Les Contes du Drac

Les Contes du Drac paraissent pour la première fois en 1975. Jean Boudou s'est inspiré de la tradition orale du Rouergue pour écrire Le Contes du Drac. Le Drac est un personnage fantastique parfois farceur ou moqueur, souvent inquiétant. Il a la faculté de se transformer en animal ou en objet. Esprit aquatique chez les Romains, on dit qu'il était le fils du Diable.

Le récit de la cavala est un grand classique des histoires du Drac (ou Drap). Une jument aide des enfants à traverser une rivière, allongeant son dos pour que tous puissent la monter. Le dernier, effrayé, fait un signe de croix et la jument disparaît sans noyer tous les enfants.

L'écrivain Jean Boudou (1920-1975) a également raconté cette histoire ("Lo caval de La Calquièira"). Les formules de fin de contes, commençant souvent par “Cric-crac mon conte es acabat”, soulignent l'aspect fictif du récit, ferment l'histoire et ramènent l'auditoire à la réalité.

L'enfant polit, par Joan Bodon, en Oc.

épisode 1

Un còp i aviá lo Drac. Lo Drac èra lo filh del Diable.

Un còp i aviá l’enfant polit...

E l’enfant polit èra montat sus un pomièr de pomas rojas al pus fons de l’òrt lo long del camin. Passèt un cavalièr sus un caval negre. « Enfant polit, diguèt lo cavalièr, ai set, soi a sèla dempuèi lo matin. Seriás plan brave de me getar una poma... »

L’enfant polit causiguèt la poma pus gròssa, la pus fresca. Prenguèt vam per la getar. Mas del vam que prenguèt la branca li manquèt. Prompte lo cavalièr dobriguèt lo sac. Lo cap primièr l’enfant polit i tombèt dedins.

« A !... a !... a !... » se riguèt lo cavalièr, que tirèt lo laç corredor, puèi estaquèt lo sac darrièr la sèla, en travèrs sus l’esquina del caval. Patrac... Patrac... Patrac... Un brieu galaupèt lo caval. Puèi s’arrestèt aval a Porcassés davant la pèira verda. « Pèira, dobris-te, soi lo Drac ! » cridèt lo cavalièr. E la pèira se dobriguèt e lo caval negre dintrèt. Darrièr el, la pèira se tornèt barrar.

Patrac... Patrac... Patrac... Encara lo caval galaupèt tot un brieu dins lo païs de jos la tèrra. Aqui, pr’aquò, i se vei, que pertot beluguejan de rocalhas d’aur e s’escampan de vam de rius de viu argent.

« Dracon !... Dracon !... » Una femna cridava sus la pòrta d’un ostal pichon - « Òu, Dracon, qué me pòrtas de bon ?... — De carn fresca ! respondèt lo cavalièr, qu’èra lo Drac. — É ben ! i tornèt la femna. I a de plaça dins la barrica del canton... »

Lo Drac davalèt de caval, prenguèt lo sac, anèt a la botiga. Desfonsèt la barrica del canton. Dessarrèt lo laç corredor del sac. Tirèt pels pès l’enfant polit, lo butèt dins la barrica e prompte la tornèt fonsar, mas daissèt la bonda dobèrta.

Tres còps per jorn, cada jorn, la Draquessa veniá: « Enfantonèl, polidonèl, para lo caisson, pel trauc del bondon... »

Mas l’enfant polit voliá pas parar lo cais. La Draquessa, per l’amigadar, tornava dire: «Para lo caisson, fanton, que te pòrti quicòm de bon... » L’enfant polit voliá pas res entendre. Alara la Draquessa cridava: « Se paras pas lo cais, amb la bonda taparai lo trauc e t’estofaràs, t’estofaràs !... »

Qué far mai ? L’enfant polit parava lo cais. E la Draquessa, amb un culhièr pichon d’argent, butava la mangiscla dedins. De bona mangiscla ça que la: castanhas cuèchas e demesidas dins de lach, milhàs prestit amb de mèl, e de burrada, e de formatges sucrats. Puèi lo Drac arribava: « Fantonet, polidet, dona-me lo teu det, lo teu det pichonet !... » L’enfant polit donava lo det. Lo Drac lo palpava: « A ! que seràs lèu grasset !... Que seràs lèu grasset !... Que faràs pas un plec !... »

Comprenguèt lèu, l’enfant polit. Comprenguèt que quand seriá pro grasset lo sortirián de la barrica e fuoc al cuol dins la marmita. Consi far ? Consi far per se’n tirar ? De mirgas, pr’aquò, venián cada nuech saufinar pel trauc de la bonda. L’enfant polit las velhèt. La primièira que se sarrèt, el l’agantèt pels guinhons e la tirèt dedins, puèi la metèt a la pòcha de las calças e lo mocador dessús.

L’endeman, arribèt la Draquessa amb de mangiscla. E puèi lo Drac: « Fantonet, polidet, dona-me lo teu det, lo teu det pichonet... » L’enfant polit levèt lo mocador e pel trauc donèt la coeta de la mirga. Lo Drac palpèt, palpèt e se reganhèt: « Femna, femna, magrís lo nòstre pensionèl... A pas que los òsses e la pèl... Femna, li portaràs lo milhàs dins lo plat bèl... ». La Draquessa portèt de milhàs dins lo plat bèl. L’enfant polit calguèt que mangès, que mangès... talament que los botons de las calças ne petavan. Mas la coeta de la mirga engraissava pas, e lo Drac, quand veniá palpar pel trauc, cada còp se reganhava... Aital durèt una setmana.

Un matin, pr’aquò, coma lo Drac arribava, l’enfant polit cerquèt per las pòchas. Mas lo mocador, l’aviá sortit per se soflar dins la nuèch e la mirga se n’èra anada. Ja lo Drac se sarrava del trauc e ja cridava: « Fantonet, polidet, dona-me lo teu det, lo teu det pichonet... » L’enfant, pecaire, donèt lo det.

« A !... a !... a !... » se riguèt lo Drac. « A !... a !... a !... Aqueste còp es plan mofle, d’un còp es vengut confle... Femna, vau desfonsar la barrica e puèi anarai sus tèrra sonar los Dracons, los meus Dracons... ». Lo Drac desfonsèt la barrica. Pels pès tirèt l’enfant polit e lo portèt a la cosina. « Femna ! diguèt lo Drac, cresi pas que siá plan lèste, lo te daissi que l’aprèstes... »

E lo Drac se n’anèt. La Draquessa montèt l’ola grand sul fuòc e puèi, davant la pòrta, amb la pigassa se metèt a far d’asclas. L’enfant polit se sarrèt e de rire i !... i !... i !... e de rire i!...i!...i!... e de se sarraren caramaii!...i!...i!...i!...

« Fanton ! se reganhèt la Draquessa, dins l’estat que sias compreni pas ço que i a de tan risible. — Femna, risi de vos veire far i !... i !... i !... Deu èsser pel primièr cop que fasètz d’asclas i !... i !... i !... i !... i !... Sabètz pas solament téner lo margue de la pigassa ! — E creses de lo téner melhor que ieu, tu ? — Donatz-me la pigassa e veiretz !... »

La Draquessa donèt la pigassa. L’enfant polit tenguèt fort lo margue e pinga ! panga ! amb lo talh sul cap de la Draquessa, e sul col, e sus l’esquina, pertot...

Sul fuoc l’aiga bolissia dins l’ola grand. L’enfant polit amassèt los troces ensagnosits de la Draquessa. Un aprés l’autre los getèt dins l’ola. Alara una vapor se levèt dins la chimencia. Una polida filha sortiguèt de l’ola e se pausèt sul ponde.

« Enfant polit, diguèt la filha polida, vèni que t’abrace. Lo meu embelinament es tu que l’as bresat. Soi tornada coma de davant la princessa, la filha polida del païs de jes la tèrra. Vèni que t’abrace... » L’enfant polit se sarrèt, abracèt la filha polida. Ela de~ nosèt lo riban de seda que retenia lo seu pel... « Prince, espèra-me. Vau anar ligar la pèira verda. Jamai tornarà pas dintrar aici lo Drac, aquel Drac òrre que m’aviá despoderada... En bruèissa negra m’aviá cambiada... Espèra-me, prince meu... » La filha polida se n’anèt. Amb lo riban de seda liguèt la pèira verda, puèi tornèt davalar dins l’ostal pichon.

Es aital que l’enfant polit venguèt lo prince de la filha polida, al païs de jos la tèrra, en aval pels travèrses de Porcassés...

Le beau garçon, par Jean Boudou, en français

épisode 1

Il était une fois le Drac. Le Drac était le fils du Diable.

Il était une fois un beau garçon.

Et le beau garçon était monté sur un pommier de pommes rouges, au fin fond du jardin le long du chemin. Un cavalier sur un cheval noir passa. « Beau garçon, dit le cavalier, j’ai soif, je suis en selle depuis le matin. Tu serais bien aimable de me jeter une pomme.. »

Le beau garçon choisit la pomme la plus grosse, la plus fraiche. Et il prit son élan pour la jeter. Mais son élan fut tel que la branche cassa. Aussitôt, le cavalier ouvrit son sac. La tète la première, le beau garçon tomba dedans.

« Ah, ah » rit le cavalier, qui noua le lacet du sac, puis attacha celui-ci derrière la selle, sur le dos du cheval. Patrac, patrac, patrac.. Longtemps le cavalier galopa. Puis il s’arrêta là-bas, à Porcassès, devant la pierre verte. « Pierre, ouvre-toi, je suis le Drac ! » cria le cavalier. Et la pierre s’ouvrit et le cheval noir entra. Derrière lui, la pierre se referma.

Patrac, patrac, patrac..Le cheval galopa encore un long moment dans le pays de dessous la Terre. Ici, bien sûr, on peut voir des rocailles d’or qui scintillent et se répandent dans des ruisseaux de vif argent.

« Dracon !.. Dracon !.. » Une femme cria à la porte d’une maisonnette. « Oh, Dracon, que m’apportes-tu de bon ? » « De la chair fraîche ! répondit le cavalier, qui était le Drac. « C’est bien, lui répondit la femme. Il y a de la place dans la barrique du cellier ».

Le Drac descendit de cheval, prit le sac et alla au cellier. Il ouvrit la barrique du cellier. Il dénoua le lacet du sac, prit le beau garçon par les pieds et le déposa dans la barrique qu’il referma rapidement, mais en lassant la bonde ouverte.

Trois par jour, chaque jour, la Draquesse venait : « Petit enfant, beau garçon, approche ta bouche de la bonde.. »

Mais le beau garçon ne voulait pas approcher sa bouche de la bonde. La Draquesse, pour l’amadouer, lui dit : »Approche ta bouche, mon enfant, parce que je t’apporte quelque chose de bon ». Mais le beau garçon ne voulait pas se soumettre. Alors la Draquesse cria « Si tu ne présentes pas ta bouche, je vais fermer la bonde et tu t’étoufferas, tu t’étoufferas ! ».

Que faire ? Le beau garçon approcha sa bouche de la bonde. Et la Draquesse, avec une petite cuillère d’argent, lui poussa de la mangeaille. De la bonne mangeaille, c’est vrai. Des châtaignes cuites et ramollies dans du lait, du millet mélangé à du miel, du beurre et des fromages sucrés. Puis le Drac arrivait : « Fiston, beau garçon, montre-moi ton doigt, ton petit doigt ! » Le beau garçon passa son doigt par la bonde. Le Drac le palpa : « Ah, mais tu seras bientôt gras ! Tu seras bientôt gras ! A n’en pas douter ! ».

Le beau garçon comprit vite. Il comprit que quand il serait assez gras, ils le sortiraient de la barrique et ils le feraient cuire dans la marmite. Que faire ? Que faire pour se sortir de là ? Cependant, des souris venaient renifler par le trou de la bonde. Le beau garçon les surveilla. La première souris fut appâtée par des restes. L’enfant la captura puis la mit dans sa poche de son pantalon avec le mouchoir par-dessus.

Le lendemain, la Draquesse arriva avec de la mangeaille. Puis le Drac dit : « Fiston, beau garçon, montre-moi ton doigt, ton petit doigt ! ». Le beau garçon souleva son mouchoir et par la bonde passa la queue de la souris. Le Drac palpa, palpa et maugréa : « Femme, femme, il maigrit notre pensionnaire.. Il n’a plus que la peau et les os. Femme tu lui serviras la meilleure mangeaille dans le grand plat.. » La Draquesse porta la bonne mangeaille dans le grand plat. Il fallut que le beau garçon mange, mange, tellement que les boutons des vêtements ont cédé. Mais la queue de la souris n’engraissait pas et le Drac, lorsqu’il venait palper par la bonde, ne décolérait pas. Cela dura ainsi une semaine.

Cependant, un matin, alors que le Drac arrivait, le beau garçon fouilla dans ses poches. Mais pendant la nuit, il avait sorti le mouchoir pour se moucher et la souris s’était enfuie. Déjà le Drac s’approchait de la bonde et criait « Fiston, beau garçon, montre-moi ton doigt, ton petit doigt ! ». Pécaïre, l’enfant tendit son doigt.

« Ah ah ! » rit le Drac. « Ah ah ». Cette fois, il est devenu bien gras, d’un coup il est devenu gras. Femme, je vais ouvrir la barrique et puis j’irai sur la Terre appeler mes Dracons, les Dracons miens ! » Le Drac ouvrit la barrique. Puis il sortit le beau garçon et le porta à la cuisine. « Femme, dit le Drac, je ne pense pas qu’il soit très vif. Je te laisse l’apprêter.. »

Et le Drac partit. La Draquesse posa la grande marmite sur le feu et puis, devant la porte, avec la hache, elle se mit à fendre du bois. Le beau garçon s’approcha et se mit à rire, à rire !

« Fiston, grimaça la Draquesse, dans la situation où tu te trouves, je ne comprends pas que qu’il y a de risible ! » « Femme, je ris de vous voir faire ! Hi, hi, c’est certainement la première fois que vous fendez du bois ! Hi, hi, Vous ne savez pas tenir le manche de la hache ! « Et toi, tu crois le faire mieux que moi ? « Donnez-moi la hache et vous verrez ! »

La Draquesse donna la hache. Le beau garçon empoigna solidement le manche et pinga ! frappa avec la hache sur la tête de la Draquesse, et sur le cou, et sur le dos, partout !

Sur le feu, l’eau bouillait dans la grande marmite. Le beau garçon ramassa les morceaux sanglants de la Draquesse et les jeta l’un après l’autre dans la marmite. Alors une nuée s’éleva dans la cheminée. Une belle fille sortit de la marmite et descendit sur le plancher.

« Beau garçon, dit la belle fille, viens que je t’embrasse. Tu as brisé mon ensorcellement. Je suis redevenue la belle fille comme avant, la princesse du pays de sur la Terre. Viens que je t’embrasse ». Le beau garçon s’approcha, embrassa la belle fille qui dénoua le ruban de soie qui retenait ses cheveux. « Prince, attends-moi. Je vais aller attacher la pierre verte. Le Drac ne pourra plus jamais entrer ici, ce Drac horrible qui m’avait enlevé tous mes pouvoirs. En sorcière noire, il m’avait changée. Attends-moi, mon prince ». La belle fille partit. Avec le ruban de soie, elle lia la pierre verte, puis elle revint dans la maisonnette.

Et c’est ainsi que le beau garçon devint le prince de la belle fille, au pays de sur la Terre, là-bas, loin des travers de Porcassès.

Les Dracons, par Joan Bodon, en Oc

épisode 2

Un còp i aviá los Dracons. Los Dracons èran los filhs del Drac, los filhs del Drac e de las femnarassas que d’aquel temps sus la tèrra mens que uèi ne mancava pas.

E los Dracons, a caval darrièr lo Drac, coma lo vent galaupavan cap a Porcassés.

De carn ! De carn ! De carn !... tustavan los fèrres dels pès. Fresca ! Fresca ! Fresca !... se brandissián las sèlas.

Òu... Òu... Totes ! cridèt lo Drac davant la pèira verda. Pèira, dobris- te, soi lo Drac !...

Los cavals nifavan que s’èran arrestats, mai d’un Dracon trantolèt sus la sèla, mas la pèira se dobriguèt pas.

Tornèt cridar lo Drac encara pus fòrt : Pèira, dobris-te... Dobris-te, soi lo Drac... Soi lo Drac !...

Mas la pèira brandava pas. Lo Drac davalèt de caval. A l’ajuda ! ornhèt. A l’ajuda, vosautres !...

Los Dracons davalèron eles tanben e se sarrèron de la pèira, e de tirar, e de butar, e de se desonglar. La pèira trantolava solament pas !

I... I... I... Los cavals daissats campèstres fugissián cadun de son costat. Los Dracons de levar lo cap e de partir a l’escorsa cadun darrièr son caval.

Lo Drac demorèt tot sol. Alara vegèt lo riban de seda que ligava la pèira.

Soi traït ! cridèt lo Drac. Soi traït. Ara compreni. M’a jogat, l’enfant polit. Aicí, vosautres ! Aicí ! M’abandonessètz pas !...

Los Dracons se tornèron sarrar e baissavan lo cap. Los cavals èran luènh.

Enfants ! cridèt encara lo Drac. Enfants, soi fòrabandit del païs de jos la tèrra. Un òme pichon m’a raubada la princessa. Suls òmes totes me vòli vengar.

Paire, t’ajudarem !... t’ajudarem !... t’ajudarem !... bramèron los Dracons e levavan lo ponh.

Alara, escampilhatz-vos sus tota la terra. Maridatz-vos amb las filhas pels ostals. Lo jorn, viuretz coma los autres òmes, mas cada nuèch tornaretz Dracs. Tendretz los poders que ieu teni. Los enfants vòstres los tendràn. Partissètz totara. Pertot ont seretz ieu serai...

Los Dracons saludèron lor paire, los ponhs sarrats a plec de braç. A !... a !... a !... a !... Refreniguèt pels travèrses lo rire del Drac. Puèi los Dracons s’escampilhèron. Aital comencèt lo temps aule.

Les Dracons, par Jean Boudou, en français

épisode 2

Il était une fois les Dracons. Les Dracons étaient les fils du Drac, les fils du Drac et des mauvaises femmes qui, en ce temps-là sur la Terre moins qu’aujourd’hui, ne manquaient pas.

Et les Dracons, à cheval derrière le Drac, comme le vent, galopaient vers Porcassès. De la chair, de la chair, de la chair ! frappaient les fers des sabots. Fraîche ! Fraîche ! Fraîche ! secouaient les selles.

Holà, vous tous ! cria la Drac devant la pierre verte. Pierre, ouvre-toi, je suis le Drac !

Les chevaux s’étaient arrêtés et reniflaient, et plusieurs Dracons s’agitèrent sur la selle, mais la pierre ne s’ouvrit pas. Le Drac cria à nouveau encore plus fort : Pierre, ouvre-toi, ouvre-toi, je suis le Drac ! Mais la pierre de bougeait pas. Le Drac descendit de cheval. A l’aide, hurla-t-il, à l’aide, vous autres !

Les Dracons descendirent eux aussi et s’approchèrent de la pierre, et de tirer, et de pousser et de s’arracher les ongles. La pierre ne bougeait pas du tout. Les chevaux laissés libres s’enfuirent chacun de leur côté. Les Dracons levèrent la tête et coururent chacun derrière son cheval. Le Drac demeura seul. Alors il vit le ruban de soie qui liait la pierre.

Je suis trahi ! cria le Drac. Je suis trahi. J’ai compris. Il m’a trompé, le beau garçon. Ici, vous autres ! Ici ! Ne m’abandonnez pas ! Les Dracons revinrent et baissaient la tête. Les chevaux étaient loin.

Mes enfants ! cria encore le Drac. Mes enfants, je suis banni du pays de dessous la Terre. Un petit homme m’a volé la princesse. Sur tous les hommes je veux me venger. Père, nous t’aiderons, nous t’aiderons, nous t’aiderons, crièrent les Dracons en levant le poing.

Alors, éparpillez-vous sur toute la Terre. Mariez-vous avec les filles dans les fermes. Le jour, vous vivrez comme les autres hommes, mais chaque nuit, vous redeviendrez Dracs. Vous aurez les mêmes pouvoirs que moi. Vos enfants les auront aussi. Vous partirez tout à l’heure. Partout où vous serez, je serai moi aussi..

Les Dracons saluèrent leur père, les poings serrés et s’embrassèrent. Ah, ah !.. Le rire du Drac retentit par les vallons. Puis les Dracons partirent. Ainsi commença le temps mauvais.

Lo moton, par Joan Bodon, en Oc

épisode 3

"D’aquel temps, a la Ribièira, dins l’ostal vièlh de la Cerièissa demoravan un òme e una femna que lo nom uèi se n’es perdut. Avián pas gaire de ben, tenián solament un parelh de vacas magras. Aquò lor fasiá pas un viure. Cada jorn la femna se n’anava fialar deçà delà per un o per l’autre. L’òme, a la sason, se logava per ajudar dins las gròssas bòrias.

Mas cada ser totes dos tornavan pro lèu del trabalh e sopavan al lor ostal. Bevián una escudelada de bolhon, rosegavan una codena, o rufavan tres o quatre castanhas. Puèi la femna levava la taula. L’òme se siesiá al canton del fuòc.

"Òme, disiá la femna, soi lassa, anem al lièch.."

"Femna, respondiá l’òme, partis primièira ! Ieu vendrai quand aurai sòm.."

La femna s’anava jaire dins lo lièch que s’amagava darrièr l’escalièr del trast. L’òme, demorat tot sol, amb la rispa sarrava las cendres sul fuòc, atudava lo lum e se n’anava defòra. Mai d’un còp dins la nuèch la femna se desrevelhava. Mas al prèp d’ela jos las flaçadas i aviá pas degun. La femna se siesiá sus la colcera. Sonava lo seu òme. Degun respondiá pas. E aital cada nuèch dempuèi vint ans que s’èran maridats.

Lo matin, a primalba, l’òme tornava. Esclopejava dins la cort. Dobrissiá la pòrta.

Dintrava, disiá : "Veni de far un torn. As plan dormit, femna ?.."

La femna se levava sens respondre e ja caliá partir pel trabalh.

Un ser d’ivèrn pr’aquò, la femna se diguèt : "Aquesta nuèch vòli saber ont passa lo meu òme. Aquesta nuèch ieu lo segrai..

E s’anèt jaire tota vestida. Se mordissiá los dets per s’endormir pas. L’òme atudèt lo lum, dobriguèt la pòrta. La femna se levèt, prompte lo seguèt. Mas dins la cort lo vegèt pas mai. Amont, sus la paret, un fotral de can sautèt de l’autre costat e fugiguèt darrièr lo bartàs.

La femna dobriguèt lo portal e se n’anèt sul camin. Las estelas dins lo cèl beluguejavan mai que pus. A cada vial la femna se tampava, agachava, sonava. Mas degun se vesiá pas, degun respondiá pas.

La fernna ne podiá pas mai de cridar. Lo freg la ganhava, se tornèt virar. Davant l’ostal se pensèt : Sabi pas ont es passat lo meu òme mas lo vòli esperar. Veirai ben, quand tornarà !

Jos la passada i aviá una carrada de fuèlhas secas. La femna montèt sul carri, s’acaptèt de fuèlhas e esperèt.

Tot d’un còp, de per defòra, una bèstia negra sautèt sus la paret e se daissèt tombar dins la cort. Era lo can, lo fotral de can, aquel qu’aviá fugit darrièr lo bartàs e que tornava.

Portava a plec de cais una auca gròssa que lo cap ne pendolava. La femna se regassava, reteniá l’alen.

Lo can venguèt, se sarrèt del carri, passèt dejós. Entremièg las ròdas pausèt l’auca e tot doçament se metèt a la rosegar. S’ausissián los òsses que petavan: cròc... cròc... cròc...

La femna gausava pas se bolegar mas, de tant que tremolava, las fuèlhas ne fresinejavan.

Lo can acabèt l’auca. Sortiguèt de jol carri, passava la lenga suls pòts. Puèi anèt al pachòc per beure. Lo pachòc èra gelat. Lo can se sieguèt sus las patas de darrièr, estirèt la coeta sul gèl, levèt lo cap e gingolèt : "Oo... Oo... Oo.."

"Oo... Oo... Oo…" respondèt un autre gingolal del costat de la Carrairiá.

Lo can se levèt, sautèt sus la paret, se daissèt tombar sul camin, e de córrer, e de córrer...

La femna se tirèt de per las fuèlhas, davalèt de sul carri e s’anèt claure dins l’ostal.

Gausèt pas clavar la pòrta pr’aquò, mas se sieguèt al canton del fuòc, tirèt lo capelet.

Aviá las dents que se reganhavan e los genolhs que s’entretustavan. Es aital que l’endeman lo seu òme la trobèt, quand dintrèt...

"Femna, demandèt el, femna, siás malauta ?"

"Òme, respondèt ela, aquesta nuèch ai volgut saber ont partissiás. T’ai volgut sègre, mas t’ai pas vist. T’ai volgut esperar mas ai agut freg. Alara me soi tornada claure per me calfar al prèp del fuòc..."

"Femna, femna, me dises pas tot. Siás demorada un brieu defòra. As vist quicòm !"

"Ai vist un can. Ieu m’èri jaguda sus la carrada de fuèlhas. Lo can portava una auca. E l’es venguda manjar entremièg las ròdas del carri. Los òsses petavan: cròc... cròc..."

"Malastre per tu ! cridèt l’òme. Malastre ! Aquel can: èri ieu. L’auca l’aviái raubada dins l’establon de Betelha. La nuèch me cal repasimar. Se t’aviái sentida sul carri, te manjavi coma l’auca... O sabes ara. Ieu, soi un Drac... »"

La femna se levèt, brandiguèt lo capelet. L’òme se recuolèt, dobriguèt la pòrta. Lo primièr rai de solelh venguèt tustar sul vaisselièr. Defòra lo gal cantava. Caliá tornar partir pel trabalh...

Le mouton, par Jean Boudou, en français

épisode 3

Ce soir là, quand le Causse de la Rivière eut enfermé tout son bétail, il se rendit compte qu’il manquait le plus gros mouton. Notre homme retourna seul, le long du ravin, par les travers. A chaque pas, il appelait, « Tétin, béé, tétin, béé, tétin, béé ! ». Mais, pas de réponse. Le Causse descendait toujours. Il sentit la fraicheur du Viaur.

« Bée, Bée, Bée ». Un animal bêlait derrière la haie. Le Causse s’approcha et vit, entravé par les buissons, un mouton, un brave mouton, son mouton.

Le Causse libéra le mouton de ses entraves, mais l’animal ne pouvait pas se tenir. Il avait les pattes ensanglantées. « Pauvre bête ! Je vais te porter ». Et le Causse chargea le mouton sur les épaules puis reprit la montée le long du ravin. Plus l’homme montait, plus le mouton pesait. Le Causse soufflait, suait, haletait et courbait le dos sous l’effort.

Tout d’un coup, de l’autre côté du Viaur, une voix cria : « Dracon ! Oh, Dracon ! Ou es-tu ? » Sur le dos du Causse, le mouton frémit, leva la tête et répondit : « Je suis ici, je chancèle sur le dos du voisin. Je suis ici » !

Le Causse, se retourna, prit son élan et hop, balança le mouton au plus profond du ravin.

Mais avant de toucher terre, la bête se transforma en fumée en ricanant : « Ah! Ah! Ah »!

« Ah! Ah! Ah »! Répondit un autre rire sinistre sur l’autre rive du Viaur.

Et c’est comme ça que les Dracons se donnent du bon temps.

L'auca, par Joan Bodon, en Oc

épisode 4

"D’aquel temps, a la Ribièira, dins l’ostal vièlh de la Cerièissa demoravan un òme e una femna que lo nom uèi se n’es perdut. Avián pas gaire de ben, tenián solament un parelh de vacas magras. Aquò lor fasiá pas un viure. Cada jorn la femna se n’anava fialar deçà delà per un o per l’autre. L’òme, a la sason, se logava per ajudar dins las gròssas bòrias.

Mas cada ser totes dos tornavan pro lèu del trabalh e sopavan al lor ostal. Bevián una escudelada de bolhon, rosegavan una codena, o rufavan tres o quatre castanhas. Puèi la femna levava la taula. L’òme se siesiá al canton del fuòc.

"Òme, disiá la femna, soi lassa, anem al lièch.."

"Femna, respondiá l’òme, partis primièira ! Ieu vendrai quand aurai sòm.."

La femna s’anava jaire dins lo lièch que s’amagava darrièr l’escalièr del trast. L’òme, demorat tot sol, amb la rispa sarrava las cendres sul fuòc, atudava lo lum e se n’anava defòra. Mai d’un còp dins la nuèch la femna se desrevelhava. Mas al prèp d’ela jos las flaçadas i aviá pas degun. La femna se siesiá sus la colcera. Sonava lo seu òme. Degun respondiá pas. E aital cada nuèch dempuèi vint ans que s’èran maridats.

Lo matin, a primalba, l’òme tornava. Esclopejava dins la cort. Dobrissiá la pòrta.

Dintrava, disiá : "Veni de far un torn. As plan dormit, femna ?.."

La femna se levava sens respondre e ja caliá partir pel trabalh.

Un ser d’ivèrn pr’aquò, la femna se diguèt : "Aquesta nuèch vòli saber ont passa lo meu òme. Aquesta nuèch ieu lo segrai..

E s’anèt jaire tota vestida. Se mordissiá los dets per s’endormir pas. L’òme atudèt lo lum, dobriguèt la pòrta. La femna se levèt, prompte lo seguèt. Mas dins la cort lo vegèt pas mai. Amont, sus la paret, un fotral de can sautèt de l’autre costat e fugiguèt darrièr lo bartàs.

La femna dobriguèt lo portal e se n’anèt sul camin. Las estelas dins lo cèl beluguejavan mai que pus. A cada vial la femna se tampava, agachava, sonava. Mas degun se vesiá pas, degun respondiá pas.

La fernna ne podiá pas mai de cridar. Lo freg la ganhava, se tornèt virar. Davant l’ostal se pensèt : Sabi pas ont es passat lo meu òme mas lo vòli esperar. Veirai ben, quand tornarà !

Jos la passada i aviá una carrada de fuèlhas secas. La femna montèt sul carri, s’acaptèt de fuèlhas e esperèt.

Tot d’un còp, de per defòra, una bèstia negra sautèt sus la paret e se daissèt tombar dins la cort. Era lo can, lo fotral de can, aquel qu’aviá fugit darrièr lo bartàs e que tornava.

Portava a plec de cais una auca gròssa que lo cap ne pendolava. La femna se regassava, reteniá l’alen.

Lo can venguèt, se sarrèt del carri, passèt dejós. Entremièg las ròdas pausèt l’auca e tot doçament se metèt a la rosegar. S’ausissián los òsses que petavan: cròc... cròc... cròc...

La femna gausava pas se bolegar mas, de tant que tremolava, las fuèlhas ne fresinejavan.

Lo can acabèt l’auca. Sortiguèt de jol carri, passava la lenga suls pòts. Puèi anèt al pachòc per beure. Lo pachòc èra gelat. Lo can se sieguèt sus las patas de darrièr, estirèt la coeta sul gèl, levèt lo cap e gingolèt : "Oo... Oo... Oo.."

"Oo... Oo... Oo…" respondèt un autre gingolal del costat de la Carrairiá.

Lo can se levèt, sautèt sus la paret, se daissèt tombar sul camin, e de córrer, e de córrer...

La femna se tirèt de per las fuèlhas, davalèt de sul carri e s’anèt claure dins l’ostal.

Gausèt pas clavar la pòrta pr’aquò, mas se sieguèt al canton del fuòc, tirèt lo capelet.

Aviá las dents que se reganhavan e los genolhs que s’entretustavan. Es aital que l’endeman lo seu òme la trobèt, quand dintrèt...

"Femna, demandèt el, femna, siás malauta ?"

"Òme, respondèt ela, aquesta nuèch ai volgut saber ont partissiás. T’ai volgut sègre, mas t’ai pas vist. T’ai volgut esperar mas ai agut freg. Alara me soi tornada claure per me calfar al prèp del fuòc..."

"Femna, femna, me dises pas tot. Siás demorada un brieu defòra. As vist quicòm !"

"Ai vist un can. Ieu m’èri jaguda sus la carrada de fuèlhas. Lo can portava una auca. E l’es venguda manjar entremièg las ròdas del carri. Los òsses petavan: cròc... cròc..."

"Malastre per tu ! cridèt l’òme. Malastre ! Aquel can: èri ieu. L’auca l’aviái raubada dins l’establon de Betelha. La nuèch me cal repasimar. Se t’aviái sentida sul carri, te manjavi coma l’auca... O sabes ara. Ieu, soi un Drac... »"

La femna se levèt, brandiguèt lo capelet. L’òme se recuolèt, dobriguèt la pòrta. Lo primièr rai de solelh venguèt tustar sul vaisselièr. Defòra lo gal cantava. Caliá tornar partir pel trabalh...

L'oie, par Jean Boudou, en français

épisode 4

A cette époque, à la Rivière, dans la vieille maison de la Cerisaie, demeuraient un homme et une femme dont le nom a aujourd’hui disparu. Ils avaient peu de bien. Ils avaient seulement une paire de vaches maigres. Cela ne suffisait pas pour vivre. Chaque jour, la femme allait filer chez l’un ou chez l’autre. L’homme, à la saison, se louait pour aider dans les grosses fermes.

Mais chaque soir, les deux rentraient assez tôt du travail et soupaient dans leur maison. Ils avalaient une pleine assiette de bouillon, ils rongeait une couenne ou épluchaient trois ou quatre châtaignes. Puis la femme enlevait le couvert. L’homme s’asseyait au coin du feu.

"L’homme, disait la femme, je suis fatiguée, on va au lit.."

"Femme, répondait l’homme, vas-y d’abord ! Je viendrai quand j’aurai sommeil."

La femme allait se coucher dans le lit caché derrière l’escalier du grenier. L’homme, demeuré seul, poussait les cendres sur le feu avec le tisonnier, éteignait la lampe et allait dehors. Mais subitement, dans la nuit, le femme se réveillait. Mais près d’elle, sous les draps, il n’y avait personne. La femme s’asseyait sur l’édredon. Elle appelait son homme. Personne ne répondait. Et comme ça chaque nuit depuis vingt ans qu’ils étaient mariés.

Le main, à l’aube, l’homme revenait. Il trainait les pieds dans la cour. Il ouvrait la porte.

Il entrait et disait : "Je viens de faire un tour. Femme, as-tu bien dormi ? Le femme se levait sans répondre car il fallait déjà partir au travail."

Cependant, un soir d’hiver, la femme se dit : "Cette nuit, je veux savoir où va mon homme. Cette nuit, je le suivrai."

Et elle alla se coucher toute habillée. Elle se mordilla les doigts pour ne pas s’endormir. L’homme éteignit la lampe et ouvrit la porte. La femme se leva et le suivit. Mais dans la court, elle ne le vit plus. Plus haut, sur la muraille, un énorme chien sauta de l’autre côté et s’enfuit derrière les buissons.

La femme ouvrit le portail et alla sur le chemin. Les étoiles dans le ciel brillaient plus que jamais. A chaque sentier, la femme d’arrêtait, regardait, appelait. Mais on ne voyait personne et personne ne répondait.

La femme n’en pouvait plus de crier. Elle était transie de froid, elle revient chez elle. Devant la maison, elle pensa : "Je ne sais pas où est passé mon homme, mais je vais l’attendre. On verra bien quand il rentrera !"

Dans la cour, il y avait une charretée de feuilles sèches. La femme monta sur le char, se cacha sous les feuilles et attendit.

Tout à coup, de l’extérieur de la ferme, une bête noire sauta sur la muraille et se laissa tomber dans la cour. C’était le chien, l’énorme chien, celui qui s’était enfui derrière les buissons et qui revenait.

A pleine gueule, il portait une grosse oie dont la tête pendait. La femme tremblait, retenait son haleine.

Le chien s’approcha du char et passa dessous. Entre les roues, il déposa l’oie et calmement, il se mit à la dévorer. On entendait les os qui craquaient : crac, crac…

La femme n’osait pas bouger, mais elle tremblait tellement que les feuilles frémissaient.

Le chien finit l’oie. Il sortit de sous le char en se léchant les babines. Puis il alla à la mare pour boire. La mare était gelée. Le chien s’assit sur ses pattes arrières, allongea sa queue sur la glace, leva la tête et glapit : "Oo, Oo, Oo.."

"Oo, Oo, Oo.." répondit un autre glapissement du côté de la carrière. Le chien se leva, sauta sur la muraille et se laissa tomber sur le chemin, et courut, courut..

La femme sortit de sous les feuilles, descendit du char et alla s’enfermer dans la maison. Elle n’osa pas verrouiller la porte mais alla s’asseoir au coin du feu et sortit son chapelet.

Elle claquait des dents et ses genoux tremblaient. Et c’est comme ça que, le lendemain, son homme la trouva en entrant.

"Femme, demanda-t-il, femme, tu es malade ?"

"L’homme, répondit-elle, cette nuit, j’ai voulu savoir où tu partais. J’ai voulu te suivre, mais je ne t’ai pas vu. J’ai voulu t’attendre, mais j’ai en froid. Alors, je suis rentrée pour me réchauffer auprès du feu."

"Femme, femme, tu ne me dis pas tout. Tu es restée longtemps dehors. Tu as vu quelque chose !"

"J’ai vu un chien. Je m’étais cachée sur la charretée de feuilles. Le chien portait une oie. Et il est venue la manger entre les roues du char. Les os craquaient : crac, crac…"

"Malheur à toi ! Cria l’homme. Malheur ! Le chien, c’était moi. J’avais volé l’oie dans la petite étable de Béteille. Je dois refaire mes forces la nuit. Si je t’avais senti sur le char, je t’aurais mangée comme l’oie. Maintenant, tu sais. Je suis le Drac."

La femme se leva, brandit le chapelet. L’homme recula, ouvrit la porte. Le premier rayon de soleil vint caresser le vaisselier. Dehors le coq chantait. Il fallait repartir au travail..

La filha de la Pruniá, par Joan Bodon, en Oc

épisode 5

Alara, d’aquel temps, i aviá de Dracs pertot. Mas degun los coneissiá pas. Lo jorn trabalhavan amb los autres òmes e coma los autres òmes manjavan e bevián. Sovent èran de bonas gents. La nuèch pr’aquò, cada nuèch, lo sang del Drac los tirava del lièch.

Cargavan una pèl de bèstia que lor juntava de cap als pès e partissián en ornhant trevar pels camps e pels vilatges. Mai d’un còp se sonavan un l’autre, s’atropelavan coma de lops. Malaür per l’òme que passava !...

Un ser, après la sopa, una filha de la Pruniá partiguèt per la Ribièira que l’esperavan per velhar: se devián plumar las aucas.

La filha seguèt la carral que crosa pels bosques e puèi lo camin grand. Passèt l’ostal dels Balssàs ont uèi se ten l’escòla. Ja se vesián los primièrs lums de la Ribièira.

Alara: « O !... O !... O !... O !... » una clamor se levèt sus Viaur, aval a la Calquièira. « O !... O !... O !... O !... » Aquò montava lo long del rèc e de cadenas darrièr se brandissián.

« O !... O !... O !... O !... » Ja sul camin grand calelhejavan los uèlhs de las primièiras bèstias que se sarravan. S’ausissián los bufals e los còps de caisses.

La filha cridèt: « A l’ajuda !... » E de córrer, e de córrer... Qual sap se las bèstias la ganharián pas ? Aval sul codèrc, un secador de castanhas se quilhava. La filha i dintrèt, tornèt barrar la pòrta e butèt lo verrolh. Dedins i aviá pas degun. Mas lo fuoc cremava.

« O !... O !... O !... » Las bèstias èran aqui. Ornhavan. Las cadenas saquejadas venián batre las parets.

La filha se metèt de genolhs, comencèt la pregària. La pòrta trantolava, cruississiá. De per defòra, a còps de dents, las bèstias la rosegavan. Las pòstes se desjuntèron, las ferrassalhas tombèron. S’ausiguèt una votz rauca: « Filha, te daissam la vida sauva se per bon grat t’abandonas a nosautres... » « Mon Dieu ! cridèt la filha. Mon Dieu, se me desliuratz d’aqui me farai sòr de convent... »

« A !... a !... a !... a !... » refreniguèt lo rire sauvatge. En fum se demesiguèron las bèstias acarnassidas. La filha demorèt tota sola, agenolhada contra la paret.

Es aital que la trobèt a mièjanuèch l’enfant de Cerièis qu’èra vengut per saquejar las asclas. La menèt a cò de la Cerièissa. Aqui la confortèron, la metèron al lièch.

Mas lo matin, ela, tanlèu se levar, diguèt adieu-siàtz a totes e se n’anèt al convent, sens tornar passar per la Pruniá…

La fille de la Prune, par Jean Boudou, en français

épisode 5

Alors, à cette époque, il y avait des Dracs partout. Mais personne ne les connaissait. Le jour, ils travaillaient avec les autres hommes et comme eux, ils mangeaient et buvaient. Souvent ils étaient de braves gens. Cependant, la nuit, chaque nuit, le sang du Drac les sortait du lit. Ils revêtaient une peau de bête qui les couvrait de la tête aux pieds, et ils partaient marauder par les champs et les villages. Spontanément, ils s’appelaient entre eux et se regroupaient comme des loups. Malheur à l’homme qui serait passé là !

Un soir, après la soupe, une fille de la Prune partit vers le hameau de la Rivière où elle était attendue pour une veillée où l’on devait plumer des oies. La fille suivit le chemin qui traverse les bois puis le chemin grand. Elle dépassa la maison des Balssas où se trouve l’école aujourd’hui. Puis elle vit les premières lumières de la Rivière.

Alors, « O ! O! o! » une clameur s’éleva sur le Viaur, en aval de la Calquière. « O ! O! o! » On percevait les cris monter le long du ruisseau et des crissements de chaines. « O ! O! o! » Déjà, sur le chemin grand, clignotaient les yeux des premières bêtes qui se cachaient. On entendait les reniflements et les claquements des mâchoires.

La fille cria : « A l’aide ! » Et elle courut, courut. Est-ce que les bêtes ne la rattraperont pas ? Là-bas, dans un verger, un séchoir à châtaignes se dressait. Le fille y entra, ferma la porte et poussa le verrou. Dedans, il n’y avait personne. Mais le feu du séchoir brulait.

« O ! O! o! » Les bêtes étaient là. Elle reniflaient. Elle secouaient les chaines contre les murailles.

La fille se mit à genoux et commença à prier. La porte était secouée et grinçait. A l’extérieur les bêtes, à coup de dents, rongeaient la porte. Les charnières se brisèrent et tombèrent. Alors on entendit une voix rauque : « Fille, nous te laissons la vie sauve, si pour notre plaisir tu t’abandonnes à nous.. ». « Mon Dieu, cria la fille, si vous me délivrez d’ici, je me ferai religieuse ».

« A ! A! a! » Une rire sauvage et contrarié retentit. Et les bêtes carnassières disparurent en fumée.

La fille resta seule, agenouillée contre la muraille. Et c’est ainsi que l’enfant de Cérieis, qui était venu alimenter le feu, la trouva à minuit. Il la mena jusqu’à Cérieis. Là, on la réconforta, on la mit au lit.

Mais le matin, la fille, aussitôt levée, dit adieu à tous et partit pour le couvent, sans repasser à la Prune.

La pèl, par Joan Bodon, en Oc

épisode 6

La filha de Tardiu de la Gulhoniá se maridava. Preniá lo cabdèt del Gafalong de la Cufariá. La campana de la Plancada trelhonava, la nòça arribava. Calguèt dintrar dins la glèisa.

Sul portal, lo novi trantolèt, anèt batre contra la paret. Pr’aquò èra dejun e de vin n’aviá pas tastat. Lo contranòvi lo volguèt reténer pel braç. Aquel braç èra freg coma de gèl. La nòvia ja se plorava. Lo nòvi se remetèt pr’aquò, dintrèt. Mas prenguèt pas d’aiga senhada. Sul còp degun ne faguèt pas cas, mas la Cardinalha vièlha de la Vareliá se’n deviá sovenir pus tard...

Lo curat comencèt la messa. De filhas companhas de la nòvia cantèron de polits cantics... Quand las bagas se benesiguèron, un còp de mai lo nòvi trantolèt mas s’acranconèt a una cadièira per tombar pas.

E puèi se passèt a la sacristia, los registres se signèron. Lo nòvi tornava rire. « Plan mercé, Monsen lo Curat, diguèt Tardiu lo vièlh. E vosautres, a l’ostal, que la sopa nos espèra... »

Tota la nòça se’n tornèt a la Gulhoniá. Lo repais èra prèst dempuèi un brieu. Aquò sentissiá bon pel fornèl. Vièlhs e joves, los convidats se metèron a taula, e los plats un darrièr l’autre se seguián. Bonas causas que se mangèron, del vin melhor que se beguèt. Sul ser, vèrs las sièis oras, los convidats se levèron, manièra d’anar far un torn per la cort o al cap del prat per se saquejar un bocin e per melhor desgresir tant de mangiscla.

D’aquel temps, las cosinièiras cambiavan las escudèlas. Coma la nuèch tombava, Tardiu lo vièlh sonèt son mond: « Anem... Anem... Cal tornar sopar... ». Tot aquò se remausèt, tot aquò se sieguèt al torn de la taula un còp de mai garnida. Alara se mainèron que mancava lo nòvi. Tardiu lo vièlh de sortir e de sonar encara. Degun respondèt pas.

« Qué volètz, diguèt la Cardinalha de la Vareliá, benlèu es partit lo que cercatz... per trobar qualqu’un... O benlèu un afar lo pressava... Qual sap ? Mas cap de nòvi manca pas sa primièira nuèch de maridatge... Aquel tornarà coma totes, veiretz. E nosautres mangem, cal pas que lo bolhon se fregiga... ». Cadun prenguèt de bolhon. Encara degun gausava pas parlar fòrt. Mas las polalhas

rostidas e bolidas de tot biais tornèron començar d’arribar, e de vin vièlh per escalfar las aurelhas... Talament que degun pensèt pas mai al nòvi.

La nòvia, pr’aquò, tota sola a la plaça nauta, tirèt lo mocador blanc per s’eissugar los uèlhs que se podiá pas mai téner de plorar. Alara quicòm la frelhèt per una camba. Un can èra jos la taula, un can felut que degun coneissiá pas.

« A can !... A can !... » cridèt lo contranòvi. « Defòra, que siás plen de nièiras !... » Mas lo can pausèt son cap suls genolhs de la nòvia: « Paura bèstia, diguèt ela, demòra, te donarai los òsses... ». Lo can demorèt. La nòvia li donava los òsses e mai tot còp de bons talhons. Lo can semblava comprene. Tot doçament bolegava la coeta... La nòvia èra lassa. Diguèt a Tardiu: « Papa, ne podi pas mai. Ieu me’n vau al lièch. Aital un darrièr còp dormirai coma una filha... »

E se n’anèt dins la sia cambra. Se desvestiguèt, pausèt sus la cadièira lo vel blanc e la rauba florada.

Ara lo cotilhon de dentèla... Quicòm se boleguèt darrièr l’armari. La nòvia se revirèt. Lo can èra dintrat dins la cambra, tot lhabrut, la lenga roja que pendolava. « Tirè !... Tirè !... » cridèt la filha. E de téner lo cotilhon d’una man e l’autra sul seu còr...

Lo can sautèt. Se daissèt tombar sul ponde: « Crenhas pas... Soi ieu... ». Lo can parlava. Era pas mai un can. Era lo nòvi, òc, el. E se risiá. Sul ponde rebalava la pèl feluda.

« A ! Draconàs, aqueste còp te teni ! Te teni !... » De darrièr l’escalièr qualqu’un sortiguèt: la Cardinalha de la Vareliá... E amassèt la pèl, la rebostoirèt jol braç e prompte per la pòrta, a la cosina, al fuòc.

« A ! me sabiás pas aqui, tornava cridar la Cardinalha, me sabiás pas aqui !... Mas te velhavi... Al fuòc, la pèl !... ». Lo nòvi, pr’aquò, aviá segut darrièr. « Per pietat ! gingolava. Per pietat ! Daissatz-la me tocar amb lo det pichon... la pèl... solament amb lo det pichon... ». Ja la pèl se rabastinava. Los convidats s’èran sarrats e butavan lo nòvi en rè. La Cardinalha saquegèt las asclas. Una flamba montèt. Demorèt pas res de la pèl infernenca.

« Anem, diguèt la Cardinalha, anem, lo nòvi, vai-te’n al lièch. La tia femna t’espèra, ara seràs un òme coma los autres... ». E lo menèron dins la cambra. Trantolava a cada pas. Sus la cadièira la nòvia se siesiá tota freja e tremolava.

« Jasètz-vos en patz, diguèt la Cardinalha. Jasètz-vos, enfants, qu’anam far calfar de vin e lo vos portarem plan caud, que tornètz prene vam... ».

Se jaguèron. Lor portèron de vin caud. Totes los convidats cantavan: sabián que seriá pas pus Drac, lo gendre de Tardiu. Jamai pus...

Es dempuèi aquela nuèch que se pòrta de vin caud als nòvis al lièch...

La peau, par Jean Boudou, en français

épisode 6

La fille de Tardieu, de la Guillonie se mariait. Elle épousait le cadet de Gafalong, de la Cufarie. La cloche du village de la Planque sonnait, la noce arrivait. Il fallait entrer dans l’église.

A la porte d’entrée, le fiancé tremblait et alla s’appuyer contre la muraille. Il est vrai qu’il était à jeun et qu’il n’avait pas goûté de vin. Le témoin voulut le retenir par le bras. Lequel bras était froid comme de la glace. La mariée pleurait déjà. Le fiancé se reprit et entra. Mais il ne prit pas d’eau bénite. Personne n’y prit attention, mais la vieille Cardinale, de la Vareille, devait s’en souvenir plus tard.

Le curé commença la messe. Des jeunes filles amies de la fiancée chantèrent de beaux cantiques. Quand les alliances furent bénites, une fois encore, le fiancé se mit à trembler et s’appuya sur une chaise pour ne pas tomber.

Et puis on passa à la sacristie, pour signer les registres. Le marié retrouva le sourire. « Merci bien, monsieur le curé, dit Tardieu le vieux. Et vous autres, à la maison, car le repas nous attend..

Toute la noce retourna à la Guillonie. Le repas était prêt depuis un moment. Ça sentait bon près des fourneaux. Vieux et jeunes, les convives se mirent à table, et les plats se suivirent. Ils mangèrent de bonnes choses et burent du bon vin. Le soir, vers les six heures, les convives se levèrent, manière d’aller faire un tour dans la cour ou au bout du champ pour se dégourdir et pour mieux digérer toute cette nourriture.

Pendant ce temps, les cuisinières changeaient les couverts. Comme la nuit tombait, Tardieu le vieux rassembla tout le monde : « Allons, allons, il faut aller souper.. ». Tous se rassemblèrent et s’assirent autour de la table, garnie une fois de plus. Alors, ils se rendirent compte qu’il manquait le marié. Tardieu le vieux sortit et appela. Personne ne répondit.

« Que voulez-vous, dit la Cardinale, de la Vareille, celui que vous cherchez est peut être parti.. Pour trouver quelqu’un.. Ou alors, une affaire urgente. Qui sait ? Mais aucun marié ne manque sa première nuit de mariage.. Celui-ci reviendra comme les autres, vous verrez. Et nous autres, mangeons, il ne faut pas que la soupe refroidisse ». Chacun prit de la soupe. Et personne n’osait parler fort. Mais les volailles rôties et bouillies revinrent, le vin vieux échauffa les oreilles… Si bien que personne ne pensa plus au marié.

Cependant, la mariée, toute seule à la place d’honneur, sortit un mouchoir blanc pour s’essuyer les yeux, car elle n’arrêtait pas de pleurer. Alors quelque chose lui frôla une jambe. Un chien était sous la table, un chien poilu que personne ne connaissait.

« Au chien, au chien ! » cria le témoin. « Dehors, car tu es plein de puces ! ». Mais le chien posa sa tête sur les genoux de la mariée. « Pauvre bête, dit-elle, reste, je te donnerai les os.. ». Le chien resta. La mariée lui donna des os et même de bons morceaux. Le chien semblait comprendre. Tout doucement, il secouait la queue. La mariée était fatiguée. Elle dit à Tardieu : « Papa, je n’en peux plus. Je vais au lit. Comme ça, pour la dernière fois, je dormirai comme une fille.. ».

Et elle alla dans sa chambre. Elle se dévêtit, déposa le voile blanc et la robe fleurie sur la chaise. Puis le cotillon de dentelle. Quelque chose bougea derrière l’armoire. La mariée se retourna. Le chien était entré dans la chambre, tout excité, la langue rouge qui pendait. « Va-t'en ! Va-t'en ! Cria la fille. Elle se couvrit du cotillon et de la main. Le chien sauta. Il se laissa tomber sur le plancher : « Ne crains rien, c’est moi ». Le chien parlait. Ce n’était plus un chien. C’était le marié, oui. Et il riait. Sur le plancher, gisait la peau du chien.

« Ah, Dracon, cette fois, je te tiens ! Je te tiens ! » De derrière l’escalier, quelqu’un sortit : la Cardinale, de la Vareille. Elle ramassa la peau du chien, la roula sous le bras, et vite la porta à la cuisine, dans le feu.

« Ah, tu ne me savais pas ici, cria la Cardinale, tu ne me savais pas ici !, Mais je te surveillais ! Au feu la peau ! » Le marié avait suivi la Cardinale. « Pitié ! implorait-il, Pitié ! Laissez-moi la toucher avec le petit doigt, la peau, seulement avec le petit doigt ». Déjà la peau du chien se consumait. Les convives s’étaient regroupés et repoussaient le marié. La Cardinale secoua les bûches. Une flamme monta. Il ne resta plus rien de la peau infernale.

« Allons, dit la Cardinale, allons, jeune marié, va-t'en au lit. Ta femme t’attend. Maintenant, tu seras un homme comme les autres ». Et ils l’accompagnèrent dans la chambre. Il tremblait à chaque pas. Sur la chaise, la mariée était assise, frigorifiée et tremblante.

« Couchez vous en paix, dit la Cardinale, couchez vous les enfants, on va faire chauffer du vin et vous l'apporter, afin que vous retrouviez courage ».

Ils se couchèrent. On leur porta du vin chaud. Tous les convives chantaient, ils savaient qu’il ne serait plus Drac, le gendre de Tardieu. Jamais plus.

Et c’est depuis cette nuit que l’on porte du vin chaud aux mariés, dans leur lit.

Lo moton, par Joan Bodon, en Oc

épisode 7

Aquel ser, lo Caussenc de la Ribièira, quand aguèt claus tot son fedum, se mainèt que mancava lo moton pus gròs. E nòstre òme tornèt partir tot sol, lo long del rèc, pels travèrses. A cada pas sonava: « Tetin, bè... Tetin, bè... Tetin, bè... » Mas res respondiá pas. Lo Caussenc totjorn davalava. Sentissiá ja la frescura de Viaur.

« Bè... Bè... Bè... » Una bèstia bialava darrièr lo bordigàs. Lo Caussenc se sarrèt e vegèt, entravat per las rómecs, un moton, un brave moton, lo seu moton.

Lo Caussenc lo desentravèt, mas lo moton se podiá pas téner. Aviá las patas ensagnosidas. « Paura bèstia ! Te vau portar... » E lo Caussenc carguèt lo moton sus las espatlas puèi tornèt montar lo long del rèc. Mai l’òme montava, d’ont mai lo moton pesava... Lo Caussenc bufava, susava e pantugava e se plegava a se copar los rens.

Tot d’un còp, de l’autre costat de Viaur, una votz cridèt: « Dracon !... Òu, Dracon !... Ont siás, Dracon ?... » Sul copet del Caussenc lo moton se brandiguèt, quilhèt lo cap e respondèt: « Soi aici que trantoli sus l’esquina del vesin... Soi aici... »

Lo Caussenc se revirèt, prenguèt vam, e flòc ! getèt lo moton al pus fons del rèc...

Mas davant de tocar tèrra la bèstia se demesiguèt en fum: « A!... A!... A!... A!... »

« A !... A !... A !... A !... » respondèt un autre rire marrit de l’autra part de Viaur. Es aital que los Dracons se donavan de bon temps.

Le mouton, par Jean Boudou, en français

épisode 7

Ce soir là, le Causse de le Rivière, lorsqu’il eut clos tout son bétail, se rendit compte qu’il manquait le plus gros mouton. Et notre homme repartit tout seul, le long du ravin, par les travers. A chaque pas, il appelait : « Petit, bèe.. Petit, bèe.. Petit, bèe.. ». Mais rien ne répondait. Le Causse descendait toujours. Il sentait monter la fraîcheur du Viaur.

« Bée... Bée.. Bée ». Un animal bêlait derrière la haie. Le Causse s’approcha et vit, entravé par les buissons, un mouton, un beau mouton, son mouton.

Le Causse le libéra de ses entraves, mais le mouton ne pouvait pas se tenir debout. Il avait les pattes ensanglantées. « Pauvre bête ! Je vais te porter.. ». Et le Causse chargea le mouton sur ses épaules puis reprit la montée le long du ravin.

Et plus l’homme montait, plus pesait le mouton. Le Causse s’essoufflait, suait, trébuchait et forçait à se rompre les reins.

Tout d’un coup, de l’autre côté du Viaur, une voix cria : « Dracon !.. Dracon !.. Où est-tu Dracon ? ». Sur l’échine du Causse, le mouton frémit, leva la tête et répondit : « Je suis ici, balloté sur l’échine du voisin.. Je suis ici.. »

Le Causse se retourna, prit de l’élan et floc ! jeta le mouton au plus profond du ravin..

Mais avant de toucher terre, la bête se changea en fumée : « A!..A!..A!.. ».

« A!..A!..A!.. » répondit un autre rire méchant sur l’autre rive du Viaur. Et c’est comme ça que les Dracons de donnent du bon temps.

Lo caval de la Calquièra, par Joan Bodon, en Oc

épisode 8

Per Nòstra Dòna d’agost, vint-e-dos joves de la Ribièira anèron a la vòta de Bornhonac. I a de bèlas filhas en Albigés, maurèlas e sens debasses, e sabon dançar en vos abraçant coma cal.

Talament que los vint-e-dos joves s’atardivèron. Sopèron a Bornhonac cadun amb la sia cavalièira. Tenián tota la taula de l’aubèrga. Mangèron de polet rostit e beguèron res que de vin de Galhac. Puèi encara mai dancéron. Passava mai de mièjanuèch quand lo bal s’arrestèt.

Calguèt dire adieu-siàtz a las joventas e se prometre de se tornar veire. Un darrièr poton e los Ribieiròls totes sols se n’anèron cap a l’ostal. Al Carrelièr un aigaci lor tombèt dessús. Tronava e liuçava, e de pluèja, e de pluèja a ferradats.Nòstres galavards s’abriguèron benlèu mai d’una ora darrièr la glèisa contra la paret. En aval pels travèrses, Viaur bramava que se deviá conflar.

La tronada passèt. Lo cèl s’esclarciguèt qualque briat. Entremièg las nivols un retalh de luna vièlha sortiguèt lo nas. Los vint-e-dos joves tornèron davalar per la carral. Arribèron a la Calquièira. D’aquel temps i aviá pas de pont. Per traversar caliá gasar Viaur. Oc, mas las aigas èran montadas e lo ronfle s’afortissiá. Los vint-e- dos joves se tampèron al fons de la carral.

« Tornem al Carrelièr, diguèt un. — Montem pus naut que gasarem a Porcassés, diguèt un autre... » « I... I... I... I... »

Los joves levèron lo cap. Aquí, a la broa de Viaur, un caval refrenissiá, un fòrt caval tot blanc amb la brida que pendolava. Los vint-e-dos joves se sarrèron. Lo primièr sautèt a la brida. Lo caval èra plan franc e se daissèt alisar.

« Amics, diguèt lo primièr jovent, las aigas son pas tan nautas que çò que cresiàm. Se montàvem sul caval nos portariá de l’autre costat...

« Montem sul caval ! cridèron totes. Montem sul caval !... »

E ne montèt un. E ne montèt un autre. Darrièr, l’esquina del caval s’estirèt de dos palms... Un autre jovent montèt e un autre encara. Darrièr, totjorn l’esquina del caval s’estirava coma la salsissa al trauc de l’embuc...

Los vint-e-dos joves trobèron aquò tot natural. Cal dire que lo vin de Galhac encara lor escalfava las aurelhas. Totes vint-e-dos se cabrèron sul caval que venguèt talament long, talament long que mesurava mai de tres canas de cap a cuol.

« I sètz ? cridèt lo primièr jovent, lo que teniá la brida.

« Esperatz ! respondèt lo darrièr que se siesiá al ras de la coeta. Esperatz ! Lo meu paire m’a recomandat de me senhar cada còp que traversariái Viaur. Ieu fau lo signe de la crotz... »

E lo jovent se senhèt. Oc alara ! « A !... A!… A !... A!... » Lo caval blanc se demesiguèt en fum...

« Sens un signe de crotz ne negavi vint-e-dos... A !... A !... A !... » refreniguèt lo rire sauvatge.

Los vint-e-dos joves s’aplatussèron sus las pèiras dins la carral. Se tornèron levar coma poguèron. L’avián reconegut lo Drac. Jamai pus de nuèch s’atardivèron...

Le cheval de la Calquière, par Jean Boudou, en français

épisode 8

Pour Notre Dame d’août, 22 jeunes de la Rivière allèrent à la fête de Bourgnounac. Il y a de belles filles dans l’Albigeois, à la peau mate, et sans bas, qui savent danser en vous embrassant comme il convient.

Tellement que les 22 jeunes s’atardèrent. Ils soupèrent à Bourgnounac, chacun avec sa cavalière. Ils occupaient toute la table de l’auberge. Ils mangèrent du poulet rôti et ne burent que du vin de Gaillac. Puis ils dansèrent encore. Minuit était passé quand le bal s’arrêta.

Il fallut dire adieu aux jeunes filles et promettre de se revoir. Une dernière bise et les jeunes de la Rivière tous seuls repartirent vers leur maison. Au Carrelier, une averse leur tomba dessus. Il tonnait, il faisait des éclairs et il tombait de la pluie à pleins seaux. Nos gaillards s’abritèrent plus d’heure derrière l’église, contre la muraille. En bas, par les travers, on entendait le Viaur qui grondait et enflait.

L’orage passa. Le ciel s’éclaircit quelque peu. Entre les averses, un fragment de lune vieille sortit le nez. Les 22 jeunes reprirent leur descente par le chemin. Ils arrivèrent à la Calquière. A cette époque, il n’y avait pas de pont. Il fallait donc traverser à gué. Oui, mais les eaux étaient montées et le courant se renforçait. Les 22 jeunes s’arrêtèrent en bas du chemin.

« On retourne au Carrelier, dit l’un ». « Montons plus haut pour traverser à gué à Porcassès, dit un autre ». « Hi, hi, hi ».

Les jeunes levèrent la tête. Là sur la rive du Viaur, un cheval frémissait, un grand cheval tout blanc, avec la bride qui pendait. Les 22 jeunes s’approchèrent. Le premier saisit la bride. Le cheval était bien docile et se laissait faire.

« Les amis, dit le premier jeune, les eaux ne sont pas aussi hautes que nous le pensions. Si nous montions sur le cheval, il nous porterait de l’autre côté.. »

« Montons sur le cheval ! Crièrent-ils tous. Montons sur le cheval ! ».

Et il en monta un. Et il en monta un autre. Derrière, l’échine du cheval s’étira de deux pans.. Une autre jeune monta et un autre encore. Derrière, le dos du cheval s’étirait comme de la saucisse au trou de l’entonnoir..

Les 22 jeunes trouvèrent ça naturel. Il faut dire que le vin de Gaillac leur chauffait encore les oreilles. Tous les 22 enfourchèrent le cheval qui devint tellement long, tellement long, qu’il mesurait plus de trois cannes* de la tête au cul.

« Vous y êtes ? » cria le premier jeune, celui qui tenait la bride.

« Attendez ! répondit le dernier qui était assis au ras de la queue. Attendez ! Mon père m’a recommandé de me signer chaque fois que je traverserai le Viaur. Moi, je fais le signe de croix.

Et le jeune se signa. Oui et alors ! « A !, a !, a ! » Le cheval blanc s’évanouit en fumée..

« Sans le signe de croix, j’en noyais 22. A ! a ! a ! ricana un rire sauvage.

Les 22 jeunes retombèrent sur les cailloux du chemin. Ils se relevèrent comme ils purent. Ils avaient reconnu le Drac. Jamais plus ils ne s’attardèrent la nuit...

*Nota : Avant la Révolution, 1 canne de Toulouse = 1,7961 mètre.