Bienvenue sur la page de la culture occitane. L'occitan est une des langues romanes issues d'une déformation progressive du latin oral, autrement dit de la forme vernaculaire de latin utilisée pour la communication quotidienne.

Ici, pas question d'apprendre l'occitan. La langue française a été imposée à tous depuis François 1er, alors...

Nous souhaitons vous faire découvrir quelques pépites de cette culture, des poésies, des usages, quelques beaux livres, des traditions ou des contes qui n'ont rien à envier au Seigneur des anneaux ou à Harry Potter. Bonne balade.

Carousel imageCarousel imageCarousel image

Si vous n'avez pas peur et si vous avez plus de 12 ans...Visitez la page des Contes du Drac, en Occitan et en français.

"L’occitan... qu’es aquò ? "

"L’occitan... qu’es aquò ? " est une brochure d’information pour vous présenter, en quelques pages, la richesse de la culture occitane, ses acteurs et son ancrage dans notre société.

En vous transportant à travers les siècles, aux côtés de ses grands personnages passés et contemporains, en vous présentant les actions du mouvement associatif pour mettre en avant, enseigner et transmettre la langue occitane, nous espérons avant toute chose répondre à votre curiosité.

Et pourquoi pas vous donner également envie d’apprendre, de transmettre cette langue millénaire ou, tout simplement, de vous engager avec nous, avec vos compétences et votre envie.

C’est tout l’objectif de ce document d’informations que nous vous encourageons à faire connaître dans son format papier ou par téléchargement. Bonna lectura !

“Quand èri viu...

« Li aviá tres o quatre amics aquí que decidèron d’anar al cafè e ne beuguèron veirat après veirat, lo temps passèt e la nèch arribèt. N’i a un que di(gu)èt a l’autre :

“Di(g)a mès veses pas que se fa nèch. Mès es que trobarem lo camin per no’n tornar ?”

L’autre di(gu)èt : “Di(g)a, escota, anam anar sus la rota, benlèu nos reconeisserèm ben !” E i èran pas que dos. Alèra, faguèron a pus près cent cinquante, dos cents mèstres e n’i a un que di(gu)èt a l’autre :

“Mès, di(g)a, es pas empr’aquí que nos cal virar dins aquel camin pri(g)ond ?”

L’autre li di(gu)èt : “Paure, ne soi pas se(g)ur.”

Li di(gu)èt : “Escota, i a pas qu’a avançar dins aquel camin, veirem ben aquò !” Avancèron dins aquel camin e di(gu)èron : “Oui,ieu cresi qu’es aquí !”

E alèra arribèron a un ostal que s’apelava lo Mas del Riu, que li es enquèra aquel ostal, qu’es pas demolit. E apèissas, quand agèron passat aquel ostal, un bocin pus luènh i aviá un camin que davalava bravament a pic e davalava al riu. E, sabètz, lor caliá plan tota la larjor del camin, per çò que sabi que n’avián un còp dins l’ala. E, quand sia(gu)èron presque al riu, vegèron quicòm que èra tot illuminat : semblava un fuòc aval al fons.

Un diguèt a l’autre : “Qu’es aquò aval ? Son de trèvas, aquò, di(gu)èt. Nos tornam virar ?”

L’autre di(gu)èt : “Non, non, non. I pas qu’a avançar, veirem ben aquò !” Per çò que, coma avián las aurelhas caudas, avián pas tant de paur qu’aquò. Avancèron, avancèron… Quand sia(gu)èron un bocin pus bas, pas lènh d’aquel fuòc – que lor semblava qu’èra un fuòc – vegèron un lençòl espandit, tendut, e i aviá una gròssa candela coma una litra a cada coet qu’èra alucada.

“Mès, di(gu)èron, nos cal anar veire de qu'es aquò.” Avancèron, avancèron, tot doçament per çò que, quand mème, avián un bocin paur… Paure enfant ! Quand sia(gu)èron al costat d’aquelas candelas, quicòm se metèt a cantar :

“Quand èri viu, Passavi lo long d’aqueste riu. E ara que soi mòrt, Fau lo torn d’aquest’òrt.

E tu que siás lo prumièr, Sauta sus aquel de sul perièr !” Perque i a talament de monde paures qu’anavan panar las peras…

E di(gu)èt… E mon istoèra, paures, s’acaba coma aquò, a pas plan de sens mès ieu la racònti coma la m’an ensenhada.

– O que l’as entenduda. »

Quand je vivais…

« Il y avait trois ou quatre amis qui décidèrent d’aller au café. Et ils burent verre après verre. Le temps passa et la nuit arriva. L’un dit à l’autre :

“Dis donc, ne vois-tu pas que la nuit arrive ? Trouverons-nous notre chemin pour rentrer ?”

L’autre lui dit : “Dis, écoute, nous allons aller sur la route, nous nous reconnaîtrons bien peut-être !” Ils n’y étaient que tous les deux. Ils firent alors à peu près cent cinquante, deux cents mètres et l’un dit à l’autre :

“Mais, dis, ce n’est pas par là qu’il nous faut tourner dans ce chemin creux ?”

L’autre lui dit : “Mon pauvre, je ne suis pas sûr”.

Il lui dit : “Ecoute, il n’y a qu’à avancer dans ce chemin, nous verrons bien ça !” Ils avancèrent dans ce chemin et dirent : “Oui, je crois que c’est ici !”

Et alors, ils arrivèrent à une maison qui s’appelait le Mas del Riou, qui existe encore, qui n’est pas démolie. Et ensuite, quand ils eurent passé cette maison, un peu plus loin il y avait un chemin qui descendait à pic et qui descendait au ruisseau. Et vous savez, il leur fallait bien toute la largeur du chemin parce qu’ils avaient un coup dans l’aile. Et, quand ils furent presque au ruisseau, ils virent quelque chose qui était tout illuminé : cela ressemblait à un feu là-bas, au fond.

L’un dit à l’autre : “Qu’est-ce que c’est ? Ce sont des fantômes, dit-il. Nous faisons demi-tour ?”

L’autre lui dit : “Non, non, non. Il n’y a qu’à avancer, nous verrons bien ça !” Parce que, comme ils avaient les oreilles chaudes, ils n’avaient pas si peur que ça. Ils avancèrent, ils avancèrent... Quand ils furent un peu plus bas, pas loin de ce feu – il leur semblait que c’était un feu – ils virent un drap étendu, tendu, et il y avait une grosse chandelle comme une bouteille à chaque coin qui était allumée.

“Mais, dirent-ils, il nous faut aller voir ce que c'est.” Ils avancèrent, avancèrent, tout doucement parce que, quand même, ils avaient un peu peur... Pauvres enfants ! Quand ils furent à côté de ces chandelles, quelque chose se mit à chanter :

“Quand j’étais en vie, Je passais le long de ce ruisseau. Et maintenant que je suis mort, Je fais le tour de ce jardin.

Et toi qui es le premier, Saute sur celui qui est sur le poirier !” Parce qu’il y avait tellement de gens pauvres qui allaient voler les poires...

Et il dit... Et mon histoire, mes pauvres, se termine comme ça, elle n’a pas grand sens mais je la raconte comme on me l’a apprise.

– Ou comme tu l’as entendue. »

Lo Drac en cavala !

« Veses, un còp, los tipes d'a Toirac èran venguts a la vòta d'a-z-Ambairac, amai los d'a La Ròca. Los d'a Toirac, los d'a La Ròca, los d'a Montbrun. S'amusèron, i sopèron. Fasián dançar aquelas dròllas d'a-z-Ambairac amai las d'a Montsalés que dançavan bien.

Mès que s'atardivèron. A mèjanèit, quand volguèron tornar partir, te petèt una nivolada ! Mon paure… E i aviá pas lo pont, a l'epòca, caliá traversar al gué, a-z-un endreit que i aviá pas que trenta, quaranta centimèstres d'ai(g)a. Se rebussavan los cambals de las cauças e traversavan a pè. Portavan los solièrs a la man.

Mès que, aquel jorn, te fotèt un aigaci ! Un aigaci ! De trònes ! De pets ! De l'ai(g)a ! De plèja !

E ben, caliá ben s'amusar mès que n'i aviá que èran emploiats, èran vailets. E lo monde rigolavan pas… A sièis oras, caliá èstre al trabalh e sonhar lo bestial. E caliá que passèson. Cossí far ?

Èran aquí, sus l'abròa del Lòt, a-n-aquel endreit qu'èran passats tot a l'ora, après-mègjorn, quand tot d'un còp una cavala blanca, ten, coma la que i a alai darrèr, per aquel prat, s'aprochèt d'eles e linava. Aviá un licòl amb un cordon. N'i a un que l'atrapèt e di(gu)èt als autres :

“Mès…” I aviá un mèstre d'ai(g)a.

“Mès se montèm sus la cavala, l'ai(g)a passarà jol ventre de la cavala e, ambe nòstre pes, aquò anarà melhor, benlèu traversarem.”

E ensajèron. Lo prumièr mònta sus la cavala, lo dosième tanben, lo tresième tanben… Mès que èran una quinzena ! E, al fur e a mesura que un montava, la cavala s'alongava. E tota la quinzena… Montèron sus la cavala. Aquela cavala s'èra alongada, pardí.

Lo prumièr, quand tot lo monde… Se revirèt e lor di(gu)èt :

“Sètz prèstes ? – Oui, oui, oui, sèm totes aquí. – E ben anem-z-i !”

E lo darrièr di(gu)èt :

“Espèra ! Que soi pas prèste, ieu ! Lo papà m'a dit que, abans de traversar lo Lòt, cada còp, me caliá far un signe de crotz.”

Fa(gu)èt un signe de crotz. Paure ! Aquela cavala… Èran talament pintats, se'n trachèron pas… Aquò èra lo Drac… Se demesi(gu)èt en fum. Vegèron pas plus res. S'aplatussèron per tèrra. Sachèron pas qu'èra aquò que lor èra arribat…

E ben, res qu'un signe de crotz, aquò lor sauvèt la vida. Sabètz que, lo Drac, aquò's l'enfant del Diable e a paur de l'ai(g)a benesida amai del signe de crotz.

Aquò's per aquò qu'a totes los carrefours, per èstre pas ensorcilhats pel Drac, lo monde plantavan una crotz.

Cric-crac, Mon conte es acabat ! »

Lo Grelh Roergàs

Lo Grelh Roergàs es una associacion felibrenca, tipe 1901, fondada en 1921 per l’escrivan roergàs, Enric Mouly (1896-1981) e son amic Eugèni Seguret (1896-1956), per aparar e promòure la lenga occitana.

Lo grelh que canta, es la vida, mas lo grelh roergàs, es la vida de la lenga occitana, e contunha de cantar dempuèi cent ans lèu ! Una longevitat excepcionala per una associacion occitana.

Le "Grelh Roergàs"

Le "Grelh Roergàs" (le grillon rouergat) est une association félibréenne, type 1901, fondée en 1921 par l’écrivain rouergat, Henri Mouly (1896-1981) et son ami Eugène Séguret (1896-1956), pour défendre et promouvoir la langue occitane.

Le grillon qui chante, c’est la vie, mais le grillon rouergat, c’est la vie de la langue occitane, et il chante encore depuis bientôt cent ans ! Une longévité exceptionnelle pour une association occitane.

TRÒCES DE VIDA

Recueil de textes : Occitan - Editeur : Grelh Roergàs, n° 69 - Parution : 2021 - Couverture et montage audio : Stéphane Casagranda (12390 Rignac) - Enregistrement audio : CFM Radio à Villefranche de Rouergue (12200)

Tròces de vida, quarante "tranches de vie", des souvenirs, des anecdotes, des scènes et des situations diverses, une grande variété de thèmes qui nous amène à réfléchir sur la vie, justement. Des tranches de vies qu’on peut lire, et une sélection de vingt d’entre elles qu’on peut écouter. En effet, l’écrit ne suffit pas pour faire vivre une langue, encore moins pour l’apprendre. Pour l’enseigner et la transmettre, des témoignages oraux sont indispensables. Il y a aussi et tout simplement le plaisir d’entendre la langue. La version audio est accessible sur ce site en cliquant sur Seleccion Audio

Tròces de vida, lo vinten obratge de Sèrgi Gairal. Après una tièira de romans de tèmas variats, tot en occitan o bilingües, après la revirada de Dòn Quichòt (tròces causits) e dels Entremeses de Cervantes, après un recuèlh de mots crosats, un recuèlh d’istorietas, nos ofrís aicí, un ramelet de quaranta tèxtes, "de remembres, d’anecdòtas, de testimoniatges, de scènas e situacions divèrsas, recentas o ancianas, comunas o excepcionalas, realas o somiadas, urosas o malurosas, una granda varietat de tèmas, lo rebat de nòstra vida de dròlles, de joves, d’adultes e de vièlhs." Tròces de vida, lo rebat de nòstra vida a un moment donat.

Dins l’avantprepaus Sèrgi Gairal precisa que "l’escrich sufís pas per far viure una lenga, encara mens per l’aprene. Per parlar de lenga viva, la cal ausir. Per l’ensenhar e la transmetre, cal dispausar de testimoniatges orals." Es per aquò que propausa una version audio d’una seleccion de vint tèxtes del recuèlh qu’òm pòt escotar sus aqueste site en clicant sus Seleccion Audio, un ramelet oral per far viure la lenga encara mai, encara melhor, o pel plaser de l’ausir, tot simplament.

Pour en savoir plus sur Serge Gayral et ses publications, cliquez ici !

Los carboniers de La Sala

OCCITAN. Le 24 novembre 1961, plus de 10000 personnes manifestent dans les rues de Decazeville (La Sala), contre la fermeture des mines de fonds. La grève des mineurs va débuter le 18 décembre 1961, elle se terminera le 21 février 1962.

Ce 1er décembre, les 6 000 manifestants ont convergé pour soutenir les 333 salariés de la SAM devenus le symbole des enjeux de cette réindustrialisation qui a fait suite au mouvement de 1961. À l’époque, les mineurs français refusent de se voir sacrifier sur l’autel de la concurrence et de la rentabilité. À Decazeville, ils décident de résister : pendant 66 jours, plus de 2000 d’entre eux occupent le fond de la mine et l’ensemble des installations à ciel ouvert afin de faire entendre leurs revendications. Par sa forme, son ampleur et surtout son retentissement, cette grève marquera à jamais l’histoire du mouvement ouvrier.

Non-violents, nos “carbonièrs” voient dans l’occupation de la mine et des installations à ciel ouvert, la seule solution afin de faire entendre leurs revendications. Plus que jamais unis, ils vont faire preuve de ténacité et de courage. La lutte pour le maintien de leur emploi et l’avenir du bassin exige des sacrifices : ils passeront Nadal et le jour de l’an entre camarades, au fond de la mine. Début février 1962, plus de 200 d’entre eux se portent volontaires pour entamer une grève de la faim. 20 seront tirés au sort parmi lesquels Andrieu Pradel qui en fera un compte rendu en occitan qui paraîtra dans la revue “Viure”. Pendant une dizaine de jours, ils vont mettre leur organisme à rude épreuve. Plusieurs seront même hospitalisés.

Tout au long de leurs 66 jours de lutte, les 2 233 mineurs de La Sala ne vont pas être seuls, ils vont pouvoir compter sur le soutien indéfectible de tout un bassin derrière ses « gueules noires ». La lutte se mène aussi à l’extérieur de la mine, à Decazeville comme à Rodez. Le 21 décembre, près de 20 000 personnes répondent à l’appel de l’intersyndicale et défilent dans les rues, elles seront 30 000 le 9 janvier 1962, et 50 000 le 21 janvier. Une véritable démonstration de force.

Fort du soutien du syndicat agricole et de l’église, un incroyable élan de solidarité se manifeste notamment par des dons de nourriture ou en argent. Actifs, retraités, riches, pauvres, commerçants ou simples citoyens, chacun donne selon ses moyens ; au 21 février 1962, 140 millions de francs ont été recueillis. Malgré cela, aucune action, manifestation ou grève d’ampleur nationale n’est organisée.

Si le mouvement est un succès populaire, il ne s’étend malheureusement pas. Cette situation jouera en la faveur du gouvernement qui, depuis le départ joue sur le pourrissement de la lutte. Pour le bassin, la sanction sera lourde. Près de 1 800 mineurs sont mutés, licenciés ou partent à la retraite. En 6 ans, la population de Decazeville chute de près de 12 %, celle d’Aubin de 17 % et celle de Cransac de 20 %. Les effets sur l’économie locale sont considérables. Les habitants n’ont aucune envie de quitter une région à laquelle ils sont attachés. Leur revendication pour « vivre et travailler sur place » sera popularisée dans les années 70 par le slogan “Volèm viure e trabalhar al País”.

Jaconet, de la Matébie, de Tolonjac

Charles de Pomairols (1843-1916)

Poète et romancier français. Il contribua à la fondation en 1908 de La Veillée d'Auvergne. Il passa son enfance au château de Toulonjac. Descendant des Pomairols, famille de consuls villefranchois, grand ami de Hérédia, perdant malheureux face à Bergson à l'Académie française en 1914, grand spécialiste de Lamartine, il tenait salon à Paris où il recevait les écrivains catholiques tels que Mauriac. Voulez-vous écouter une enregistrement sonore de Charles de Pomairols, daté de 1913 ? Cliquez ici !

Jean Boudou ou Joan Bodon. Qu’es aquel ?

Joan Bodon est un romancier, poète et conteur de langue d'oc.

Ses mots nous transportent. On pénètre dans les contes et légendes de son pays magique : Lo Drac et los dracons et leurs facéties… Place à l’imagination ! Sont-ils grands ? petits ? Sous forme de dragons ou autres animaux ? "Avez-vous entendu parler de l'enfant polit enlevé par lo Drac et transporté à cheval jusqu'au pays de sous la Terre pour y être engraissé et probablement dévoré ? Eh bien, l'entrée du pays « de sous la Terre », se situe non loin d'ici, dans le vallon de Porcassés, un petit affluent du Viaur…"

Cansou del pépi, en Oc

Fantou, poulit coumo'n sòu,

Tu benes et iéu m'en bòu!

Que fa'qui mai, Margarido?

Acoi lou trin de la bido;

Fantou, poulit coumo 'n sou,

Tu benes et iéu m'en bòu!

N'a 'n briéu qu'ai lous pelses blancs,

Sarri mous quatre-bints ans;

Que de blat, que de farino

Ai pourtado sus l'esquino!...

N'a' n briéu qu'ai lous pelses blancs,

Sarri mous quatre-bints ans.

Margarido sai benguet

Tal joun que lou Rei nasquet.

A la Planco tout sautabo,

Tout cantabo, tout dansabo...

Margarido sai benguet

Tal joun que lou Rei nasquet.

Lou Rei n'es pus à Paris,

Sifet Peire à sous moulis!

Et jamai à nostro Planco

L'aio ni lou blat li manco...

Lou Rei n'es pus à Paris,

Sifet Peire à sous moulis !

Mès aro, paure menut,

Toun pipi s'es arrandut...

Es estat fort coum 'n' arco,

A pla menado sa barco,

Mès aro, paure menut,

Toun pipi s'es arrandut.

Quand faras toun prumiè pas,

Belèu iéu courrerai pas;

Se sai èri, sur l'herbeto

Te prendrio pella maneto :

Mès belèu courrerai pas

Quand faras toun prumiè pas.

Lou boun Diéus sio benesit !

Me trobi pla perbesit...

Sieis oustals de mas familhos

Sou ples d'efans et de filhos.

Me trobi pla perbesit,

Lou boun Diéus sio benesit!

Oh! jamai lous Mounestiès

Mancaròu pas d'heritiès;

Béni, tiro ! Margarido,

Pouden quita aquesto bido,

Que jamai lou Mouinestiès

Mancaròu pas d'heritiès!


Abbé Justin Bessou, 1845—1918 * D’al brès à la toumbo

Chanson du pépé, en français

Petit enfant, joli comme un sou,

Tu arrives et moi, je m’en vais

Mais, qu’y faire, Marguerite ?

C’est le train de la vie ;

Petit enfant, joli comme un sou !

Tu arrives et moi, je m’en vais

Il y a longtemps que j’ai les cheveux blancs,

Je m’approche des quatre vingt ans,

Que de blé, que de farine

J’ai porté sur l’échine !

Il y a longtemps que j’ai les cheveux blancs,

Je m’approche des quatre vingt ans,

Marguerite sait bien

Quel jour naquit le roi.

A la Planque, tout sautait,

Tout chantait, tout dansait..

Marguerite sait bien

Quel jour naquit le roi.

Le roi n’est plus à Paris,

Ni Pierre à ses moulins !

Et jamais à notre Planque

L’eau ni le blé ne manquent

Le roi n’est plus à Paris,

Ni Pierre à ses moulins !

Mais maintenant, pauvre petit,

Ton pépé est parti.

Il a été fort comme une arche,

Il a bien mené sa barque

Mais maintenant, pauvre petit,

Ton pépé est parti.

Quand tu feras ton premier pas,

Peut-être que je ne courrai plus.

Si j’étais ici, sur l’herbette,

Je te prendrai par la menotte

Mais peut-être que je ne courrai plus.

Quand tu feras ton premier pas.

Que le bon Dieu soit béni !

Je me trouvé comblé..

Six maisons de mes familles

Sont pleines d’enfants et de filles.

Je me trouvé comblé..

Que le bon Dieu soit béni !

Oh, jamais les Monestiès

Ne manqueront d’héritiers ;

Allez, viens ! Marguerite,

Nous pouvons quitter cette vie,

Car jamais les Monestiès

Ne manqueront d’héritiers !

Abbé Justin Bessou, 1845—1918 * Du berceau à la tombe

Cansou de las segos, en Oc

Abal, sul poun de la Cadeno

En-t-anen dalha lou Prat-Grand,

Passabou Ramoun et Bertrand :

La treito bouès de la Sereno

D'al founs de l'aio lour cantet

Uno cansou que lous perdet.


« Crânes efans, belo jouinesso

Que ses la flour de mous balouns,

Lous prats sou grands, lous jouns sou loungs;

Aures be tens pell'herbo espesso

De bous coufi dins las susous :

Prep de moun aio asseta-bous.


« Qu'al bord del rieu cante la calhe

Cante lou merlhe amai l'auriol ;

Que sus las flours lou parpalhol

Dins la rousado se miralhe ;

Que la cigale et lou grelhou

Butou rasclet et carilhou.


« Per m'escouta las biroundèlos

laissou la tourre et lou clouquiè;

Lous canards benou d'al pesquiè,

D'al bouscalhou las tourtourèlos;

lous raussinhols et lous pinsous

Cantou mous cans et mas cansous.


« Abant d'ana dalha la prado,

Benès, efans, bous refesca,

Benès nada, benès pesca,

Et se la truito bous agrado,

Al founs del gourp cabussares,

Tantos et mai n'atrapares !


« Moun aio lindo se proumeno

Dins l'oumbro tiedo del mati.

Oh ! quun plase de s'espandi,

De se bressa dins la Sereno

Que rebiscolo et dégourdis

Coumo la foun del paradis ! »


La treito bouès aital cantabo

D’abal mountabo per amoun…

Ta pla que Bertrand et Ramoun,

Dins lou gourp ploun que lous tentabo,

Mitat belhen, mitan rêben,

Férou lou saut per prene 'n ben.


Las fenejairos del bilatge

Beniòu feneja lou Prat-Grand :

Sounèrou Ramoun et Bertrand

Dins lou randal, dins lou bouscage...

Bertrand, Ramoun, helas ! helas !

Dal founs del gourp tournèrou pas.


Et dendespiei sul bord de l'aio

Ount dormou lous efans perduts,

A miejonech s'ausis un bruch

Que la nijoure s'en effraio...

Et, lou mati, toutos las flours

N'òu lous elhous moulhats de plours.


Bela jouinesso degourdido,

Quand passares abal sul poun,

Oh! fintes pas dins lou gourp ploun...

Anas dalha l'herbo flourido...

De la Sereno et sas cansons,

Paures efans, mefisas-bous !

Chanson des faucheurs, en français

Là-bas, sur le pont de la Chaîne,

En allant faucher le Pré grand,

Passaient Raymond et Bertrand

La voix traitresse de la Serène

Du fond de l’eau, leur chanta

Une chanson qui les perdit.


« Fiers enfants, belle jeunesse

Qui êtes la fleur de mes vallons,

Les prés sont grands, les jours sont longs ;

Vous aurez bien le temps par l’herbe épaisse

De vous prélasser dans les gerbes

Près de mon eau asseyez vous.


Au bord de la rivière, chante la caille,

Chante le merle ainsi que le loriot,

Et sur les fleurs, le papillon

Dans la rosée se mire ;

La cigale et le grillon

Poussent leur couplet et le carillon.


Pour m’écouter, les hirondelles

Laissent la tour et le clocher ;

Les canards viennent de l’étang,

Du buisson les tourterelles,

Les rossignols et les pinsons

Chantent mes chants et mes romances.


Avant d’aller faucher la prairie,

Venez, enfants, vous rafraichir,

Venez nager, venez pécher,

Et si la truite vous plaît

Au fond de la gorge vous plongerez.

Tant et plus vous en attraperez !


Mon eau limpide se promène

Dans l’ombre tiède du matin.

Oh ! Quel plaisir de s’étendre,

De se prélasser dans la Serène

Qui revigore et dégourdit

Comme la fontaine du paradis !


La voix traitresse ainsi chantait

De là-bas, montait vers les hauteurs…

Si bien que Bertrand et Raymond,

Dans la gorge profonde qui les tentait,

à demi endormis, à demi rêvant,

Ils firent le saut pour prendre un bain.


Les fenassiers du village

Venaient faucher le Pré grand :

Ils sonnèrent Raymond et Bertrand

Dans le vallon, dans le bocage..

Bertrand, Raymond, hélas, hélas !

Du fond de la gorge, ils ne revinrent pas.


Et depuis, au bord de l’eau

Où dorment les enfants perdus,

A minuit, on entend un bruit

Qui effraie la chevêche…

Et le matin, toutes les fleurs

En ont les petits yeux mouillés de pleurs.


Belle jeunesse dégourdie,

Quand vous passerez là-bas, sur le pont

Oh, ne regardez pas dans la gorge profonde..

Allez faucher l’herbe fleurie..

De la Serène et de ses chansons,

Pauvres enfants, méfiez-vous !

Occitanica : Portal collectiu de la lenga e de la cultura occitanas

Des milliers de ressources culturelles, éducatives et scientifiques en accès libre : Benvenguts sus Occitanica, lo portal per descobrir e practicar la lenga e la cultura occitanas.

Cliquez ici pour découvrir Occitanica et cliquez sur les logos ci-dessous pour visiter

Textes, sons, vidéos, images, sites web : toute la documentation numérique occitane rassemblée dans la Mediatèca d'Occitanica

Agenda, artistes, parutions et créations actuelles : la FaBrica d'Occitanica rend compte de la richesse de la vie culturelle occitane

Personnalités, œuvres, lieux, expressions et pratiques vivantes : partez à la découverte des richesses du patrimoine à travers les fiches de l'Enciclopèdia du patrimòni culturel occitan

Retrouvez dans la Maleta d'Occitanica les applications éducatives pour apprendre, pratiquer, découvrir et aussi de nombreuses ressources pour les enseignants.

Le portail de l'Institut occitan d'Aquitaine dédié à la découverte du patrimoine culturel immatériel.