Bienvenue sur la page de la culture occitane. L'occitan est une des langues romanes issues d'une déformation progressive du latin oral, autrement dit de la forme vernaculaire de latin utilisée pour la communication quotidienne.

Ici, pas question d'apprendre l'occitan. La langue française a été imposée à tous depuis François 1er, alors...

Nous souhaitons vous faire découvrir quelques pépites de cette culture, des poésies, des usages, quelques beaux livres, des traditions ou des contes qui n'ont rien à envier au Seigneur des anneaux ou à Harry Potter. Bonne balade.

Passejadas Occitanas

Dans l'émission du mardi 26 octo­bre sur CFM, Jaqui Ten revenait sur l'hommage de Naucelle à Joan Bodon. Au programme : retour sur « L’omenatge » rendu la semaine dernière et sur le colloque de 1985. "L'enfant polit " dit par Joan Bodon, poèmes chantés par Mans de Breish, Eric Fraj, Rosalina Cortial, Qual Sàp ?

Lecture de « L’allemand » extrait de « La grava sur camin »...et autres poèmes. En podcast ici : https://www.cfmradio.fr/colloqui-joan-bodon Rens : 05 65 45 01 00

Cliquez ici pour savourer les Passejadas Occitanas

Charles de Pomairols (1843-1916)

Poète et romancier français. Il contribua à la fondation en 1908 de La Veillée d'Auvergne. Il passa son enfance au château de Toulonjac. Descendant des Pomairols, famille de consuls villefranchois, grand ami de Hérédia, perdant malheureux face à Bergson à l'Académie française en 1914, grand spécialiste de Lamartine, il tenait salon à Paris où il recevait les écrivains catholiques tels que Mauriac. Voulez-vous écouter une enregistrement sonore de Charles de Pomairols, daté de 1913 ? Cliquez ici !

Duei, es concors de renècs

Brave monde, sabes que Monsenhor Sant Gaudenç, evesque d'Agen que patronava un concors de renècs (jurons) en occitan respondèt a un tipe que l' i avia escrich per s'en planger que i aviá pas cap de problèma a un bon paire de familha de tractar son dròlle de « Hilh de puta » davant la sià maire. Lo cardinal Marti l'i respondèt el tanben qu'avià fach petar de « carradas de bordèl de Miladious » e qu'aquò l'avia pas empachat de devenir evesque.

Lo Drac, qu'es aquo ?

Drac : substantif masculin. Lutin, follet, esprit follet, espèce de démon espiègle qui, d'après la croyance superstitieuse du peuple, tourmente les vivants pendant la nuit, fait du bruit, déplace les meubles, détache les animaux, tresse la crinière des chevaux, etc.. Le drac diffère de la trèbo en ce qu'il est espiègle et plus malin que malfaisant. (Mot primitif : Breton : drouk, malin, malfaisant. Allemand : drack. Grec, latin et italien : draco, dragon, serpent. Bas latin : dracus, espèce de démon.

Dictionnaire patois/ français du département de l'Aveyron par Aimé Vayssier - 1879

A l’entorn de la cabra :

  • Aver d’autras cabras a mólzer. Avoir d’autres chèvres à traire (d’autres chats à fouetter).

  • Qual garda cabras , garda diables. Qui garde des chèvres garde des diables.

  • Tant grata la cabra que mal se jais. A force de gratter, la chèvre est mal couchée.

  • Sautar de la cabra al perièr. Sauter de la chèvre au poirier (passer du coq à l’âne).

  • La cabra que vòl sautar sauta e sautarà. La chèvre qui veut sauter saute et sautera ( se dit d’une personne obstinée).

  • Ont la cabra es estacada, cal que trobe son sadol. Òu la chèvre est attachée, il faut qu’elle remplisse son ventre. ( Il faut gagner sa vie où l’on peut).

  • Fa coma la cabra,quand fa pas de mal, i pensa. Faire comme la chèvre, quand elle ne fait pas de mal, elle y pense.

  • La cabreta ditz pas res tant qu’apas lo ventre plen. La cabrette (instrument) ne dit rien tant qu’elle n’a pas le ventre plein. (On ne doit pas demander à quelqu’un de travailler sans l’avoir correctement nourri).

  • Se barba donava de sen, totas las cabras serián doctors. Si la barbe donnait du bon sens, toutes les chèvres seraient docteurs

  • Portar a la cabra mòrta. Porter à la chèvre morte (porter quelqu’un sur son dos celui-ci simplement suspendu au moyen de ses bras autour du porteur)


Una bona cabra, una bona mula, una bona femna : tres missantas bèstias.

La canha de la Peza : Bon per la jaça..

« Seràs bon per la jaça, coma la canha de la Peza ! ». Aital Janet, te disiá ta maire, aqueste matin, que te podiás pas desraigar del lièch. Aital tanben me disiá ma paura maire, quand me fasiá pena de me levar. Aital tanben dison encara totas las mamàs a lors enfants pus gormands de sòm que de trabalh e d'estudis. Sabes pas Janet d'ont ven aquel dich. E ben ausis çò que me contèt, un jorn que plòvia, lo castelan mème de la Peza.

Te sovenes ben de Mossur de la Peza ? N'anava tot soscós, plegat mens per l'atge que per las penas e los dòls. Quand passava davant la pòrta, totjorn s'arrestava per me parlar de tu, e, tot còp, quand aviá léser, dintrava dins la botiga per s'assetar un pauc.

De totas las visitas, qu'amb de bonas gracias me fasia Mossur de la Peza, ieu ne conservi un plasent sovenir, mas de la darrièra subretot, gardarai totjorn la memoria. Aquei jorn, demorèt mai de temps, me parlèt pus amistosament, siaguèt encara pus gracios que jamai n'èra estat, e deviai pas jamai lo tornar veire. Aquel jorn, a pena siaguèt dintrat dins ma botiga, que de nivols s’amoloneron sus la Vila ; lo cèl s'ennegresiguèt, lo troneire se metèt a rotlar del puech de Macaron al puech de Penavaira, fasent retronir los traverses e la plana, mentre que la nivolada tombava sus la Vila amb tan de vam que tota la carrièra ne siaguèt negada.

Erem totes dos sols, dins l'escur e me sembla de lo veire encara, aqui afaissat dins lo fautulh, los uèlhs coma dos paures lums mièjes escantits e la figura dolorosa coma l'a pintrada nòstre amic Fèlis Cambon.

Parlava doçament la vòtz sorda, acabada e çaquela amistosa. L'escotavi retenguent mon alen per co qu'èra un plaser de l'ausir.

Escota aquò, Janet : Mossur de la Peza es una de nòstras gloria de Vilafranca, sos libres lo pòrtan al reng dels grands escrivans franceses, es un poëta plan presat dins tota la França, e praquò, mespresava pas nòstra lenga mairala ; s'agradava de la parlar e dins sa boca nòstre vièlh parladis Vilafrancat preniá tota la color, la força e la sabor d'un lengatge sabent.

Me sériái pas jamai alassat de l'ausir a pena li respondre, tan mas paraulas me semblavan pauras e menudas al prèp de las seunas.

Çaquela per lo far parlar mai encara, li diguèri : « Me saupriatz pas dire consi. quand se parla d'un pauc valent. d'un fenhant, se ditz : Es bon per la jaça coma la canha de la Peza e qu'es aquela canha qu'a laissat una tan missanta reputacion ? ». E as aqui çò que Mossur de la Peza me dîguèt.

« Aquela canha, que s'apelava Flòra coma la cavala del prior de Sant-Andrieu èra la pus brava canha qu' aja jamai japat a la Peza, e sos pichons qu'an eissamat dins tota la parròquia de Savinhac, son luènh de la valer. Era pas una polida bèstia, nani. Teniá de totas las raças de cans que van del Causse al Segalar. Mas es de creire que n'aviá près que las qualitats de totes sos davancièrs. Lo mestre vailet qu'avián alara a la Peza, s'alassava pas de la vantar, diguent a quai voliá l'ausir que sa canha èra fidèla e somesa, que sabiá menar Ios motons sens los gafar, gardar las vacas tota sola e téner luènh del castel bèstias e monde malfasents ; sabia encara cercar las trufas e même..èra bona per la caca ».

Mas nòstre òme disiá : per la « tchaça » coma dison dins son país, per çò qu'èra del Lemosin. Aquo fasiá tot plen rire nòstres caussinhòls que z'o li fasián dire pel plaser e que z'o tornavan dire entre eles per se trufar. De l'un a l'autre, aquò se diguèt duscas a Vilafranca, sautèt l'Aveiron e s'espandiguèt dins lo Segalar e tota la contrada.

Mas lo monde es guèrlhe e missant ; aiman mas creire lo mal que lo bon, e las qualitats de qualqu'un, las viram lèu e sens pena en défaut. Tant i a que, passent de cais on boca, un mot deformat a sufit per que d'una canha valenta e cassaira n'ajan fach una bèstia bona per la jaça, vòli dire pas bona que per se jaire.

Augusta Benazet, Contes a Janet e dichs de Pierron

Kirol, Crinquet, Flouran et Clarisso, par l’abbé Justin Bessou

Del tens que las bestios parlabou, lou poul da Cabriès que s'apelabo Kirol, se mensounabo dins tout lou besinaje et meritabo aquel bel renoun.

Crinquet, un rainal que s'en besou pas de pus espritouses nimai de pus canalhos, perdio soun tens et sas rusos à lou belha sans se poude benga de lou susprene, et n'abio uno crancour et un defessi que lou curbelabou.

Ah ! brigan de Kirol, se disio souben en parlen tout soul, pas mouien de te trouba mal estremat et las agasses se trufou de iéu cado joun et me demandou se las poulos da Cabriès m'ou engraissat denpiei que tu las goubernos. Pel las poulos, tanpis enquèro... N'atrapi calcuno dabegados à Talaspios et à La Bilandio et, à la sasou des nius, patissi pas lous auselous tendres. So que me dol, acoi d'ausi dire et canta per tout que tu sios pus couqui que iéu... Pus couqui que iéu ! O moun paire et ma maire, coussi dejélirai aquel talhou !... Kirol, Kirol ! as pas bist lou founs de moun sac... T'atraparai endacon, d'un biais ou de l'autre ; te couparai la cresto, te trairai la coueto, te ploumarai las dos alos, te metrai tout rufet coumo un grapal... Piei, aban d'acaba de te torse la garganto et de juca lou darriè pissal de toun sang, te farai un sermon de dos ouros per te fa soubeni de tout... et beiren, alèro, s'aco sera de iéu ou de tu que se trufaron las agasses.

Et tapla, fantons, qu'à forso de sousca de couquinieiros, aquel fripoun de Crinquet ne troubet uno que tout autre que Kirol li se serio belèu laisat enquiquina.

Moun rainalhas s'anet amaga pel la nets dins un moun de felhos, à sincanto passes d'un bel garric que trucabo presque lou poulalhè da Cabriès, et que Kirol, à primalbo, daban que cap de poulo siès sourtido, li boulabo de coustumo sus uno branco per canta soun aubado del mati et la fintanèlo de bas pertout. Alèro, soulomen, quand sous œls pounjuts coumo de birous et que pourtabou len eoumo de loungobugos abiu bistalhats lous enbirous, lou poul apelabo las poulos en cascalejen et touto sa familho s'acanpabo tranquilo darrè soun drapèu rouje.

Aquel mati d'estiu, Kirol boulet, à très ouros, sus uno branco del garric bel et lanset sa prumieiro antièno.

Bistamen lou rainal arribet anbe un sourire des pus amistouses et cridet al poul en li fen beire un papiè :

  • Ah ! Kirol, Kirol, que soui urous de te trouba lebat per t'anounsa la grande noubèlo ! Es bengudo uno leï qu'entre bestios nous diben pas pus dire res, mès nous aima toutes coumo des fraires... Beses aquel papiè ?... Acoi un douple d'aquelo leï benesido que m'òu cargat de la fa leji dins tout lou cantou. I a lou sinnet del Rei et de toutes sous ministres... Dabalo de pic, que lou Rei nous coumando de nous fa dous poutous et languissi de t'estrena...

  • Qu'un bounur ! qu'uno joio ! qu'une festo ! respoundet lou poul en se clapen tres cops las ancos anbe las alos : Bibo Crinquet, lou pus crane, lou pus degourdit et lou pus rebelhat de toutes lous rainals ! Bibo Crinquet pourtur de la grando noubèlo !... Dabali, dabali, Crinquetou... Mès, tè ! que besi ? i a poun amoun l'amic Flouran que despabo lou cami, de tan que camino ; lou Rei, mai que proubaple, lou nous anboio pel même sicut ; s'ai sera dins mens d'une menuto, del trin que galopo ; nous anan toutes très poutouneja coumo cal...

  • Bouffre ! fet lou rainai, lou reloji da Marmoun be de pica la miejo ; me carrio esse à Fargairolos ; adiu, adiu ; tournarai passa ta lèu que pouirai.

Et Crinquet n'anet al diaples coumo se Lusifer el mêmes l'ajès enpourtat.

Aquel Flouran, fantous, que Kirol abio fats senblan de beire béni, aqu'èro lou co da La Brousseto, de la rasso de l'ansien Maloc da Mejalanou et ta leste coumo el per aufega lous rainals que li tounbabou jous las patos. Res que de li pensa, Crinquet ne sentissio grautissous al founs de l'esquino et toujoun filabo as quatre counfers anbe l'efrai d'esse atrapat, encroucat, estrangoulat, estripat, escarpit et defelsit.

Quand ajet acabat soun repasimal de rire, Kirol sounet à Clarisso, uno tourtourèlo qu'èrou pla d'acordi coumo besis, et la preguet de mounta à La Brousseto d'uno boulado per dire à Flouran que dabalès al pus lèu per un afa que pressabo.

Clarisso fet la coumessiu et Flouran siet à Cabriès à soulel lebat. Kirol, dins quatre paraulos, lou metet al fial de tout et li diet : Es pas tout aco, Flouran ; n'ai souscado uno per acaba de rire. Acoi tu que te cal fa lou cop. Se tout se passo suban moun calcul, Crinquet nous pagara tout so que nous diu daban que siago nets. Escouto me pla : Entre miejoun et dos ouros, t'anaras jaire pel Prat Doumerc, al bord del riu, tout proje de la planqueto et faras, al moumen que carra, coumo s'èros crebat. Crinquet, i a pas lou mendre doute, tournara passa pel biol de la barto basso, coumo fa cado joun, per escouta so que disen d'el après sa ruso mancado d'aqueste mati. Ausira so que cal qu'ausigo, zou te proumeti, per creire que t'òu enpouisounat, que sios crebat et que bandos lous tinplous al pè de la planqueto. Couneisi prou l'aran per estre segur que te bendra fa sous darrès adius per calco pourquiso de sa faisou. Alèro, aco te regardara tu de li fa bous remersi.

Bibo Kirol et touto sa rasso ! cridet Flouran ; eh ! be, se pot dire qu'acoi quicon de troubat et d'aparelhat à la salso que cal. Pel la finalo, counto sus iéu ; se Crinquet me pot beni rabastraire, li reserbi uno suspreso que sera la darrieiro de sa bido.

Et se quitèrou sus aqui, tout pla counbengut et pla reclat.

L'enbirou de miejoun à miej, lou poul, que quitabo pas de fa fintanèlo, bous espiet lou rainal que mountabo tout aglenat pel caminol de la barto basso et s'arrestabo tout cop per escouta.

Alèro, sans fa senblan de lou beire, Kirol, rescoundut sus uno branco felhudo, sounet à la tourtourèlo qu'abio, coumo counprenès, endautrinado per abanso et li diet prou deban perque Crinquet ausiguès tout :

  • Eh ! be, Clarisso, tornos arriba ? Qu'unos noubèlos portos ? es crebat, Flouran, ou pas que malaute ?

  • Es crebat, pecaire ! respoundet Clarisse, es crebat et pla crebat ; lous bailets lou plourou et lou mestre a cujado mourreja la mestro que l'a enpouisounat anbe de capous d'alumetos sufis que i abio desacatado et curado une toupino pleno de cartiès d'auco.

  • Paure Flouran ! butet Kirol, qu'un boun amic que nautres perden aqui ! Paure Flouran ! Paure Flouran !...

Se lou besios, pecaire ! acabet la tourtourèlo ; es amoun, al founs del Prat-Doumerc, al bord dei riu, proje de la planqueto, èstirat pel l'erbo del larg et del loung, las quatre patos bandados et lou cais badat... que las mouscos negros li dientrou dedins... Paure Flouran ! paure Flouran ! qu'uno tristo fi !..,

Lou rainal, que se cresio tout segur d'esse pas bist et se poudio pas douta del tour de ruso, n'escoutet pas mai.

Ah ! se penset, èro pas trop lèu qu'escanessos, fièro canalhasso de Flouran ! Aquelo bouno noubèlo me rebiscolo de la pòu que m'as fajo aqueste mati, brigan, grouman, boulur, roufian et manjo-cartiès d'auco... Espèro me un boussi, que te bòu béni fa ma darrieiro poulitesso...

Et moun Crinquet à courre de bas La Brousseto. A l’airal qu'abio dits aquelo couquinoto de Clarisse, Flouran se jasio sans branla pè ni pato à l'espèro del rainai, et talèu l'ausi que benio, fet lou mort et lou fet à l'amirassiu.

Crinquet s'abanso, finto, saufino et, ta fi que siago li be pas lou mendre doute.

Alèro lou malouneste se couflo, s'esparraco et se met à pousito sul cais dubert de Flouran... Mes, daban que la becado tounbès, sautet en l’aire en sisclen coumo un dannat, lous crancous de Flouran dins lou bentre... Et Flouran lou brandissio coumo uno pelho... et Crinquet sisclabo et gurlabo et las agasses li cridabou :

Adiu, adiu, paure Crinquet, te cal fa aisi lou darrè pet.

  • Lou bous doni, madamos et madoumaisèlos, lour diet Flouran quand lou rainal siet estripat.

  • Mersi pla, mersi pla, moussu Flouran. Et las agasses manjèrou las tripos de Crinquet, caduno soun espelinsal.

Kirol et touto sa familho coubidèrou Flouran et Clarisso à uno festo que duret dous jouns. Da La Brousseto à Fargairolos, toutes lous poulalhès sièrou dins la joio et fèrou de grandos réjouissensos.

Jean Boudou ou Joan Bodon. Qu’es aquel ?

Joan Bodon est un romancier, poète et conteur de langue d'oc.

Ses mots nous transportent. On pénètre dans les contes et légendes de son pays magique : Lo Drac et los dracons et leurs facéties… Place à l’imagination ! Sont-ils grands ? petits ? Sous forme de dragons ou autres animaux ? "Avez-vous entendu parler de l'enfant polit enlevé par lo Drac et transporté à cheval jusqu'au pays de sous la Terre pour y être engraissé et probablement dévoré ? Eh bien, l'entrée du pays « de sous la Terre », se situe non loin d'ici, dans le vallon de Porcassés, un petit affluent du Viaur…"

L'Ostal de l'Occitan en reabilitacion

Al 20 carrièira Pomairòls, qu'aperten ara al Patrimoni Municipal, las còlas tecnicas de la comuna son a renovar aquela bastenda vodada a la cultura occitana. Las personas concernidas, responsables de las diferentas associacions, trantalhèron pas per balhar un còp de man en escurant pondes e escalièrs per los tornar far lusir coma autres còps.

Per Arnaud Nouviale, que s'ocupa del domeni tecnic per la vila, l'Ostal de l'Occitan sera operacional per la fin de l'annada. Aital l'IEO, l'IOA e OCBI se poiràn apropriar aquel lòc foncional e confor­table. Tòt aquò per presentar una polida veirina necessària al desvolopament de l'occitan, coma la cola municipala o aviá promés pendent la campanha de las municipalas. D'autra part, l'IEO del Vilafrancat propausarà lo 23 de setembre a teatre municipal a 21 oras una serada titolada : " Evocacion d'una scèna del filme de Georges Rou-quier, Farrebique". Aquela serada es la résulta d'un partenariat entre Aveyron Culture, l'IEO del Vilafran­cat e las escòlas del territòri.

Los corses d'occitan an començat lo divendres 17 de setembre a 18 oras amb Marie-Jo Segonds a l'Ostal de las Societats (entresenhas al 05 65 29 93 11). Pels "escolans confirmats", sera lo dijòus 7 d'octobre a l'Ostal de las Societats (sala n°2) amb Colette Pailhasse. Son previstes tanben de corses de sensibilizacion a la lenga e a la cultura occitanas pels parents d'escolans de las classas bilingüas amb OCBI (o tota autra persona interessada) dins un endrech que sera senhalat pus tard (entresenhas al 06 09 28 18 90).

La Maison de l'Occitan en réhabilitation

Le 20, rue Jean de Pomairols, qui est rentré dans le giron du Patrimoine Municipal, voit les équipes techniques de la commune s'affairer à la réfection de cette bâtisse dévolue à la culture occitane. Les principaux intéressés, responsables des différentes associations, n'ont pas hésité à mettre la main à la pâle en récurant planchers et escaliers afin de leur redonner leur lustre d'antan.

Selon Arnaud Nouviale, qui assure pour la ville le suivi technique, la Maison de l'Occitan sera opérationnelle pour la fin d'année. Ainsi l'IEO, l'IOA et OCBI pourront s'approprier ce lieu fonctionnel et confortable. De quoi posséder une belle vitrine nécessaire au développement de l'Occitan, comme l'équipe municipale s'y était engagée durant Sa campagne des municipales. D'autre part, l'IEO del Vilafrancat va proposer le 23 septembre au théâtre muni­cipal à 21 heures une soirée intitulée : "Évocation d'une scène du film de Georges Rouquier, Farrebique ". Cette soirée est le fruit d'un partenariat entre Aveyron Culture, l'IEO del Vilafrancat et les écoles du territoire.

Les cours d'Occitan ont débuté vendredi 1 7 septembre à 18 heures avec Marie-jo Segonds à la Maison des Sociétés (renseignements au 05 65 29 93 11). Pour les « élèves confirmés », reprise le jeudi 7 octobre à 15 heures à la Maison des Sociétés (salle n° 2) avec Colette Pailhasse. D'autre part sont prévus des cours de sensibilisation à la langue et la culture occitanes pour les parents d'élèves des classes bilingues avec OCBI (ou toute autre personne intéressée) en un lieu qui reste à définir (renseignements au 06 09 28 18 90).

Cansou del pépi, en Oc

Fantou, poulit coumo'n sòu,

Tu benes et iéu m'en bòu!

Que fa'qui mai, Margarido?

Acoi lou trin de la bido;

Fantou, poulit coumo 'n sou,

Tu benes et iéu m'en bòu!

N'a 'n briéu qu'ai lous pelses blancs,

Sarri mous quatre-bints ans;

Que de blat, que de farino

Ai pourtado sus l'esquino!...

N'a' n briéu qu'ai lous pelses blancs,

Sarri mous quatre-bints ans.

Margarido sai benguet

Tal joun que lou Rei nasquet.

A la Planco tout sautabo,

Tout cantabo, tout dansabo...

Margarido sai benguet

Tal joun que lou Rei nasquet.

Lou Rei n'es pus à Paris,

Sifet Peire à sous moulis!

Et jamai à nostro Planco

L'aio ni lou blat li manco...

Lou Rei n'es pus à Paris,

Sifet Peire à sous moulis !

Mès aro, paure menut,

Toun pipi s'es arrandut...

Es estat fort coum 'n' arco,

A pla menado sa barco,

Mès aro, paure menut,

Toun pipi s'es arrandut.

Quand faras toun prumiè pas,

Belèu iéu courrerai pas;

Se sai èri, sur l'herbeto

Te prendrio pella maneto :

Mès belèu courrerai pas

Quand faras toun prumiè pas.

Lou boun Diéus sio benesit !

Me trobi pla perbesit...

Sieis oustals de mas familhos

Sou ples d'efans et de filhos.

Me trobi pla perbesit,

Lou boun Diéus sio benesit!

Oh! jamai lous Mounestiès

Mancaròu pas d'heritiès;

Béni, tiro ! Margarido,

Pouden quita aquesto bido,

Que jamai lou Mouinestiès

Mancaròu pas d'heritiès!


Abbé Justin Bessou, 1845—1918 * D’al brès à la toumbo

Chanson du pépé, en français

Petit enfant, joli comme un sou,

Tu arrives et moi, je m’en vais

Mais, qu’y faire, Marguerite ?

C’est le train de la vie ;

Petit enfant, joli comme un sou !

Tu arrives et moi, je m’en vais

Il y a longtemps que j’ai les cheveux blancs,

Je m’approche des quatre vingt ans,

Que de blé, que de farine

J’ai porté sur l’échine !

Il y a longtemps que j’ai les cheveux blancs,

Je m’approche des quatre vingt ans,

Marguerite sait bien

Quel jour naquit le roi.

A la Planque, tout sautait,

Tout chantait, tout dansait..

Marguerite sait bien

Quel jour naquit le roi.

Le roi n’est plus à Paris,

Ni Pierre à ses moulins !

Et jamais à notre Planque

L’eau ni le blé ne manquent

Le roi n’est plus à Paris,

Ni Pierre à ses moulins !

Mais maintenant, pauvre petit,

Ton pépé est parti.

Il a été fort comme une arche,

Il a bien mené sa barque

Mais maintenant, pauvre petit,

Ton pépé est parti.

Quand tu feras ton premier pas,

Peut-être que je ne courrai plus.

Si j’étais ici, sur l’herbette,

Je te prendrai par la menotte

Mais peut-être que je ne courrai plus.

Quand tu feras ton premier pas.

Que le bon Dieu soit béni !

Je me trouvé comblé..

Six maisons de mes familles

Sont pleines d’enfants et de filles.

Je me trouvé comblé..

Que le bon Dieu soit béni !

Oh, jamais les Monestiès

Ne manqueront d’héritiers ;

Allez, viens ! Marguerite,

Nous pouvons quitter cette vie,

Car jamais les Monestiès

Ne manqueront d’héritiers !

Abbé Justin Bessou, 1845—1918 * Du berceau à la tombe

Cansou de las segos, en Oc

Abal, sul poun de la Cadeno

En-t-anen dalha lou Prat-Grand,

Passabou Ramoun et Bertrand :

La treito bouès de la Sereno

D'al founs de l'aio lour cantet

Uno cansou que lous perdet.


« Crânes efans, belo jouinesso

Que ses la flour de mous balouns,

Lous prats sou grands, lous jouns sou loungs;

Aures be tens pell'herbo espesso

De bous coufi dins las susous :

Prep de moun aio asseta-bous.


« Qu'al bord del rieu cante la calhe

Cante lou merlhe amai l'auriol ;

Que sus las flours lou parpalhol

Dins la rousado se miralhe ;

Que la cigale et lou grelhou

Butou rasclet et carilhou.


« Per m'escouta las biroundèlos

laissou la tourre et lou clouquiè;

Lous canards benou d'al pesquiè,

D'al bouscalhou las tourtourèlos;

lous raussinhols et lous pinsous

Cantou mous cans et mas cansous.


« Abant d'ana dalha la prado,

Benès, efans, bous refesca,

Benès nada, benès pesca,

Et se la truito bous agrado,

Al founs del gourp cabussares,

Tantos et mai n'atrapares !


« Moun aio lindo se proumeno

Dins l'oumbro tiedo del mati.

Oh ! quun plase de s'espandi,

De se bressa dins la Sereno

Que rebiscolo et dégourdis

Coumo la foun del paradis ! »


La treito bouès aital cantabo

D’abal mountabo per amoun…

Ta pla que Bertrand et Ramoun,

Dins lou gourp ploun que lous tentabo,

Mitat belhen, mitan rêben,

Férou lou saut per prene 'n ben.


Las fenejairos del bilatge

Beniòu feneja lou Prat-Grand :

Sounèrou Ramoun et Bertrand

Dins lou randal, dins lou bouscage...

Bertrand, Ramoun, helas ! helas !

Dal founs del gourp tournèrou pas.


Et dendespiei sul bord de l'aio

Ount dormou lous efans perduts,

A miejonech s'ausis un bruch

Que la nijoure s'en effraio...

Et, lou mati, toutos las flours

N'òu lous elhous moulhats de plours.


Bela jouinesso degourdido,

Quand passares abal sul poun,

Oh! fintes pas dins lou gourp ploun...

Anas dalha l'herbo flourido...

De la Sereno et sas cansons,

Paures efans, mefisas-bous !

Chanson des faucheurs, en français

Là-bas, sur le pont de la Chaîne,

En allant faucher le Pré grand,

Passaient Raymond et Bertrand

La voix traitresse de la Serène

Du fond de l’eau, leur chanta

Une chanson qui les perdit.


« Fiers enfants, belle jeunesse

Qui êtes la fleur de mes vallons,

Les prés sont grands, les jours sont longs ;

Vous aurez bien le temps par l’herbe épaisse

De vous prélasser dans les gerbes

Près de mon eau asseyez vous.


Au bord de la rivière, chante la caille,

Chante le merle ainsi que le loriot,

Et sur les fleurs, le papillon

Dans la rosée se mire ;

La cigale et le grillon

Poussent leur couplet et le carillon.


Pour m’écouter, les hirondelles

Laissent la tour et le clocher ;

Les canards viennent de l’étang,

Du buisson les tourterelles,

Les rossignols et les pinsons

Chantent mes chants et mes romances.


Avant d’aller faucher la prairie,

Venez, enfants, vous rafraichir,

Venez nager, venez pécher,

Et si la truite vous plaît

Au fond de la gorge vous plongerez.

Tant et plus vous en attraperez !


Mon eau limpide se promène

Dans l’ombre tiède du matin.

Oh ! Quel plaisir de s’étendre,

De se prélasser dans la Serène

Qui revigore et dégourdit

Comme la fontaine du paradis !


La voix traitresse ainsi chantait

De là-bas, montait vers les hauteurs…

Si bien que Bertrand et Raymond,

Dans la gorge profonde qui les tentait,

à demi endormis, à demi rêvant,

Ils firent le saut pour prendre un bain.


Les fenassiers du village

Venaient faucher le Pré grand :

Ils sonnèrent Raymond et Bertrand

Dans le vallon, dans le bocage..

Bertrand, Raymond, hélas, hélas !

Du fond de la gorge, ils ne revinrent pas.


Et depuis, au bord de l’eau

Où dorment les enfants perdus,

A minuit, on entend un bruit

Qui effraie la chevêche…

Et le matin, toutes les fleurs

En ont les petits yeux mouillés de pleurs.


Belle jeunesse dégourdie,

Quand vous passerez là-bas, sur le pont

Oh, ne regardez pas dans la gorge profonde..

Allez faucher l’herbe fleurie..

De la Serène et de ses chansons,

Pauvres enfants, méfiez-vous !

Occitanica : Portal collectiu de la lenga e de la cultura occitanas

Des milliers de ressources culturelles, éducatives et scientifiques en accès libre : Benvenguts sus Occitanica, lo portal per descobrir e practicar la lenga e la cultura occitanas.

Cliquez ici pour découvrir Occitanica et cliquez sur les logos ci-dessous pour visiter

Textes, sons, vidéos, images, sites web : toute la documentation numérique occitane rassemblée dans la Mediatèca d'Occitanica

Agenda, artistes, parutions et créations actuelles : la FaBrica d'Occitanica rend compte de la richesse de la vie culturelle occitane

Personnalités, œuvres, lieux, expressions et pratiques vivantes : partez à la découverte des richesses du patrimoine à travers les fiches de l'Enciclopèdia du patrimòni culturel occitan

Retrouvez dans la Maleta d'Occrtanica les applications éducatives pour apprendre, pratiquer, découvrir et aussi de nombreuses ressources pour les enseignants.

Le portail de l'Institut occitan d'Aquitaine dédié à la découverte du patrimoine culturel immatériel.