Bienvenue sur la page de la culture occitane

L'occitan est une des langues romanes issues d'une déformation progressive du latin oral, autrement dit de la forme vernaculaire de latin utilisée pour la communication quotidienne.

Ici, pas question d'apprendre l'occitan. La langue française a été imposée à tous depuis François 1er, alors...

Nous souhaitons vous faire découvrir quelques pépites de cette culture, des poésies, des usages, quelques beaux livres, des traditions ou des contes qui n'ont rien à envier au Seigneur des anneaux ou à Harry Potter. Bonne balade.

Carousel imageCarousel imageCarousel image

Lo maridatge de Belugueta, en Oc

Gardava los pòrcs la bèla Belugueta, aval lo long del riu sarrat. Las castanhas èran tombadas, se desmargavan los pelons. Que se carravan, los pòrcs, amb lo nas, de fosigar dins l’apalhada de fuèlhas !

La bèla Belugueta, contra lo castanhièr curat, petaçava lo davantal vièlh. L’agulha s’espintèt de travèrs dins lo petaç de saca.

« Ai ! lo det de l’anèl… Ai ! lo meu sang... » cridèt la filha, e levèt lo cap. Davant ela, sus un caval, veniá lo cavalièr.

« Flor de fuòc, la bèla Belugueta, te veni veire, diguèt lo cavalièr. Dona-me lo teu det que te garirai.

— Sénher, respondèt la filha, lo meu det lo vos pòdi pas donar. La mia dolor serà per ieu... »

Alara lo cavalièr dobriguèt l’estug que portava sul còr e tirèt la baga d’aur fin, puèi i tornèt: « Filha, vei aquel anèl. Dona-me lo teu det, passarà la tia dolor... Per ieu gardaràs lo teu amor.

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

— Lo meu amor serà pas per vos, que soi promesa. Amb lo cap d’ostal del Parque nos maridam per Sant Martin. Ieu soi res qu’una porcatièira, Sénher cavalièr. Se me preniàtz dins la vòstra cambra, tanlèu dintrar nos convendriàm pas.

— Filha, siás pus polida que cap de Dòna de castèl. Per la primièira nuèch la vestidura tomba, e lo jorn nòu se carga lo vestit novèl. Encara me vòls pas, la bèla Belugueta, mas ieu sabi que te prendrai sus aquel caval. Uèi, solament lo det te dòl del fissal de l’agulha, mas quand la vergonha te fissarà lo còr vendràs aici que t’esperarai. Te coneisserai pertot davant tu me conéisser, filha, flor de fuòc. I! i! caval... »

Lo caval se cabrèt, refreniguèt, se n’anèt lo long del réc. Sens comprene res la filha se plorèt contra lo castanhièr curat... Puèi remausèt los pòrcs, se’n tornèt claure. Mas a l’ostal èra venguda la cordurièira: « Filha, regausis-te, que talharem lo teu vestit novial...»

La cordurièira prenguèt las mesuras amb lo riban e puèi talhèt dins lo crespe blanc.

Alara se mainèt que mancava de fial.

« Filha, vai-te’n a la Plancada e compraràs de polit fial. Mas torna lèu que me languissi de demorar sens cordurar. »

Se n’anèt la Bèla Belugueta. Caminava, caminava. Dins lo coet del mocador aviá nosat lo sòu rossèl. Mas a la Crotz de la Pala, contra lo peiron de la crotz, vegèt un sac dobèrt.

Del sac, de fial s’escampava a madaissas, a madaissons : fial de cambe, fial de lin, fial de seda per garnir.

Belugueta se sarrèt: « Aqui lo fial que manca, se pensèt. La cordurièira se languis a l’ostal, ieu preni lo sac, qualque mercant l’a tombat... Aital anarai pas a la Plancada... »

La filha prenguèt lo sac, amassèt totas las madaissas que s’escampilhavan e prompte se’n tornèt.

La cordurièira qu’esperava, sens demandar res engulhèt l’agulha, e de cóser, e de cordurar. L’agulha traucava dins lo petaç, lo fial la butava, cròc... cròc... los còps de dedals.

Qu’èra polida la rauba quand Belagueta l’ensagèt ! Mas caliá tuar las polas: l’endeman èra Sant Martin. Venguèt lo nòvi, lo contranòvi, la parentat dels dos costats. Una darrièira nuèch de fèbre, mai d’una ora per se vestir, e puèi tota la nòça partiguèt. Sus las èrbas i aviá d’albièira que lusissiá dins lo solelh clar...

Lo paire menava la filha coma se fa per tot païs. Sus la dintrada de la glèisa, el prenguèt d’aiga al benedichièr: « Tè ! Belugueta, senha-te... »

Belugueta comencèt: « Del nom del Paire...

— A!... a!... a!... Que m’èri cambiat en fial... » Una vapor de sofre pleguèt la novia de cap als pès. « A !... a !... a !... » Los petaces de crespe se descor durèron. « A !... a !... a !... A !... » Refreniguèt lo rire sauvatge, se n’anèt al vent la vapor d’infèrn. La bèla Belugueta, en camisa contra lo benedichièr, de las doas mans s’estremava lo còr.

Lo curat vièlh; aval, prompte s’anèt claure dins la sacristia. Lo clergue lo seguiá, tot còp se revirava.

« Es endracada, la nòvia ! Es endracada !... » cridavan los convidats.

Lo nòvi se sarrèt: « Te vòli pas mai !... Te vòli pas mai, ramèla ! Vai- te’n...

— Vai-te’n, filha mia, ajustèt lo paire. As pecat contra Dieu e contra l’ostal... Que te torne pas veire !

— Pietat per ela ! supliquèt la maire de genolhons. Pietat ! Non, Belugueta a pas pecat!... »

Mas los convidats brandissián las cadièiras de la glèisa. Escupissián.

Belugueta, sens téner cap, fugiguèt defòra. Los autres la seguián, lo nòvi primièr, e getavan de pèiras.

Ela n’anava, pels camps, pels travèrses, lo long del riu. Las rómecs longas l’acrancavan, escrifavan la camisa leugièira, escaraunhavan las cambas nusas. E se risián los òmes darrièr.

Aval, contra lo castanhièr curat, un caval esperava pr’aquò. E, redde sus la sèla, se teniá lo cavalièr que cridèt tanlèu veire Belugueta: « Prompte vèni, vèni, flor de fuòc !... »

Belugueta ne podiá pas mai. Lo seu còr tustava coma s’anava brecar. Lo cavalièr la prenguèt, la tirèt sus la sèla. Arribavan los convidats, tota la nòça. Cadun levava la sia pèira, cadun cridava lo seu renèc.

« A !... a !... a !... » refreniguèt lo rire sauvatge. « A !... a !... a !... Flor de fuòc, se te renègan tos fraires, seràs la femna del Drac... I ! caval... »

Lo caval partiguèt coma lo grand vent d’autan. Se podián brandir los convidats. Tornariá pas jamai la Bèla Belugueta... Qual sap se tornariá lo Drac ?...

Le mariage de Beluguette, en français

Elle gardait les porcs, Beluguette, là-bas, le long du ruisseau étroit. Les châtaignes étaient tombées et sortaient des bogues. Qu’ils se régalaient les cochons, avec le groin, de fouir dans les amas de feuilles !

Le belle Beluguette, contre le châtaignier creux, rapiéçait un vieux tablier. L’aiguille s’enfonça de travers dans le tissu de toile.

Aïe ! Le doigt de l’anneau.. Aïe, mon sang.. cria la fille qui leva la tête. Devant elle, sur un cheval, venait un cavalier.

Fleur de feu, belle Beluguette, je viens te voir, dit le cavalier. Donne-moi ton doigt que je guérirai.

Monsieur, répondit la fille, je ne peux pas vous donner mon doigt. Ma douleur est pour moi.

Alors, le cavalier ouvrit l’étui qu’il portait sur le cœur et en sortit la bague d’or fin, puis il dit : Fille, vois cet anneau. Donne-moi ton doigt, ta douleur disparaitra. Pour moi, je garderai ton amour.

Mon amour ne sera pas pour vous, parce que je suis promise. Avec l’aîné de Pargue, nous nous marierons pour la Saint-Martin. Je ne suis qu’une porchère, monsieur le cavalier. . Si vous me preniez dans votre chambre, à cet instant là, nous ne nous accorderions pas.

Fille, tu es plus jolie qu’aucune dame de château. A la première nuit, la robe tombe et au jour nouveau, on revêt l’habit neuf. Tu ne me veux toujours pas, belle Beluguette, mais moi je sais que je t’emmènerai sur ce cheval. Aujourd’hui, seul le doigt souffre de la piqûre de l’aiguille, mais quand la honte te fendra le cœur, je viendrai ici et je t’attendrai. Je te connaitrai bien avant que tu ne me connaisses, fille fleur de feu. Hue ! Cheval !

Le cheval se cabra, hennit et s’en alla le long du ruisseau. Sans comprendre, la fille pleura contre le châtaignier creux. Puis elle rassembla les porcs et revint les enclore. Mais, à la maison, la couturière était venue : Fille réjouis-toi, nous allons tailler ta robe de mariée..

La couturière prit les mesures avec le ruban et puis coupa dans le crêpe blanc.

Alors elle se rendit compte que le fil manquait. Fille, va à la Planque et tu achèteras du beau fil. Mais reviens vite car je m’ennuie à attendre sans coudre.

Et le belle Beluguette s’en alla. Elle cheminait, cheminait. Dans un coin de son mouchoir, elle avait noué le sou jaune. Mais à la Croix de la Pale, contre la pierre de la croix, elle vit un sac ouvert. Du sac, s’échappaient des écheveaux de fil, du fil de chanvre, du fil de lin, du fil de soie pour broder. Beluguette s’approcha : Voilà le fil qui manque, pensa-t-elle. La couturière attend à la maison, je prends le sac que quelque marchand a perdu. Ainsi je n’irais pas à la Planque.

Carousel imageCarousel imageCarousel image

La fille prit le sac, ramassa tous les écheveaux qui étaient répandus et rendra rapidement.

La couturière qui s’impatientait, sans poser de question, enfila l’aiguille et cousit, tailla. L’aiguilla pénétrait dans le tissu, le fil suivait, croc, croc avec les coups de dé.

Qu’elle était belle la robe quand Beluguette l’essaya ! Mais il fallait tuer les poules : le lendemain, c’était la Saint-Martin. Vinrent le fiancé, le témoin, les parents des deux familles. Une dernière nuit de fièvre, plus d’une heure pour se vêtir, et puis toute la noce s’en alla. Sur l’herbe, la rosée luisait dans le soleil clair.

Le père menait la fille comme il se fait dans tous les pays. A l’entrée de l’église, il prit de l’eau dans le bénitier : Tiens, Beluguette, signe-toi..

Beluguette commença : Au nom du Père…

A, a, a ! Je m’étais changé en fil !. Une vapeur de souffre enveloppa la fiancée de la tête aux pieds. A, a, a ! Les pans de crêpe se décousirent. A, a, a ! Le rire sauvage retentit et la vapeur infernale s’en alla au vent. La belle Beluguette, en chemise contre le bénitier, se serrait le cœur des deux mains.

Le vieux curé alla rapidement se réfugier dans la sacristie. Le clerc le suivait, et tout à coup se retourna.

La fiancée est endraconnée ! Elle est endraconnée, crièrent les invités. Le fiancé s’écarta. Je ne te veux plus ! Je ne te veux plus, femme mauvaise ! Va-t-en !

Va-t-en, ma fille, ajouta le père. Tu as péché contre Dieu et contre la maison. Je ne veux plus te voir !

Pitié pour elle ! supplia la mère à genoux. Pitié ! Non, Beluguette n’a pas péché !

Mais les invités secouaient les chaises de l’église. Ils crachaient.

Beluguette, ne tint pas tête et s’enfuit dehors. Les autres la suivaient, le fiancé en tête et lui jetaient des pierres.

Elle s’en alla, par les champs, par les travers, le long du ruisseau. Les ronces l’accrochaient, déchiraient la chemise légère, griffaient les jambes nues. Et derrière, les hommes riaient.

Là-bas, contre le châtaignier creux, un cheval attendait. Et raide sur la selle, se tenait le cavalier, qui cria en voyant Beluguette : Viens vite, viens, fleur de feu !

Beluguette n’en pouvait plus. Son cœur cognait comme s’il allait éclater. Le cavalier la souleva et l’installa sur la selle. Les invités et toute la noce arriva. Chacun leva sa pierre, chacun cria son reniement.

A, a, a ! Le rire sauvage ricana. A, a, a ! Fleur de feu, si tes frères te renient, tu seras la femme du Drac ! Hue, mon cheval !

Le cheval partit comme le grand vent d’autan. Les invités pouvaient s’agiter. Le belle Beluguette ne reviendrait jamais. Qui sait si le Drac reviendrait ?

Segaires, als vòstres volams !

Alèrta ! Aicí Sant-Joan qu'anonça la recòlta : Dins pauc, del blat novèl poirem faire una mòlta. Segaires, acolats, asugatz lo volam : Qu'a la poncha del jorn, deman tot prengue vam. tot escàs, de brilhar, cessa la polsinièira, E comença a lusir, l'estèla matinièira,

Qu'òm vei lo pagés còrrer amb sa còla al trabalh, E tot primièirament tombar sus l'òrdical. La copa d'aquel blat, qu'es la pus aboriva li dòna lo moièn d'atendre la tardiva

Perçò qu'a sos obrièrs, totes tantes que son, ten lo pan sufisent jusqu'après la meisson L'ordi n'es pas al sòl, qu'al fèrre abandonada, de la fièra seguiòl, la tija es renversada.

Enfin, sans estar gaire, arriba lo moment de passar la faucilha, a bèl talh, sul froment.

A l'œuvre moissonneurs !

Alerte ! Voici Saint-Jean, annonçant la récolte. Dans peu de temps, du blé nouveau, nous ferons une meule. Moissonneurs, équipiers, aiguisez vos faucilles. Qu'à la pointe du jour, demain tout prenne élan. Tout à peine, de briller, cesse la poussinière Et commence à briller l’étoile matinale.

Qu'on voit le maître accourir, avec son équipe, au travail, Et tout d'abord fondre sur l'orge hivernal. La coupe de ce blé, qui est la plus hâtive lui fournit le moyen d'attendre la tardive.

Parce qu'à ses ouvriers, à tous autant qu'ils sont, iI tient le pain suffisant, jusqu'après la moisson. L'orge n'est pas à l'aire, qu'à la lame abandonnée, du seigle fier, la tige est renversée.

Enfin, sans tarder guère, arrive le moment de passer la faucille, à tout beau venant, sur le froment.

L'estiu. Lo temps del fenejar es aqui :

Autre temps, autre suènh : ara cal fenejar. Quand l'èrba dins lo prat comença a blanquejar, l'en cal traire, autrament la mitat se'n estralha. Anem donc, companhons, vite, atrapatz la dalha ! Aquí n'i a pro de dich. Per lo mèstre, animats, los varlets en camisa e d'aquel fèrre armats, fan sautar, sans pietat, l'ornament de la prada : Tot tomba jos l'aisina a la cot asugada.

Puèi, per virar les rengs, ven de monde un tropèl. Alara òm vei jogar la forca e lo rastèl. Tandis que l’un forqueja et que l’autre rastèla, los dalhaires l’ombra onchan la gargamèla. Quand, del fen pro secat, lo ser, fan los molons, de tot lo vesinat venon los enfantons, juscas al cacha-niù que sort de la breçòla, escalar sus la pila et far la cabiròla ; S’i plason talament que quiton pas lo prat, que quand dins la fenial veson le fen dintrat.

L'été. Voici le temps des fenaisons.

Autre temps, autre soin. A présent il taut faner. Lorsque l'herbe dans le pré commence à être blanche, il faut l'en retirer, sinon la moitié fait litière. Allons donc compagnons, vite prenez la faux ! C'en est assez de dit. Par le maître, animés, les valets, en manches de chemise, et de ce fer armés font sauter sans pitié la parure de la prairie. Tout tombe sous l'outil à la pierre bien aiguisée.

Puis pour retourner les rangs d'herbe, il vient beaucoup de monde. Alors, on voit jouer la fourche et le râteau. Tandis que l'un joue de la fourche et que l'autre râtelle, les faucheurs à une ombre, humectent le gosier. Lorsque, du foin bien sec, le soir on fait des tas, de tout le voisinage arrivent les enfants, jusque au dernier-né qui vient de quitter le berceau, pour escalader sur les tas et faire des cabrioles. Tant ils s'y plaisent qu'ils ne quittent le pré que lorsque dans le fenil ils voient le foin rentré.

Quelques vidéos en occitan.. Vidéos sous titrées pour votre confort.

Conseil : pour bénéficier des sous-titres, cliquez sur Regarder sur Youtube.

Bibliographie de Joan Bodon

  • Contes de chez moi (contes ; Villefranche de Rouergue, Salingardes)

  • Contes des Balssa (contes ; Villefranche de Rouergue, Salingardes)

  • Les cailloux du chemin (roman ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, 1956)

  • La Sainte Estelle du centenaire (roman ; Rodez, Subervie, 1960

  • Le livre des grands jours (roman ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, 1964)

  • Le livre de Catòia (roman ; Beaumont de Lomagne, Le Livre Occitan, 1966)

  • Rien ne vaut l'électrochoc (poèmes ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, coll. 4 Vertats, 1970)

  • La Chimère (roman ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, coll. A tots, 1974)

  • Contes du Drac (contes ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, 1975)

  • Sur la mer des galères (poèmes ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, coll. 4 Vertats, 1975)

  • L'anneau d'or (conte illustré ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, coll. 4 Vertats, 1975)

  • Les demoiselles (roman inachevé ; Toulouse, Institut d'Etudes Occitanes, coll. A tots, 1976)

  • Lettres à Henry Mouly (correspondance ; Valderiès, Vent Terral, 1986)

  • L'Evangile de Barthélemy (roman inachevé ; Rodez, Editions du Rouergue, 198x - publié dans Les cailloux du chemin)

  • L'homme que j'étais (roman inachevé ; Rodez, Editions du Rouergue, 1987 - publié dans Les Demoiselles)

  • Contes du Viaur (contes ; in Contes, Rodez, Editions du Rouergue, 1989)

  • Poèmes (oeuvre poétique complète ; Puylaurens, IEO Editions, 2010)

Visitez le site de Joan Bodon !

Si vous n'avez pas peur et si vous avez plus de 12 ans...Visitez la page des Contes du Drac, en Occitan et en français.

"L’occitan... qu’es aquò ? "

"L’occitan... qu’es aquò ? " est une brochure d’information pour vous présenter, en quelques pages, la richesse de la culture occitane, ses acteurs et son ancrage dans notre société.

En vous transportant à travers les siècles, aux côtés de ses grands personnages passés et contemporains, en vous présentant les actions du mouvement associatif pour mettre en avant, enseigner et transmettre la langue occitane, nous espérons avant toute chose répondre à votre curiosité.

Et pourquoi pas vous donner également envie d’apprendre, de transmettre cette langue millénaire ou, tout simplement, de vous engager avec nous, avec vos compétences et votre envie.

C’est tout l’objectif de ce document d’informations que nous vous encourageons à faire connaître dans son format papier ou par téléchargement. Bonna lectura !

Lo Grelh Roergàs

Lo Grelh Roergàs es una associacion felibrenca, tipe 1901, fondada en 1921 per l’escrivan roergàs, Enric Mouly (1896-1981) e son amic Eugèni Seguret (1896-1956), per aparar e promòure la lenga occitana.

Lo grelh que canta, es la vida, mas lo grelh roergàs, es la vida de la lenga occitana, e contunha de cantar dempuèi cent ans lèu ! Una longevitat excepcionala per una associacion occitana.

Le "Grelh Roergàs"

Le "Grelh Roergàs" (le grillon rouergat) est une association félibréenne, type 1901, fondée en 1921 par l’écrivain rouergat, Henri Mouly (1896-1981) et son ami Eugène Séguret (1896-1956), pour défendre et promouvoir la langue occitane.

Le grillon qui chante, c’est la vie, mais le grillon rouergat, c’est la vie de la langue occitane, et il chante encore depuis bientôt cent ans ! Une longévité exceptionnelle pour une association occitane.

TRÒCES DE VIDA

Recueil de textes : Occitan - Editeur : Grelh Roergàs, n° 69 - Parution : 2021 - Couverture et montage audio : Stéphane Casagranda (12390 Rignac) - Enregistrement audio : CFM Radio à Villefranche de Rouergue (12200)

Tròces de vida, quarante "tranches de vie", des souvenirs, des anecdotes, des scènes et des situations diverses, une grande variété de thèmes qui nous amène à réfléchir sur la vie, justement. Des tranches de vies qu’on peut lire, et une sélection de vingt d’entre elles qu’on peut écouter. En effet, l’écrit ne suffit pas pour faire vivre une langue, encore moins pour l’apprendre. Pour l’enseigner et la transmettre, des témoignages oraux sont indispensables. Il y a aussi et tout simplement le plaisir d’entendre la langue. La version audio est accessible sur ce site en cliquant sur Seleccion Audio

Tròces de vida, lo vinten obratge de Sèrgi Gairal. Après una tièira de romans de tèmas variats, tot en occitan o bilingües, après la revirada de Dòn Quichòt (tròces causits) e dels Entremeses de Cervantes, après un recuèlh de mots crosats, un recuèlh d’istorietas, nos ofrís aicí, un ramelet de quaranta tèxtes, "de remembres, d’anecdòtas, de testimoniatges, de scènas e situacions divèrsas, recentas o ancianas, comunas o excepcionalas, realas o somiadas, urosas o malurosas, una granda varietat de tèmas, lo rebat de nòstra vida de dròlles, de joves, d’adultes e de vièlhs." Tròces de vida, lo rebat de nòstra vida a un moment donat.

Dins l’avantprepaus Sèrgi Gairal precisa que "l’escrich sufís pas per far viure una lenga, encara mens per l’aprene. Per parlar de lenga viva, la cal ausir. Per l’ensenhar e la transmetre, cal dispausar de testimoniatges orals." Es per aquò que propausa una version audio d’una seleccion de vint tèxtes del recuèlh qu’òm pòt escotar sus aqueste site en clicant sus Seleccion Audio, un ramelet oral per far viure la lenga encara mai, encara melhor, o pel plaser de l’ausir, tot simplament.

Pour en savoir plus sur Serge Gayral et ses publications, cliquez ici !

Charles de Pomairols (1843-1916)

Poète et romancier français. Il contribua à la fondation en 1908 de La Veillée d'Auvergne. Il passa son enfance au château de Toulonjac. Descendant des Pomairols, famille de consuls villefranchois, grand ami de Hérédia, perdant malheureux face à Bergson à l'Académie française en 1914, grand spécialiste de Lamartine, il tenait salon à Paris où il recevait les écrivains catholiques tels que Mauriac. Voulez-vous écouter une enregistrement sonore de Charles de Pomairols, daté de 1913 ? Cliquez ici !

Jean Boudou ou Joan Bodon. Qu’es aquel ?

Joan Bodon est un romancier, poète et conteur de langue d'oc.

Ses mots nous transportent. On pénètre dans les contes et légendes de son pays magique : Lo Drac et los dracons et leurs facéties… Place à l’imagination ! Sont-ils grands ? petits ? Sous forme de dragons ou autres animaux ? "Avez-vous entendu parler de l'enfant polit enlevé par lo Drac et transporté à cheval jusqu'au pays de sous la Terre pour y être engraissé et probablement dévoré ? Eh bien, l'entrée du pays « de sous la Terre », se situe non loin d'ici, dans le vallon de Porcassés, un petit affluent du Viaur…"

Cansou del pépi, en Oc

Fantou, poulit coumo'n sòu,

Tu benes et iéu m'en bòu!

Que fa'qui mai, Margarido?

Acoi lou trin de la bido;

Fantou, poulit coumo 'n sou,

Tu benes et iéu m'en bòu!

N'a 'n briéu qu'ai lous pelses blancs,

Sarri mous quatre-bints ans;

Que de blat, que de farino

Ai pourtado sus l'esquino!...

N'a' n briéu qu'ai lous pelses blancs,

Sarri mous quatre-bints ans.

Margarido sai benguet

Tal joun que lou Rei nasquet.

A la Planco tout sautabo,

Tout cantabo, tout dansabo...

Margarido sai benguet

Tal joun que lou Rei nasquet.

Lou Rei n'es pus à Paris,

Sifet Peire à sous moulis!

Et jamai à nostro Planco

L'aio ni lou blat li manco...

Lou Rei n'es pus à Paris,

Sifet Peire à sous moulis !

Mès aro, paure menut,

Toun pipi s'es arrandut...

Es estat fort coum 'n' arco,

A pla menado sa barco,

Mès aro, paure menut,

Toun pipi s'es arrandut.

Quand faras toun prumiè pas,

Belèu iéu courrerai pas;

Se sai èri, sur l'herbeto

Te prendrio pella maneto :

Mès belèu courrerai pas

Quand faras toun prumiè pas.

Lou boun Diéus sio benesit !

Me trobi pla perbesit...

Sieis oustals de mas familhos

Sou ples d'efans et de filhos.

Me trobi pla perbesit,

Lou boun Diéus sio benesit!

Oh! jamai lous Mounestiès

Mancaròu pas d'heritiès;

Béni, tiro ! Margarido,

Pouden quita aquesto bido,

Que jamai lou Mouinestiès

Mancaròu pas d'heritiès!


Abbé Justin Bessou, 1845—1918 * D’al brès à la toumbo

Chanson du pépé, en français

Petit enfant, joli comme un sou,

Tu arrives et moi, je m’en vais

Mais, qu’y faire, Marguerite ?

C’est le train de la vie ;

Petit enfant, joli comme un sou !

Tu arrives et moi, je m’en vais

Il y a longtemps que j’ai les cheveux blancs,

Je m’approche des quatre vingt ans,

Que de blé, que de farine

J’ai porté sur l’échine !

Il y a longtemps que j’ai les cheveux blancs,

Je m’approche des quatre vingt ans,

Marguerite sait bien

Quel jour naquit le roi.

A la Planque, tout sautait,

Tout chantait, tout dansait..

Marguerite sait bien

Quel jour naquit le roi.

Le roi n’est plus à Paris,

Ni Pierre à ses moulins !

Et jamais à notre Planque

L’eau ni le blé ne manquent

Le roi n’est plus à Paris,

Ni Pierre à ses moulins !

Mais maintenant, pauvre petit,

Ton pépé est parti.

Il a été fort comme une arche,

Il a bien mené sa barque

Mais maintenant, pauvre petit,

Ton pépé est parti.

Quand tu feras ton premier pas,

Peut-être que je ne courrai plus.

Si j’étais ici, sur l’herbette,

Je te prendrai par la menotte

Mais peut-être que je ne courrai plus.

Quand tu feras ton premier pas.

Que le bon Dieu soit béni !

Je me trouvé comblé..

Six maisons de mes familles

Sont pleines d’enfants et de filles.

Je me trouvé comblé..

Que le bon Dieu soit béni !

Oh, jamais les Monestiès

Ne manqueront d’héritiers ;

Allez, viens ! Marguerite,

Nous pouvons quitter cette vie,

Car jamais les Monestiès

Ne manqueront d’héritiers !

Abbé Justin Bessou, 1845—1918 * Du berceau à la tombe

Cansou de las segos, en Oc

Abal, sul poun de la Cadeno

En-t-anen dalha lou Prat-Grand,

Passabou Ramoun et Bertrand :

La treito bouès de la Sereno

D'al founs de l'aio lour cantet

Uno cansou que lous perdet.


« Crânes efans, belo jouinesso

Que ses la flour de mous balouns,

Lous prats sou grands, lous jouns sou loungs;

Aures be tens pell'herbo espesso

De bous coufi dins las susous :

Prep de moun aio asseta-bous.


« Qu'al bord del rieu cante la calhe

Cante lou merlhe amai l'auriol ;

Que sus las flours lou parpalhol

Dins la rousado se miralhe ;

Que la cigale et lou grelhou

Butou rasclet et carilhou.


« Per m'escouta las biroundèlos

laissou la tourre et lou clouquiè;

Lous canards benou d'al pesquiè,

D'al bouscalhou las tourtourèlos;

lous raussinhols et lous pinsous

Cantou mous cans et mas cansous.


« Abant d'ana dalha la prado,

Benès, efans, bous refesca,

Benès nada, benès pesca,

Et se la truito bous agrado,

Al founs del gourp cabussares,

Tantos et mai n'atrapares !


« Moun aio lindo se proumeno

Dins l'oumbro tiedo del mati.

Oh ! quun plase de s'espandi,

De se bressa dins la Sereno

Que rebiscolo et dégourdis

Coumo la foun del paradis ! »


La treito bouès aital cantabo

D’abal mountabo per amoun…

Ta pla que Bertrand et Ramoun,

Dins lou gourp ploun que lous tentabo,

Mitat belhen, mitan rêben,

Férou lou saut per prene 'n ben.


Las fenejairos del bilatge

Beniòu feneja lou Prat-Grand :

Sounèrou Ramoun et Bertrand

Dins lou randal, dins lou bouscage...

Bertrand, Ramoun, helas ! helas !

Dal founs del gourp tournèrou pas.


Et dendespiei sul bord de l'aio

Ount dormou lous efans perduts,

A miejonech s'ausis un bruch

Que la nijoure s'en effraio...

Et, lou mati, toutos las flours

N'òu lous elhous moulhats de plours.


Bela jouinesso degourdido,

Quand passares abal sul poun,

Oh! fintes pas dins lou gourp ploun...

Anas dalha l'herbo flourido...

De la Sereno et sas cansons,

Paures efans, mefisas-bous !

Chanson des faucheurs, en français

Là-bas, sur le pont de la Chaîne,

En allant faucher le Pré grand,

Passaient Raymond et Bertrand

La voix traitresse de la Serène

Du fond de l’eau, leur chanta

Une chanson qui les perdit.


« Fiers enfants, belle jeunesse

Qui êtes la fleur de mes vallons,

Les prés sont grands, les jours sont longs ;

Vous aurez bien le temps par l’herbe épaisse

De vous prélasser dans les gerbes

Près de mon eau asseyez vous.


Au bord de la rivière, chante la caille,

Chante le merle ainsi que le loriot,

Et sur les fleurs, le papillon

Dans la rosée se mire ;

La cigale et le grillon

Poussent leur couplet et le carillon.


Pour m’écouter, les hirondelles

Laissent la tour et le clocher ;

Les canards viennent de l’étang,

Du buisson les tourterelles,

Les rossignols et les pinsons

Chantent mes chants et mes romances.


Avant d’aller faucher la prairie,

Venez, enfants, vous rafraichir,

Venez nager, venez pécher,

Et si la truite vous plaît

Au fond de la gorge vous plongerez.

Tant et plus vous en attraperez !


Mon eau limpide se promène

Dans l’ombre tiède du matin.

Oh ! Quel plaisir de s’étendre,

De se prélasser dans la Serène

Qui revigore et dégourdit

Comme la fontaine du paradis !


La voix traitresse ainsi chantait

De là-bas, montait vers les hauteurs…

Si bien que Bertrand et Raymond,

Dans la gorge profonde qui les tentait,

à demi endormis, à demi rêvant,

Ils firent le saut pour prendre un bain.


Les fenassiers du village

Venaient faucher le Pré grand :

Ils sonnèrent Raymond et Bertrand

Dans le vallon, dans le bocage..

Bertrand, Raymond, hélas, hélas !

Du fond de la gorge, ils ne revinrent pas.


Et depuis, au bord de l’eau

Où dorment les enfants perdus,

A minuit, on entend un bruit

Qui effraie la chevêche…

Et le matin, toutes les fleurs

En ont les petits yeux mouillés de pleurs.


Belle jeunesse dégourdie,

Quand vous passerez là-bas, sur le pont

Oh, ne regardez pas dans la gorge profonde..

Allez faucher l’herbe fleurie..

De la Serène et de ses chansons,

Pauvres enfants, méfiez-vous !

Occitanica : Portal collectiu de la lenga e de la cultura occitanas

Des milliers de ressources culturelles, éducatives et scientifiques en accès libre : Benvenguts sus Occitanica, lo portal per descobrir e practicar la lenga e la cultura occitanas.

Cliquez ici pour découvrir Occitanica et cliquez sur les logos ci-dessous pour visiter

Textes, sons, vidéos, images, sites web : toute la documentation numérique occitane rassemblée dans la Mediatèca d'Occitanica

Agenda, artistes, parutions et créations actuelles : la FaBrica d'Occitanica rend compte de la richesse de la vie culturelle occitane

Personnalités, œuvres, lieux, expressions et pratiques vivantes : partez à la découverte des richesses du patrimoine à travers les fiches de l'Enciclopèdia du patrimòni culturel occitan

Retrouvez dans la Maleta d'Occitanica les applications éducatives pour apprendre, pratiquer, découvrir et aussi de nombreuses ressources pour les enseignants.

Le portail de l'Institut occitan d'Aquitaine dédié à la découverte du patrimoine culturel immatériel.