bilatge

Beniòu feneja lou Prat-Grand :

Sounèrou Ramoun et Bertrand

Dins lou randal, dins lou bouscage...

Bertrand, Ramoun, helas ! helas !

Dal founs del gourp tournèrou pas.


Et dendespiei sul bord de l'aio

Ount dormou lous efans perduts,

A miejonech s'ausis un bruch

Que la nijoure s'en effraio...

Et, lou mati, toutos las flours

N'òu lous elhous moulhats de plours.


Bela jouinesso degourdido,

Quand passares abal sul poun,

Oh! fintes pas dins lou gourp ploun...

Anas dalha l'herbo flourido...

De la Sereno et sas cansons,

Paures efans, mefisas-bous !

Chanson des faucheurs, en français

Là-bas, sur le pont de la Chaîne,

En allant faucher le Pré grand,

Passaient Raymond et Bertrand

La voix traitresse de la Serène

Du fond de l’eau, leur chanta

Une chanson qui les perdit.


« Fiers enfants, belle jeunesse

Qui êtes la fleur de mes vallons,

Les prés sont grands, les jours sont longs ;

Vous aurez bien le temps par l’herbe épaisse

De vous prélasser dans les gerbes

Près de mon eau asseyez vous.


Au bord de la rivière, chante la caille,

Chante le merle ainsi que le loriot,

Et sur les fleurs, le papillon

Dans la rosée se mire ;

La cigale et le grillon

Poussent leur couplet et le carillon.


Pour m’écouter, les hirondelles

Laissent la tour et le clocher ;

Les canards viennent de l’étang,

Du buisson les tourterelles,

Les rossignols et les pinsons

Chantent mes chants et mes romances.


Avant d’aller faucher la prairie,

Venez, enfants, vous rafraichir,

Venez nager, venez pécher,

Et si la truite vous plaît

Au fond de la gorge vous plongerez.

Tant et plus vous en attraperez !


Mon eau limpide se promène

Dans l’ombre tiède du matin.

Oh ! Quel plaisir de s’étendre,

De se prélasser dans la Serène

Qui revigore et dégourdit

Comme la fontaine du paradis !


La voix traitresse ainsi chantait

De là-bas, montait vers les hauteurs…

Si bien que Bertrand et Raymond,

Dans la gorge profonde qui les tentait,

à demi endormis, à demi rêvant,

Ils firent le saut pour prendre un bain.


Les fenassiers du village

Venaient faucher le Pré grand :

Ils sonnèrent Raymond et Bertrand

Dans le vallon, dans le bocage..

Bertrand, Raymond, hélas, hélas !

Du fond de la gorge, ils ne revinrent pas.


Et depuis, au bord de l’eau

Où dorment les enfants perdus,

A minuit, on entend un bruit

Qui effraie la chevêche…

Et le matin, toutes les fleurs

En ont les petits yeux mouillés de pleurs.


Belle jeunesse dégourdie,

Quand vous passerez là-bas, sur le pont

Oh, ne regardez pas dans la gorge profonde..

Allez faucher l’herbe fleurie..

De la Serène et de ses chansons,

Pauvres enfants, méfiez-vous !

Perqué la lenga se pèrd ?

OCCITAN. «La lenga nòstra se pèrd». En plus de la profonde saignée humaine, la guerre de a généralisé l’utilisation de la langue nationale dans les tranchées. Cela poursuivait un mouvement qui s’accélère dès la révolution. Dans sa « Galerie des Préfets de l’Aveyron », Fernand de Barrau évoque un préfet, et un inspecteur, qui à la veille des évènements de avaient la langue d’òc en aversion et lui portaient le plus profond mépris. Voici ce qu’il écrit à ce sujet dans le tome de sa galerie.

M. Rozet n’aimait pas la langue d’òc : le patois de l’Aveyron l’horripilait et il aurait bien voulu extirper cet idiome du pays. En ce temps-là (1835), l’inspecteur des écoles primaires, M. Caucanas, tomba tout de suite d’accord avec le Préfet pour faire la guerre à notre idiome local. Il ordonna aux instituteurs de veiller rigoureusement à ce que les élèves ne le parlent pas lors des récréations et adjurait les pères et mères de famille de ne pas permettre à leurs enfants de s’exprimer en lange vulgaire. Il faut entendre M. Caucanas malmener notre langue dans une circulaire de la fin de 1835 aux instituteurs ! Il faut peser les griefs qu’il avait contre la langue : celle de Peyrot, de l’abbé Bessou et de Mistral qui obtint en 1904 le prix Nobel avec «Mirelha».

« L’idiome vulgaire appelé patois est la langue que parlent les habitants des communes rurales et la classe ouvrière des villes dans le département » (on ne peut s’inscrire en faux). « C’est un fait malheureusement trop certain que le Rouergue n’a pas atteint le même degré de civilisation que la partie septentrionale de la France.

À quoi attribuer ce retard ? À plusieurs causes ; mais la plus puissante et la moins douteuse est l’influence du patois ». « Si la perfection plus ou moins grande du langage indique l’état moral d’un peuple, si la littérature est l’expression de la société, que penser d’une contrée où un idiome grossier, chargé de mille dialectes, se mêle, se confond sans cesse avec la langue nationale » (M. Caucanas connaissait-il la littérature des troubadours rouergats et du Roman de Flamenca ?)

« Dans ce mélange continuel, la pureté du langage se perd, et la société reste dans un état de stagnation complète, si elle ne rétrograde pas. Pénétrez dans nos campagnes : l’agriculture y est sans doute plus florissante qu’autrefois, mais que ces progrès sont lents... N’est-ce pas le patois qui en est la cause principale ? »

la suite...

La fin du réquisitoire est plus dure encore : « Je ne parle pas de mœurs et des manières villageoises… Mais qu’est-ce qui rend cette rusticité si repoussante ? Le patois. N’est-ce pas aussi cet idiome grossier qui donne à nos campagnards cette âpre sauvagerie devenue proverbiale ».

« Si les élèves parlent mal le français et ont une prononciation détestable ne faut-il pas en accuser l’usage habituel du patois à l’extérieur ? Nos instituteurs ne sont point à l’abri de pareils reproches, c’est encore incontestablement le patois qui en est la cause ». M. Caucanas, est passé, notre langue d’òc est heureusement restée, et s’est enrichie de nombreux chefs-d'œuvre qui, de ce prétendu « jargon grossier » en ont fait une langue littéraire, reconnue et enseignée dans les universités du monde entier.

La sagesse populaire lui a largement répondu : «Que Dieu nos garde d’un ase sabent» (Que Dieu nous protège d’un âne instruit).

Jaconet, de la Mathébie, de Tolonjac

Provèrbi : Lo papier es un brave ase, Pòrta tot çò qu’òm i met dessús. Le papier est un bon âne. Il porte tout ce qu’on y met dessus. (N’accordons pas un crédit sans contrôle à tout ce qui est écrit).

Lo davantal de la mameta

OCCITAN. A notre époque du tout jetable : mouchoir , essuie tout et autres lingettes, les enfants d’aujourd’hui qui ne portent plus de blouses à l’école, ne peuvent savoir le rôle que jouait le tabler que portaient nos grands-mères, «mametas» o «meninas» .

D’une manière générale, les femmes étaient vêtues d’une robe (rauba) souvent noire, sous laquelle il y avait des jupons (cotilhons) et qui était protégée par un tablier de toile (faudal, ou davantal). La «fauda» o «falda» désigne le giron. C’est-à-dire l’assise constituée par les deux cuisses horizontales et le ventre, là où vient «s’acoconir» (se nicher) le petit enfant quand sa mère le prend sur ses genoux. Le «davantal» servait à protéger les vêtements car elles avaient peu de robes de rechange. En fait, il était beaucoup plus facile de laver un tablier habituellement en coton qu’une robe, une blouse ou une jupe, faites d’autres tissus. Là était son principal usage, mais il était beaucoup plus que cela. Les enfants qui se sont si souvent mouchés dedans ne peuvent pas avoir oublié… Il était incomparable pour essuyer leurs «lagremas» (larmes) et, à certaines occasions, pour nettoyer les «morres camaiats» (frimousses noircies). Sans oublier qu’il servait d’abri aux plus timides dès qu’un visiteur arrivait.

À la cuisine, bien avant l’invention des «mitaines à fourneau» et autres maniques, il servait de gant pour retirer la tarte aux pommes du four et la poser sur le rebord de la fenêtre pour qu’elle refroidisse.

Elle l’avait toujours «a posita» (a portée) pour s’en essuyer le front sous la chaleur. «Al canton» (dans l’âtre), agité au-dessus du feu de bois, il faisait office de soufflet sur la «lenha» (bois) qu’il avait amené.

Au poulailler, le tablier servait à transporter les œufs, ou les poussins à «reviscolar» (à réanimer). Parfois certains œufs à moitié «espelits» (éclos) étaient déposés dans un fourneau tiède afin de faciliter leur éclosion.

A «l’òrt» (potager), il servait de panier pour «trigossar» (transbahuter) de nombreux légumes. Ainsi, après les mongetas» (haricots verts) et autres «ceses» (petits pois), venait le tour des «caulets» (choux) et des «patanons » (pommes de terre).

la suite...

En fin de saison, il était utilisé pour ramasser les pommes tombées de l’arbre. À l’heure du repas, la mameta, agitait son tablier sur le «balet» (perron), c’était signe que le dîner était prêt, et les hommes aux champs savaient qu’ils devaient passer à table.

Quand des visiteurs arrivaient à l’improviste, c’était surprenant de voir avec quelle rapidité ce vieux tablier pouvait «faire la poussière». Il faudra de bien longues années, avant que quelqu’un invente un vêtement, qui puisse rivaliser avec ce bon vieux tablier utile à tant de choses.

On deviendrait bien fou aujourd’hui rien que de songer à la quantité de microbes qui pouvaient s’accumuler sur le tablier en une seule journée ! En réalité, la seule chose que les enfants de l’époque aient attrapée au contact du tablier de maman ou de grand-maman, c’est de l’amour et les sonorités de notre vieille lenga nòstra.

Jaconet, de la Mathébie, de Tolonjac

Les mots d'Oc de France Bleu Occitanie

Dans les Mots d’Oc, nous sommes dans le département de l’Aveyron. Nous sommes au Nord-Ouest de Villefranche de Rouergue. Bonjour Géraud Delbès, Soyez bienvenus à Toulonjac …

E òc, benvengut a Tolonjac! Alèra, qu’es aquò lo ligam entre los noms Tolon e Tolonjac / oui, question ce matin, quel est le lien entre les noms Toulon et Toulonjac ? E ben pauròts, n’i pas cap ! Aucun rapport entre les toponymes Toulon (dans le Var) et Toulonjac, dans le Rouergue. Tonlonjac existís mercés a Tolomnius. Mas qual es Tolomnius ? Aquò’s lo pus primièr proprietari. Aquel pagés es a l’origina de Tolonjac / Tolomnius est le nom du propriétaire d'une ancienne villa. Ici villa signifie domaine. C’est Tolomnius, un important propriétaire terrien, qui va créer Tolonjac.

Toulonjac, avec ce nom qui finit en -ac, est-ce que ça a une signification ?

E ben òc / absolument, vous avez beaucoup de noms de communes dans notre région qui se terminent en ac : Galhac, Marcilhac, Blanhac, e doncas Tolonjac, dans tous les cas, Toulonjac vient de Tolomniacum, c’est à dire la propriété de Tolomnius, donc Tolonjac. Un mot per vos parlar de la glèisa de Tolonjac, amb la glèisa Sant Miquèl / l’église Saint Michel de Toulonjac dont le clocher aurait été copié sur celui de la Collégiale de Villefranche de Rouergue.

Vous familiariser avec cette belle langue ? Cliquez ici pour écouter !

la suite...

Est-ce que vous pouvez nous donner des exemples de noms à consonance occitane dans Toulonjac ?

Òc-ben, n’i a pertot pel vilatge. Anem, un exemple avec Les Bories. Bories qui est la prononciation francisée du mot occitan bòrias. Una bòria, c’est une ferme, l’exploitation agricole. Quicòm mai brave mond / autre nom à consonance occitane dans la commune de Toulonjac, avec Lacaze noté en un seul mot alors qu’il s’agit bien de la et plus loin casa. La casa, ça peut être la maison, mais dans certains cas, la casa est aussi une masure, tant val dire, une maison rustique. Quicòm coma 770 estatjants a Tolonjac / 770 habitants à Toulonjac, adieu-siatz à tous les Toulonjacois qui nous écoutent ce matin sur 96,2. Bon dimècres a totes / bon mercredi à tous !

Perque la lenga se perd ? seguida

OCCITAN. Dans leurs livres : ≪L’escola e l’occitan en Roergue≫ (collection textes et documents – Al Canton) et : ≪ Qui a vole mon ≪ patois ≫ ? L’épopée scolaire d’une langue proscrite ≫, Cristian Peire Bedel et Michel Lafon fournissent de nombreux témoignages.

Malgré l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539), malgré la Révolution et le fameux abbé Grégoire, malgré les pourfendeurs zélés de notre langue dont nous faisions état dans notre dernier article, la langue d’òc était très présente dans les départements du Midi. En 1864, l’enquête du Ministre de l’Instruction Publique montre qu’en Aveyron plus de 90 % de la population ne parle pas français.

Il n’est pas ici question de jeter l’opprobre sur les lois de Jules Ferry et de ce qu’elles ont apporté à nos populations rurales ; nous constaterons simplement le rôle qu’elles ont eu sur la langue et la culture occitanes.

L’occitan était la première et unique langue de communication : n’est-ce-pas l’instituteur André Quintard, lui-même originaire de Saint-Félix-de-Lunel, qui confiait à Michel Lafon « Ma première langue étrangère a été le français » et la majorité d’enseignants nés au lendemain de la guerre de 1914 pouvait en dire autant. Mais «Le français sera le seul en usage dans l’école». Ainsi, la fin du XIXe et le début du XXe siècle est dominée par une chasse impitoyable aux patois avec l’utilisation du «senhal» ou «signal». C’est un objet que les instituteurs plaçaient autour du cou des enfants « coupables ».

Coupables de quoi ? De s’exprimer en « patois » bien sûr, étant entendu qu’il n’était pas question de dire « langue », ce terme noble étant réservé au seul français. Le « fautif » ne pouvait s’en débarrasser qu’en dénonçant à son tour l’un de ses camarades, sachant qu’à la fin de la journée, seul le détenteur du symbole était puni. Ce système s’est révélé aussi efficace que pervers car, pour échapper aux sanctions, les enfants n’avaient d’autre choix que de «desalar» (dénoncer) leurs camarades et de rejeter la langue historique de leur famille et de leur territoire.

Provèrbi : Tant l’ase va al molin, qu’a la fin ne sap lo camin. L’âne va si souvent au moulin, qu’à la fin il en connaît le chemin (À force de rabâcher, le plus sot finit par apprendre).

la suite...

photo : école des filles à Toulonjac en 1923

« Étonnez-vous après cela que les langues régionales aient été associées à des sentiments de honte et de culpabilité et que les écoliers, devenus adultes, n’aient pas eu envie de les transmettre à leurs enfants ! » (Henriette Walter)

Si ce dispositif hallucinant est resté en usage jusque dans les années 1960, c’est que les instituteurs pensaient bien faire. Dans leur esprit, enseigner le français était un excellent service à rendre aux enfants du peuple, une chance de grimper dans l’échelle sociale, le meilleur moyen d’assurer l’égalité républicaine. Rares sont ceux qui se sont posé la question de fond : cette fameuse égalité n’aurait-elle pas été mieux assurée si la France avait permis à chacun d’accéder à la réussite professionnelle dans sa langue maternelle ? « Obliger un enfant à utiliser le parler d’un autre pour avoir droit à la promotion sociale, n’est-ce pas une curieuse définition de l’égalité ?

En Roèrgue de nombreux instituteurs tel Henri Mouly n’ont pas appliqué des directives tacitement tolérées, souvent encouragées, responsables du complexe d’infériorité qui a longtemps pesé sur les gens de chez nous.

Mais le mal était déjà fait, nous y reviendrons.

Jaconet, de la Mathébie, de Tolonjac